A Cannes, un apéro géant organisé par Faf'Book a réuni 700 personnes

Publié le par Milton Dassier

Vous avez vu, l'apéro géant de Cannes hier?

700 personnes se sont massées comme des moutons pour bêler leur amour des mensonges français, drapeaux bleus blancs rouges en tête et banderole du FN en queue de cortège.

 

Ils doivent craindre qu'on les égorge.

 

Eux, n'utilisent pas FaceBook, ils ont Faf'Book.

 

 

700 personnes dont le maire de Cannes se sont retrouvées à l'heure de l'apéro pour boire le calice du bienfait colonial jusqu'à la lie.

Il faut être "bourré" pour penser une seconde que l'Algérie était française juste parce que des colons en exploitaient le ressources et s'étaient construit un espoir de vie peinarde au soleil avec les charmes de l'orient en plus.

 

Les mêmes, vieux pieds-noirs sur le retour, qui furent si assidus et pleins de ferveur franco-française lors des débats sur l'identité nationale, quelles furent leurs actions pour insuffler leur "identité française" aux mulmans d'Algérie et faire des algériens colonisés des français à part entière? Eux qui aiment chanter qu'ils sont africains et qu'ils viennent de loin.

 

 Oui, de la planète Farce!

Car le problème de Sétif, c'est bien cela. Une farce de la civilisation française qui a tourné en farce sanguinaire pour des dizaines de milliers de personnes.

 

Les indigènes? Des soldats français à part entière pour libérer la France en 1944, des demi-portions de français le reste du temps!

 

"En défendant la patrie, vous êtes les meilleurs de ses enfants." Voilà le genre de chose qu'on a dû leur dire. Et puis, au retour en Algérie. "Vous, les meilleurs de ses enfants? C'était pour rire, une bonne farce pour vous motiver. Nous, les officiers, on s'est bien marré et, en plus on a été décoré!"

 

Mais revenons à nos pieds-noirs et à leur apéro géant... Une vraie fête de la fraternité!

 

Ce qui est sûr, c'est que leurs tendances ségrégationnistes n'ont pas disparu avec le temps, leur racisme reste vivace après toutes ces années. Leur manifestation visait à se souvenir des quelques centaines d'européens morts lors des évènements de Sétif. Se souvenir seulement d'eux et pas des autres!

 

Normal, tout en étant d'Algérie française, les indigènes n'étaient pas français, juste des sous-hommes pour décorer le paysage et rendre la carte postale exotique. Tout en étant d'Algérie française, tout en ayant partagé certaines choses avec les colons, apparemment ces indigènes tués en mai 1945 par la France et non pour la France, ne méritent même pas que d'anciens français d'Algérie se souviennent d'eux!

 

Il y a des choses bizarres dans ce pays. Si j'avais été le fils d'un colon rapatrié et, si mes parents, imprégnés de la culture de ce qui fut "leur" terre, en avaient partagé avec moi les bontés et la beauté, ne serait-ce qu'à travers leurs souvenirs; il me semblerait du plus évident réflexe de partager à mon tour, cet amour pour une terre avec ceux qui en sont issus et qu'on appelait "les indigènes".

 

La côte d'Azur compte de nombreux descendants de rapatriés, de harkis et de nombreux fils et filles d'immigrés algériens.

 

Se retrouvent-ils parfois ensemble pour parler de ce qui fut leur terre, à l'heure de l'apéro?

 

On vous met la bande annonce de "Hors la loi"

 

 

 

 

 

Publié dans opinions

Commenter cet article

A2N 25/05/2010 17:20


Bonjour Milton !

Bien envoyé comme rappel mémoriel. Le pire ans cette farce de Cannes est que l'Etat ait soutenu les fachos et nostalgiques de la période où l'on bottait de derrière des " indigènes".
Cette France, celle du nain à qui l'on jette des bouteilles d'eau, n'est pas belle, pas du tout. Elle est, comme le dirait Marie Ndiaye, " monstrueuse".

