Bienvenue en politique, Mister Thuram !

Publié le par Milton Dassier

Que vient faire Lilian Thuram dans le fiasco des bleus ?

 

Beaucoup se pose la question. Il faut leur rappeler que Lilian Thuram fait partie du conseil fédéral et comme il est aussi et surtout, ancien capitaine, ancien joueur de l’équipe de France et l’un des plus capés s’il vous plait, sa voix compte un peu plus que la moyenne.

 

Thuram se lance enfin. Sur orbite présidentielle. Celle de la Fédération Française de Football évidemment. Donc, là, tout récemment, il est entré en lice pour le poste.

 

Dommage que ce soit des joueurs qui en fassent les frais !

 

Pour devenir, à 38 ans, le premier président noir d’une grande fédération française, la plus grande et la plus riche, ou tout au moins, faire partie du « premier cercle » de ses dirigeants, il fallait frapper un grand coup et donc se désolidariser publiquement des joueurs.

 

Thuram, l’ancien grand joueur critiquant l’attitude de ses héritiers de l’équipe de France, cela a de la gueule non ?

 

En plus, pour les fautifs, les « meneurs négatifs », comme il dit, il a pris soin de ne nommer que des joueurs noirs d’origine antillaise, comme lui..

 

Comme ça, il est insoupçonnable de parti pris corporatiste, racial ou communautaire. Evra, et Abidal sacrifiés par Lilian Thuram. Dommage collatéraux qui peuvent choquer mais, finalement, on se doutait bien que l’un et l’autre ne retrouveraient pas leur place au sein de l’équipe.

Tout comme Anelka.

 

Le souhaitaient-ils d’ailleurs après le traumatisme de leur fiasco ?

 

Franchement, du point de vue d’un supporter des bleus, l’affaire est entendue.

Pour ma part, il fallait défendre l’équipe contre la récupération politique et même idéologique qui s’était profilée pendant un moment pour faire oublier l’affaire Woerth et ramener sur le devant de la scène les idées racistes et xénophobes de certains intellectuels de plateau télé et de certains députés. Ces viles manoeuvres furent un échec !

 

 La fédération n’ayant plus de tête, tout devenait possible pour une reprise en main par les politiciens et les financiers avec la bénédiction de certains journalistes. Ce serait fou qu’une « racaille », qu’un « caïd » prenne la tête du football français.

Lilian Thuram n’a pas prononcé ces mots abjects contre lesquels, il s'était insurgé quand ils avaient été prononcés par Nicolas Sarkozy. 

Il a dénoncé ce qu’il considère comme incompatible avec l’équipe de France qu’il a si bien servi durant ses 142 sélections.

Il a rappelé que le football doit rester une affaire de footeux. Mettre en cause un capitaine qui n’a pas eu les couilles de lire un communiqué annonçant la grève de l’entraînement, était prévisible, ça s’appelle un tacle et ça peut parfaitement se comprendre de la part de Thuram.

 

Si Evra n’a pas su assumer cette responsabilité-là, quelle responsabilité peut-il assumer ? Voilà la raisonnement de Thuram.

 

Certaines pleureuses en veulent à Thuram pour la méchanceté de ses propos. Qu’ils aillent habiter à Disneyland !

 

D'autres lui en veulent, le soupçonnant de se "bounticiser". Envoyée au visage de celui qui se rendit aux obsèques d'Aimé Césaire,  cette accusation est débile et l'argument de larbinisme dans ce cas-là, l'est tout autant. Un argument qui veut qu'un noir reste un sans grade du moment qu'il garde la fierté factice de ceui qui se gargarise de ne rien faire qui profite au monde des blancs.

 

 

Publié dans opinions

Commenter cet article

A2N 06/07/2010 16:39


Milton,

Le problème avec Lilian Thuram, c'est qu'il a tapé tellement fort qu'il sorti de la piste d'athlétisme. Or, il aurait été plus politique ( puisqu'il se positionne sur ce crénaeu) en faisant du "
soft power", c'est à dire une condamnation de principe, cf Emmanuel petit, Guy Roux, Roland Courbis, ce qui aurait renforcé son crédit auprès de ses collègues du conseil fédéral. Or, Lilian a
complètement surjoué, un peu comme s'il fallait donner des gages à ceux qui l'ont fait ROI. Moralité, il a surpris et beaucoup déçu; notamment parce qu'il a apporté de l'eau au moulins des
lyncheurs. Et preuve qu'il a tout faux, il se fait sèchement tacler par plusieurs personnaités du milieu du football ( Guy Roux, Luis Fernandez, Eric Di Meco, Pierre Menès, Christophe Dugarry.....)
Comme quoi le coup de billard lui est revenu dans les couilles, ça fait très mal.
Après ça, il ne fait pas de doute qu'il s'est terriblement marginalisé, ce qui démontre , s'il en était besoin, que ceux qui s'occupent de sa COM' sont des bons à rien.Et dire qu'ils sont payés
pour l'envoyer dans un mur. C'est pas du couillonnage, ça ?

