Avec Sarkozy, les français jouent à qui perd perd

Publié le par Milton Dassier

Sans même regarder les étoiles, sans tracer de thème astral, on peut l’affirmer sans craindre d’être démenti : Nicolas Sarkozy ne sera pas élu en 2012.

J’en veux pour preuve ses bas niveaux dans les sondages. Nicolas Sarkozy n’est pas aimé du peuple. Il fera donc moins bien que Jacques Chirac, aussi incompétent mais populaire.

 

Personne n’a digéré les pilules sociales avalées ces dernières années et censées ramener le pays à un haut niveau économique. Au contraire, rappelez-vous les franchises médicales décidées sur un mensonge sanitaire (la maladie d’Alzheimer), rappelez-vous les heures supplémentaires défiscalisées, le fameux « Travailler plus pour gagner plus », rappelez-vous la fermeture des tribunaux, rappelez-vous l’engorgement des prisons avec un suicide par jour, rappelez-vous les retraites qui vont vous faire travailler jusqu’à 67-68 ans, rappelez-vous le chômage.

 

A la limite, la campagne anti-Sarkozy va se faire toute seule. Elle se basera sur l’incapacité pour le Président à prévoir la crise qui a balayé l’Europe et à infléchir sa politique. Conçue pour favoriser les rentiers et grosses entreprises, elle n’aura été qu’une longue suite de mesures particulièrement injustes accompagnées d’une arrogance jamais atteinte à ce poste. Bouclier fiscal, augmentation du salaire du président, privilèges des banques, rémunération des dirigeants, multiplications des taxes, identité nationale, chasse aux sans-papier, flicage de la société, paupérisation des services publics, de l’école, des hôpitaux, précarisation du travail, du logement,.

 

Mais le plus drôle est la tempête judiciaire qui s’avance au loin.

 

Une tempête dévastatrice pour Sarkozy et l’UMP avec comme premier orage : l’affaire Clearstream en appel qui verra certainement la confirmation de la relaxe de Dominique de Villepin.

 

De quoi faire passer le Président pour un roquet procédurier.

 

Deuxième orage,l’affaire Zied et Bouna qui après 4 ans d’une longue procédure devrait arriver d’ici quelques mois devant les tribunaux. Tout est fait pour retarder l’échéance, mais inéluctablement, le procès des policiers pour non assistance à personne en danger devrait, d’une part blanchir définitivement les enfants de tout fait de délinquance et, d’autre part, faire porter de graves accusations contre le ministre de l’intérieur de l’époque qui avaient désignés du doigt les enfants comme des délinquants en train de fuir la police après un cambriolage. Un manquement intolérable, les victimes devenues des criminels, des enfants transformés en dangers publics, juste pour épater un électorat qui, de temps en temps, a grand soif de sang impur…

 

Troisième orage, la probable condamnation en appel de Brice Hortefeux pour diffamation raciale avec au bout, sa démission du ministère de l’intérieur.

 

Quatrième orage,  les rebondissements de l’affaire de Karachi. Nous sommes passés en quelques mois d’un scénario grotesque (sic) à un probable détournement de fonds pour financer la campagne électorale d’Edouard Balladur via des sociétés écrans crées par Nicolas Sarkozy pour accueillir des rétrocommissions sur un contrat d’armement avec le Pakistan.

L’instruction avance et devrait entendre à titre de témoins certains proches du président de la république.

 

Il faudrait être fou de voter  pour un homme qui traîne de telles casseroles, un tel bilan. Si les français sont capables de pronostiquer que leur équipe de football n’ira pas loin en Coupe du Monde, ils sont capables de voir où leur président les a menés…

Publié dans opinions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Robert 15/06/2010 23:42


Il faudrait être fou de voter pour un homme qui traîne de telles casseroles, un tel bilan. Tu crois vraiment ?? Chirac a bien été élu à 80% en dépit de bien plus nombreuses casseroles ! Comme quoi,
en politique française, les casseroles, c'est pas gênant...