A+


dgidgi 25/05/2010 17:05


C'est vrai, mais même les guerres entre européens relèvent, à mon sens du racisme. L'exemple des ariens qui se prétendaient race supérieure est évidemment raciste.Ce doit être Aimé Césaire qui a
dit que les français ont compris l'horreur de la guerre et de l'esclavage quand ils se sont rendus compte qu'ils avaient été traités en esclave par Hitler. Bien sûr qu'il y a des guerres non
racistes au sens usuel du terme, comme les guerres de succession (celles avec les Anglais en étaient), mais je pense qu'il y a toujours choc de cultures différentes quand il y a conflit. Il y a
aussi des guerres civiles me dira-t-on ou des guerres de religion. Dans tout conflit, je vois choc de cultures. Et dans le racisme, je vois aussi choc de cultures, non acceptation de la différence
de l'autre. D'où mon amalgame : le racisme, c'est la peur de l'autre, de la différence, et la guerre ce n'est que l'utilisation des armes par les sociétés pour exterminer cet autre, au lieu de
discuter avec lui.
Tout cela peut paraître angélique ou puéril, ou sujet à discussion, mais il n'empêche que contrairement aux éleveurs d'animaux, les humains seraient tous enclains à définir des critères pour
décrire les différentes races depuis la couleur de la peau, la couleur des cheveux, la texture de cheveux, l'écartement des oreilles ou des doigts de pied, les angles de tel ou tel os, que sais-je
encore. Alors plutôt que de m'engager dans des discussions n'ayant aucun sens chez les humains, je préfère penser (et dire) qu'il n'y a qu'une espèce humaine (nous sommes tous interféconds) qu'il
n'y a pas de races humaines (cela, c'est moins évident, certains pensent qu'on ne respecte pas leur différence quand on dit cela, ce qui n'est pas du tout incompatible) et pour définir le racisme,
plutôt que d'utiliser des critères morphologiques (qui ne tiennent pas la route), je préfère dire que le racisme, c'est la peur de l'autre, de la différence, peur engendrant des actes salauds tout
simplement. Tahar Ben Jelloun disait à peu près cela à sa fille, il ya une vigtaine d'années.


dgidgi 25/05/2010 14:45


Milton,
comparer des guerres différentes est un exercice bien difficile, bien périlleux et lourd de conséquences car les descendants des victimes sont souvent encore là à nous lire et n'apprécient pas ou
ne comprennent qu'on se serve de leur malheur (la perte d'êtres chers) comme unité de comparaison à une nouvelle barbarie en train de naître. Le sacrifice d'une génération est suffisant et ne doit
pas être le modèle à reproduire ou à utiliser pour la continuité de notre histoire. J'ai évidemment pensé à notre plus vieil ennemi, la perfide Albion et sa guerre de cent ans, le meurtre de Jeanne
d'Arc jamais pardonné. Mais j'aurais pu aussi évoquer l'Espagne ou la Hollande avec leurs dirigeants Bourbons (famille bien de chez nous), mis en place aux têtes de royaumes pour parvenir au calme
diplomatique international. Bref, toutes les guerres ont comme point de départ un choc de cultures différentes et partant de là, une volonté d'affaiblir l'autre, en l'exterminant par les armes.
En ce sens, je ne trouve pas la guerre d'Algérie plus raciste que d'autres, sa particularité étant dans le fait que là, nous étions l'occupant, l'envahisseur qu'il y avait lieu de faire partir, au
nom de la libeté des peuples à choisir leur mode de gouvernement. Je dirais que le racisme est présent dans toutes les guerres, même si ce n'est pas présenté comme cela, enfin ce que dans mes idées
je nomme racisme : je trouve raciste toute attitude qui consiste à hiérarchiser les différentes catégories d'humain, à vouloir dire tel ou tel type d'individu est prétendu supérieur à tel autre qui
ne possède pas la particularité en question. C'est peut-être faux comme définition du racisme, mais cela me convient tout de même, car les chocs culturels pevent être la source des plus grands
bonheurs des hommes quand ils savent les accepter, les reconnaître et pourquoi les partager, mais aussi peuvent être la source de la perte de l'humanité quand ils ne servent qu'à justifier la haine
et les conflits propres à l'espèce humaine.
C'est pour éviter cela que je n'accepte de comparer que les modes de résolution de ces conflits, les recettes de vie en paix, plutôt que de comparer les conflits eux-mêmes.


Milton Dassier 25/05/2010 15:41



Dans les guerres entre européens, il y avait guerre entre états mais pas de racisme hormis la haine distillée pour motiver les troupes.


Dans les guerres coloniales, il y a racisme: on conquiert au nom de la civilisation, on veut éduquer les sauvages, on veut les sortir de leur abêtissement, on veut transformer un pays en le
faisant entrer dans une modernité que seuls les colonisateurs peuvent apporter. Et comme les colonisés ne se laissent pas faire, s'y ajoute la haine et cela donne des exterminations, des
massacres, des génocides. La colonisation est raciste par essence.



