Affaire DSK: La version de la victime se précise

Publié le par Milton Dassier

DSK et le petit chaperon rouge?

 

Alors, ça se précise pour DSK...

Quelques témoins ont parlé et l'on peut facilement reconstituer l'histoire, en tous cas les faits qu'aurait vécus "Ophélia" quand elle a croisé DSK.

 

Ophelia est entrée dans la suite 2806 dont la porte était ouverte. A ce moment-là, un employé de l'hôtel est en train de débarrasser le petit déjeuner et dit à la femme de chambre qu'elle peut faire la chambre, avant de sortir.

 

Un laps de temps plus tard, DSK sort de la salle de bains, nu. S'apercevant de sa présence, Ophélia, s'excuse d'être dans la chambre et s'apprête à repartir.

DSK la retient par derrière en lui palpant les seins. Il lui fait un compliment sur sa poitrine généreuse. Si c'est le cas, il n'y a pas d'intention agressive de la part de DSK. Mais après, il en est autrement.

 

Puis, il l'emmène "de force" vers le lit et l'oblige à lui faire une fellation.

 

On peut imaginer ainsi, que DSK a voulu "trousser" une domestique prise en faute qui s'imaginait perdre son boulot à cause de son intrusion dans la suite d'un VIP.

 

Ceci explique bien des choses.

 

Difficile de dire "non" s'il y a un enjeu psychologique de cet ordre. Cette femme, terrorisée à l'idée de perdre son travail,  était donc en situation de vulnérabilité et sans doute, cela n'a pas échappé à un type intelligent comme DSK.

Peut-être a-t-il pensé qu'il donnait une bonne leçon à "l'impertinente" qui l'avait dérangé.

 

Après la fellation, profitant du relâchement de DSK, Ophélia a réussi à sortir. Resté prostrée dans le couloir, elle craché et vomi à l'abri des regards, elle a attendu que DSK s'en aille. Un femme cadre de l'hôtel l'a trouvée là et après l'avoir entendue, a alerté la sécurité qui a voulu s'assurer de la véracité des faits. D'abord en écoutant la jeune femme, puis en se rendant dans la suite avec Ophélia qui a craché de dégoût sur les murs et le sol.

 

Ophélia avait peur de perdre son travail rien qu'en accusant ce client si important de l'hôtel.

 

Il y a beaucoup de cohérence dans ce récit mais on sent comment la défense va exploiter certaines failles comme par exemple, la visite de la sécurité accompagnée de la victime sur la "scène de crime". Cela peut peser sur la validité de certaines "preuves".

 

La défense pourra jouer très certainement sur un consentement de la jeune femme. Si elle n'a pas opposé une résistance farouche en hurlant, en se débattant, en griffant son agresseur, si ses vêtement n'ont pas été déchirés ou abîmés, si elle n'avait pas ou très peu de marques physique de violence, il sera possible à la défense d'argumenter sur un consentement que l'on devine imposé par le rapport de force psychologique entre un VIP et une domestique fautive angoissée de perdre son travail.

 

DSK serait alors un grand méchant loup ayant abusé du petit chaperon rouge égarée dans sa forêt. L'affaire risque de faire un tabac dans les médias tant elle réveille des fantasmes et des peurs. Désirs inavoués, toute puissance, arme de séduction massive, pulsions soudaines, soumission, agression, justice, revanche, vengeance, le tout sous fond de gouvernance mondiale, de combat pour le pouvoir.  Car le FMI, c'est le pouvoir "Femme de Ménage Incluse"!

 

Il sera certainement libéré après requalification des faits et surtout, après négociation où la plaignante aura accepté un dédommagement conséquent.

 

Ce qui est drôle, c'est que le grand méchant loup doit subir l'hypocrisie des renards et des crocodiles en France.

 

Déjà, Claude Guéant  très opportunément, livre sa conviction et indique qu'en cas de prison, DSK pourra faire sa peine en France. On a compris la grosse ficelle: une manière d'affirmer que la prison ne fait aucun doute pour DSK et que la droite sarkoziste sera toujours aux affaires d'ici la condamnation.

 

Pour finir, un petite chanson sur l'affaire. Une excellente "chanson réaliste" dans la tradition.

