On s'en doutait : Laure Manaudou met les bouts

Publié le par Milton Dassier


C’était en avril 2008. Je vous faisais un article sur Laure Manaudou et vous faisais une prédiction : on ne la reverrait jamais gagner à nouveau quoi que ce soit.

La raison : le syndrome Marie-José Pérec. Dés qu’une jolie femme devient une championne d’exception, elle est promise à une pression continue de la part du public, des publicitaires et des médias, pression qui finit par étouffer,  écraser ou couler.

 

Merci et Bonne Chance à Laure d’avoir su nous faire rêver. Grâce à elle et à la natation française,  je me suis remis à la natation pour mon plus grand bien.



Laure Manaudou : Diva des médias

La façon dont la presse rapporte les performances de Laure Manaudou aux championnats de France de natation témoigne de ses tendances mercantiles.

Fini, l'information pour l'information, ici, c'est l'information pour l'émotion, or c'est l'émotion qui fait vendre aujourd'hui.

Des championnats de France très importants car ils servent de sélection pour les JO de Pékin. L'équipe de France a le vent en poupe depuis les championnats d'Europe, elle a ses champions, ses championnes qui nagent des longueurs de bassin pour être au top.

Cependant, les médias se sont focalisés sur Laure Manaudou, devenue la diva du sport français.

 

J'en veux pour preuve le 400m nage libre où Laure Manaudou a fini troisième et perdu son titre de championne de France. Qu'a titré la presse le lendemain ?

« Les larmes de Laure Manaudou »

 A peine deux mots sur celle qui a gagné la course, la roumaine Camélia Potec qui s'entraîne en France et à peine une ligne sur celle qui a gagné le titre de championne de France, la martiniquaise Coralie Balmy, une nageuse dont les performances s'améliorent de semaines en semaines.

 Laure Manaudou a refusé, parait-il la médaille de bronze et a paru agressive vis-à-vis des gagnantes.
Une attitude de diva qu'on lui pardonne bien sûr étant donné la pression dans de telles courses. Le problème, c'est que la presse n'a retenu que cela sans appuyer encore là où ça fait mal.

Mais pour combien de temps ?


 La star de la natation française est en danger non pas à cause de sa condition physique mais à cause du feuilleton de sa vie qu'elle n'a pas su protéger des regards indiscrets, des photographes trop curieux, des amants et amis déloyaux.


Dés lors que l'argent, les sponsors, les médias people se sont mêlées de sa vie sportive et privée, elle s'est retrouvée dans un climat où la sérénité nécessaire au dépassement de soi manque cruellement.


 Et il y a un précédent ! Un précédent qui n'a pas servi de leçon...


Une jeune femme aux capacités exceptionnelles, aux performances extraordinaires a été elle aussi le chouchou des médias et des sponsors français. Elle atteignit des sommets puis elle s'effondra au fur et à mesure qu'elle était observée, espionnée par des médias plus intéressés par le sensationnel que par le respect. Elle aussi fut encensée, elle aussi devint une diva, elle aussi changea d'entraîneur, elle aussi partit à l'étranger. Puis, quand on fut sûr qu'elle ne gagnerait plus rien, on insista sur ses sautes d'humeur, on souligna son instabilité, on la soupçonna de folie...

On l'a complètement oublié alors qu'elle fut la plus grande championne française de tous les temps.

Vous avez deviné ?



Peut-être pas, c'est elle en photo à gauche. C'était Marie-José Pérec.


Malheureusement, Laure Manaudou potentiellement aussi magnifique, risque d'avoir la même destinée.

 

Publié dans presse et médias

Commenter cet article

nikonekro 19/09/2009 00:36

Attendez...vous êtes marrants, mais imaginez la pauvre petite...si elle devait gagner un titre de championne du monde, ou de championne olympique...on verrait sarkozy accourir sur ses petites pattes...pour la biser de partout et la toucher dans tous les sens...moi je la comprends! ramer pour ensuite se farcir la bave du nabot...c'est pas un boulot!

A2N 19/09/2009 00:28

Milton,

C'est bien ça le mal français.C'est très lié au fait ce pays n'a pas de culture sportive, à l'instar de ses principaux rivaux dans les grandes compétitions. Donc, on ne sait pas trop prendre du recul devant les talents qui sortent du lot, d'où le gachis Manaudou,Aron, Pognon, Raquil....et un peu moins Marie Jo.

A+