Hortefeux : quand la politique de casting dérape encore!

Publié le par Milton Dassier

Les masques tombent! Et sans parachute!

La vidéo où Hortefeux dérape franchement est l'illustration du systéme de discrimination sur des bases racistes.

Finalement, un acte de discrimination, c'est quand on compare quelqu'un aux autres en fonction de sa race, sa religion ou son origine.


Gare aux basanés qui rencontreront la route de ces militants UMP de Seignosse!


En faisant le tour du monde, puisque la presse étrangère a repris l'information, l'affaire Hortefeux met parfaitement en évidence le système Sarkozy.


Rappelons-nous 2007. On a eu un président bourgeois ami des plus riches mais dont un bonne partie de l'électorat populaire était issu de l'extrême-droite. Il fallait les fidéliser ces électeurs, il fallait leur garantir que leurs idées pouvaient être enfin intéressantes et sortir du cadre habituel des partis d'extrême-droite.

D'où cette fabuleuse trouvaille de ministère de l'immigration et de l'identité nationale. Brice Hortefeux, secret, froid et fidèle était parfait. Hortefeux, le type bien brave, très dévoué et plein d'admiration pour son maître.

D'où cette politique sécuritaire qui multiplie les garde-à-vue et les prélèvements ADN pillant ainsi nos libertés fondamentales.
D'où ces ralliements plus ou moins discrets de cadres de l'extrême-droite à l'UMP: Patrick Buisson, Hervé Novelli, Bernard Gachet, Guillaume Lepeltier, Philippe de Villiers...


Normal donc qu'un bonhomme comme Hortefeux soit accueilli en héros au sein de ces petits militants.


Mais il fallait rassurer les démocrates, se donner une image positive et même faire douter la gauche molle. On inventa alors "l'ouverture". Pas seulement un débauchage des cadres du PS ou du Modem.
Il fallait ouvrir à la "diversité".

Et maintenant, l'on comprend que si casting il y eut, il se basait aussi sur l'origine des candidats! Il fallait des cathos : on choisit Boutin pour ses combats moraux, Martin Hirsh pour son grand coeur!

Mais le casting dérapa dans ce qu'on peut qualifier de discrimination.
il fallait des beurs, il fallait des noirs, des gens qui ont de la gueule, jolie ou pas. Il en fallait une ou deux, pourquoi pas trois mais pas plus!
Quelques-uns ça va, mais s'il y en avait beaucoup, ils constitueraient une bande trop visible et "c'est quand il y en a beaucoup que cela crée des problèmes." comme le dit Hortefeux sur la vidéo.
Le gouvernement, l'UMP, la France, tout ça c'est le même raisonnement..


Le choix se porta donc sur une jolie femme très noire d'origine africaine, sans expérience d'élue, sans bagage politique autre qu'un tout petit secrétariat à l'UMP. Beaucoup de personnalité et d'éloquence. On confia à Rama Yade, un secrétariat où on parle beaucoup et on agit peu et sans moyen, sans pouvoir : le secrétariat des droits de l'homme au ministère des affaires étrangères.


Un autre choix, celle dont l'histoire qui fut travestie en conte de fée. On l'a trouvée, on l'a sortie du ruisseau, elle était ambitieuse, pas identitaire pour un sou, dévouée à ses mentors, sans expérience d'élue mais avec un peu d'expérience politique, celle qu'on se forge dans l'ombre des grands. Jolie mais avec du caractère. L'étoile filante Rachida Dati était née! Le ministère de la justice, il fallait une tête brûlée pour tenter de le faire bouger. Donc, Rachida s'y brûla mais de façon glamour pour qu'on ne l'oublie pas trop vite.


Et puis Fadela Amara. Parfaite pour convaincre la droite que Sarko, il est vraiment le plus fort. Un beurette de gauche, présidente d'une association féministe spéciale anti macho musulman. Une arabe sauvée de l'islam, une arabe convertie aux bienfaits de la laïcité républicaine. Un transfuge, quoi! On l'a mit au ministère du logement avec pour mission de faire croire que les banlieues intéressent Sarkozy.


Comme pourraient dire les amis auvergnats d'Hortefeux:


Fadela l'arabe féministe piquée à la gauche, ça c'est de l'intégration!


Rama, la p'tite blacke bien foutue qui parle comme Sarkozy, ça c'est de l'intégration!


Rachida, la beurette pleine de gratitude, qui s'est faite toute seule, ça c'est de l'intégration!

 

Au total, il ne fallait pas se faire d'illusion. C'est l'avocat d'affaire des plus grandes fortunes de France qui fut élu président de la république. Le genre de type qui cotoie les grands mais se sent quand-même toujours tout petit quand il rentre chez lui.
Alors, il eut une idée géniale: la politique le grandirait et même au delà. Et pour arriver à ses fins, tous étaient bien à fréquenter ou à éliminer: Charles, Jacques, Claude, Edouard, Dominique, François...

Ses amis le soutiendraient et il les remercia au centuple. Il était leur égal d'une certaine façon et ils le lui démontrèrent, surtout au début du septennat : une ballade en yacht par ci, des vacances offertes par là !



Ne vous marrez pas ! Quelque part, il est génial dans son style... Le style "Je vais tous vous baiser!"

Publié dans politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

A2N 13/09/2009 04:09

Bonjour, Milton

Rien a rajouter, c'est clair,net et précis. Un Uppercut au foi, celui des hypocrites qui prennent les gens pour des cons. Ton billet doit parvenir à un maximum de personnes, ça fera réfléchir ceux qui n'ont toujours pas compris ce qui se passe. Quant à ton article sur Jean Marie Le Pen, où tu changes le décor, c'est bien balancé. L'anti-racisme à géométrie variable dans toute sa splendeur Stupéfiant !

A+

Milton Dassier 13/09/2009 23:00


Oui, même moi, quand je l'ai écrit, ça m'a fait drôle!