dgidgi 23/05/2010 14:23


Je crois que ni le cinéma ni les anciens combattants sont la bonne solution pour que les français se réconcilient avec leur histoite et avec il faut oser le dire avec l'Algérie. La France a peur
des reproches que lui fait l'Algérie et ces reproches sont mérités.
Le cinéma, oeuvre de création aura toujours deux défauts : il représente une oeuvre artistique de création,et sauf pour les documentaires, il n'aura jamais la puissance de la vérité historique,
vérité admise par les historiens des deux camps, les morts algériens de Sétif sont-ils quelques milliers comme le prétendent certains historiens français (entendu chez Picouli) ou quelques dizaines
de milliers comme le prétendent certains historiens algériens (entendu chez le même Picouli). Comme de coutume, on va dire que la vérité est entre entre ces deux ordres de grandeur, mais n'y
aurait-il eut qu'un seul mort, c'eut été un mort de trop. L'autre reproche que l'on peut faire au cinéma, c'est qu'en voulant établir une oeuvre de souvenir de mémoire, on ne peut que montrer des
tueries et ce genre d'image choque, est détestable, surtout et aussi pour les familles des disparus qui sont encore les spectateurs potentiels de ces films.
Les anciens combattants ne sont pas non plus la bonne réponse, car ils représentent et incarnent les faits de guerre, leur action est indispensable pour le devoir de souvenir, mais ils sont
partisans et restent sur des positions tranchées. Les anciens combattants sont utiles quand ils se rencontrent entre camps anciennement adverses, mais c'est peu fréquent car les sorties oficielles
d'anciens combattants correspondent à des célébrations de victoire pour un camp et donc de la défaite de l'autre camp, qui bien sûr n'est pas célébrée de la même manière.
Alors que faire pour avancer, pour faire que France et Algérie se remettent de ce conflit pas encore oublié ?
Il faut analyser ce qui s'est fait entre France et Allemagne : plusieurs siècles de guerre, depuis les guerres de Prusse, de trente ans, de 1870, de Bismarck, de 1914 et de 1940. Ce n'est pas
exagéré : l'Allemand a été l'ennemi du Français pendant au moins tois guerres successives au 19 ème et au 20 ème siècle. C'est du à quoi ? Tempérament hégémonique des deux peuples peut-être mais
surtout volonté politique de domination y compris sur le monde entier. Pourquoi cela s'est-il arrêté ? Parce que les peuples l'ont voulu et que les dirigeants après les massacres ont eu
l'intelligence d'entendre cette volonté populaire de paix, je veux dire les créateurs de l'Europe, la Ceca de Monnet et Schumann. Cela a passé par une reconnaissance réciproque des deux cultures et
des jumelalges et des échanges culturels et linguistiques entre les deux peuples.
Ce modèle peut servir : faudra-t-il encore attiser plus de sources de conflits pour que les peuples de guerre lasse, on dit comme cela aient envie de vivre en paix ? Le siècle de guerre avec
l'Algérie, on l'a eu de la colonisation de 1830 à la guerre d'indépendance en 1962n voilà 130 ans de gentillesses, occupations, tortures et autres guérillas.Ne peut-on pas commencer dès maintenant
à découvrir les échanges culturels, à mettre en avant les volontés de vie commune et non pas stigmatiser les peurs de l'autre et les rancoeurs encore présentes. Mais il n'empêche que pour avancer,
il faudra bien que l'effort de mémoire existe ete que les deux camps y retrouvent leurs traces de blessures et leur vérité dans ces témoins d'actes de guerre passés : il faut que les choses qui se
sont produites soit dites, soit reconnues et que cette reconnaissance conviennent aux représentants des deux peuples, donc aussi conviennent aux deux peuples. A partir de là, on peut espérer que
les volontés populaires de vivre en paix des deux nations l'emporteront sur les arguments belliqueux.


Milton Dassier 23/05/2010 17:25



La comparaison avec l'Allemagne (tu as oublié de parler de l'autre grand ennemi de la France: la Grande Bretagne!) s'arrête à la volonté d'éliminer ou plutôt d'affaiblir un pays concurrent.
Alors que pour l'Algérie, il s'agit de domination, de dévoration d'une culture, d'une histoire, d'un peuple. Ce qui implique une dimension raciste. L'histoire de l'Algérie avant la colonisation
avait été occultée, effacée et donc inconnue des enfants d'Algérie alors que celle de l'Allemagne ou de la Grande Bretagne était connue au moins dans ses grandes dates par les petits
français. Voilà ce qui fait peur à nos pieds-noirs que la mémoire les oublie et que l'histoire ne leur attribue que des crimes...



Lila 22/05/2010 18:06


Les Kabiles aussi se souvienne du massacre que les turques leurs ont fait subir, vous avez ce peuples de Kabilie les premiers habitant, quand a Boutekika et toutes sa clique du FLN ce sont des
turques et n'ont originaire de l'Algerie! l'histoire il faut la voir dans la justice et la verité, concernant setif, se sont des tirailleurs sénégalais qui ont tirés et oui l'histoire!!mais
personne a le courage de dire les choses, pourquoi, je pensait que vous étiez un peu plus juste, car je vous lis souvent!


Milton Dassier 22/05/2010 23:28



Si les tirailleurs sénégalais ont tiré, c'est bien parce qu'ils avaient des ordres... Je suis auss juste que je peux l'être. Je ne parlais pas de l'histoire de l'algérie dans mon billet mais de
l'absence de tolérance et de désir de dialogue de la part vieux pieds noirs vis-à-vis de l'histoire non pas de leur communauté mais de ce qui était leur pays.