A2N


Milton Dassier 06/07/2010 16:59



J'ai rédigé l'article avec le souci de comprendre la démarche de Lilian Thuram par rapport à ce qu'on connait de lui et ce qu'il vise à travers elle. Ce qui ne veut pas dire que je me réjouis de
sa déclaration. Par contre, je suis plutôt favorable à ce qu'il joue un rôle important.


Tu as raison de dire qu'il a surjoué., Mais pas quand tu dis qu'il s'est discrédité. N'oublie pas que la fédération française de  football,  c'est d'abord le poids des amateurs et
les amateurs semblent approuver Thuram. Voilà pourquoi, il y a un côté "politique" dans la façon d'agir de Thuram.



lolo 06/07/2010 13:35


Donc si j'ai bien compris ce que tu salues c'est la tactique de l'homme pour arriver à ses fins. Tant pis si l'homme marche sur "ses" principes. Un peu court non. Arriver quelque soit le chemin
emprunté. Dommage, j'ai l'impression qu'il se transforme en l'homme dont il a eu à combattre les propos en 2005 pendant les émeutes.


Milton Dassier 06/07/2010 17:02



Je salue l'homme et son désir de jouer un plus grand rôle. Je salue même sa stratégie pour y parvenir, stratégie qui consiste à


1:plaire aux footeux de base, dans les clubs amateurs,


2:profiter du vide lié à la démission d'Escalette et des critiques envers le football professionnel


3: couper l'herbe sious le pied des politiques.


Je ne crois plus aux héros depuis longtemps...



M 06/07/2010 00:55


Evar est d'origine sénégalaise.


A2N 05/07/2010 22:51


Bonjour Milton !

Je ne partage pas ton avis, tu le sais. Et comme je vais avoir raison, tu verras ce que les marionnettistes feront de leur jouet, tu me paieras un aller/ retour FDF-Paris. Je prépare ma valise, ok
?

Foss !

A2N


Milton Dassier 06/07/2010 13:12



Dans le cas de Thuram, je ne vois pas qui sont les marionettistes. Les gens de la fédération? Les présidents de club? Je pense que Thuram agit comme un homme politique, il avance ses pions, se
place dans des espaces. Président de la fédération, il a toutes ses chances. Quelle leçon ce serait pour le nain del'Elysée et ses amis racistes!



lolo 05/07/2010 22:01


Monsieur Milton !

J'ai l'habitude de vous lire et j'apprécie beaucoup vos analyses toujours pertinente. Mais permettez moi de vous dire que cette fois ci, j'ai l'impression que la pertinence n'y est pas. C'est
dommage. Ce que l'on retient souvent de grands hommes, c'est d'être constant et contre le reniement de soi quelque soit le strapontin convoité. Ce que l'on reproche à Thuram, c'est pas tant qu'il
n'ait pas manifesté de solidarité envers les joueurs, mais son analyse de la débacle des bleus finalement proche de tous les racistes de France et de Navarre qui y trouvé une accosaion en or pour
taper du Noir. Or Thuram justement s'est fait connaître du grand public avec son engagement antiraciste surtout contre la négrophobie. Désolé on se sent trahi. Dans sa charge contre Evra, il oublié
l'essentiel, le racisme dégoulinant de tous ces petits moralisateurs du cercle médiatico-politique. Mais on dit chez moi, quand tu joue au tamtam, n'en fait pas trop, car les batteurs de tam tam
courent la ville.A bon entendeur salut !!!


Milton Dassier 06/07/2010 13:14



Thuram ne fait plus dans le moralisme qui ne produit rien. Il a décidé de prendre la fédération de football. Et si ça marche, n'est-ce pas une belle leçon de courage et de savoir-faire à tous ses
détracteurs racistes qui n'ont cessé de l'enfoncer?