C’est fou ce qui se passe en Côte d’Ivoire !

Publié le par Milton Dassier

Le président sortant perd les élections mais les institutions du pays le proclament vainqueur avec un autre décompte. La communauté occidentale s’en émeut et même l’ONU. On les comprend, c’est tout de même étrange et Laurent Gbagbo n’est pas ma tasse de thé depuis cette sombre histoire concernant un journaliste disparu et assassiné dans des conditions obscures.

 

Mais tout de même, il y a un précédent dans le monde occidental et on n’a pas vu les chefs d’états européens s’en émouvoir beaucoup. Rappelez-vous l’élection de Georges W Bush contre Al Gore. Le candidat démocrate Al Gore avait gagné en voix mais pas en grands électeurs comme le prévoit la constitution américaine.

 

Alors, une seule solution : vérifier ce que dit la constitution ivoirienne à propos de l’élection de son président.

J’imagine que les représentants de l’ONU, nombreux et surpayés, avaient consulté ces données essentielles avant de se prononcer et proclamer la victoire de Ouatarra.

 

Néanmoins, on peut trouver suspecte, car très intéressée, la réaction unanime des occidentaux.

Que d’empressement à condamner Gbagbo ! On aurait aimé la même chose à chaque fois qu’un chef d’état s’est arrangé pour se succéder à lui-même ou placer son fils ou son favori.

On le sait, les occidentaux estiment que celui qui gagne les élections ne peut être qu’un exemple de vertu. Sans doute Laurent Gbagbo n’a-t-il pas pu le faire à cause de la partition relative de la Côte d’Ivoire et de son manque d’influence ou d’autorité dans certaines régions de celle-ci. Ouatarra est un homme du sérail international, il a été directeur adjoint du FMI, il est donc acquis aux usages politiques de l’occident.

 

Les ivoiriens avaient le choix entre la peste et le choléra. L’un dans l’autre, le peuple est le grand perdant. Un régime politique à la botte des occidentaux ou un régime politique autocrate, l’alternative n’avait rien de séduisant.

 

Il paraît que c’est l’apanage des démocraties soucieuses de consensus.

 

 

 

Publié dans international

Commenter cet article

Magnifique & Le griot Gbeh-Ivoire 08/12/2010 21:12


Vous avez presque raison. Car depuis cette crise que cette crise sévie dans mon pays la CI, l'ONU à travers les occidentaux n'ont jamais cesser de s'ingérer dans les affaires internes de mon
pays.

Et durant les élections du 28 Novembre 2010 conformément à la constitution de mon pays le seul organe responsable et capable de déclaré le président élu est LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, ce que
l'Union international n'a point considéré.

Qu'il nous laisse appliqué nos lois, et qu'il arrête de s'ingérer dans nos histoire...

Pour plus d'info rendevouz sur mon blog gbeh.over-blog.net

merci