 

Publié dans justice

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Wiseboy 23/05/2011 14:14


Je dois dire que je me passionne pour cette affaire ultra-médiatique qui est au coeur de toute l'actualité du moment!! Nombre d'hypothèses et de théories ont vu le jour depuis le "Grand
déballage"!!
Pour ma part (et ça n'engage que moi) je pense que cette affaire est beaucoup plus complexe qu'il n'y paraît et que de nombreux enjeux politico économiques sont sur le grill.
Votre version des faits est tout à fait plausible et dans ce cas DSK serait bien dans les tourments (quoi qu'il s'en sortirait en proposant un bon chèque à la "victime")

Ce qui chiffonne dans cette affaire c'est les changements de versions successives de la part de l'accusation, ce qui porte à discrédit le récit de la "victime". QUESTION : pourquoi ne révéler
qu'une semaine après les évènements l'explication du trou d'1 heure entre "l'agression" et l'appel au 911? Alors que cette explication est quelque peu logique, crédible et toute simple?
De même le récit de l'accusation ne "mettait en scène" à la base que "la victime" (une certaine Nafissatou Diallo que personne ne connait et qui porte un nom et prénom plus que répandus dans la
communauté ouest africaine un peu comme Jean Dubois en France...), DSK, "le frère" puis "bon ami Blake Diallo et la direction de l'hôtel qui bien sûr témoigne de la bonne renommée et de la qualité
de travail de la plaignante. Notez que ces "louanges" sont pour le moins logiques : c'est une "victime" donc elle est cru sur parole et prise de compassion... [Notez qu'une victime, même prise sur
le fait en train de cambrioler comme on a vu récemment en France, est toujours prise de compassion et est toujours quelqu'un de bien!! Eh oui!! même en cambrioleur lol)
Ce récit met en scène à peine 1 jour plus tard (après qu'une solution toute simple pour une première vérification des faits soit proposée par la défense à savoir l'analyse des badges d'accès) un
nouvel employé qui aurait été présent dans la suite avant "Ophélia" et celle-ci n'aurait donc pas eu besoin d'utiliser son badge pour ouvrir la porte (et toc!! comme disent les enfants!! lol). Et
aujourd'hui une responsable d'étage fait son entrée en scène... Je vous fais remarquer que toutes ces personnes sont anonymes et en totale liberté alors que dans une affaire de ce genre elles
doivent être entendues comme témoins.
D'autre part pour le moment l'accusation n'a absolument apporté AUCUNE preuve... Alors soit DSK a commis le crime parfait ce qui voudrait dire un "viol" prémédité et bien organisé pour qu'aucune
preuve concrète (j'entends par là une preuve ne nécessitant pas d'analyse ADN, d'examen corporel ou autre) ne puisse être apporté par l'accusation ; une lutte laisse forcément des traces et je
doute fort que DSK ai eu le temps de faire le ménage après une lutte acharnée (je ne pense même pas qu'il sache faire le ménage...) de faire ses bagages et de décamper.

2e élément très important et qui pourrait mettre en cause la chaîne hotellière : qu'en est-il de la sécurité dans un établissement comme celui-ci? et surtout dans un pays sous la menace permanente
d'attentats de la part des islamistes (menace encore plus présente depuis l'assassinat de B.L)? Je doute fort qu'une simple femme de ménage puisse pénétrer seule non pas dans une chambre mais dans
une suite de plus de 100m² pour y faire le ménage toute seule!! D'autant plus qu'au vu des personnalités qui passent dans cette suite des oublis d'objet de forte valeur peuvent être fréquents et
tentants pour des femmes de ménage "smicardes"... Bref beaucoup de choses qui ne tiennent pas la route.

Pourquoi j'ai parlé de complexité au début de mon discours : parce que selon moi il y a bien eu relation entre nos 2 protagonistes et je pense même qu'il y en a eu dans le passé. La complexité et
le caractère illégitime de cette relation bénéficie pour le moment à la victime qui peut prouver la relation sexuelle assez facilement et elle joue de se "privilège" de porter en elle la preuve de
ce qu'elle avance. Du coté de la défense la difficulté va être de prouver l'innocence de l'accusé tout en occultant certains détails comprométants pouvant détruire à jamais son image et l'écarter
de la sphère politique!

Merci de m'avoir lu et vive la liberté d'expression!!


Milton Dassier 24/05/2011 13:29



Bien vu!