Arrêt sur mirage : Flagrant délit de mensonge pour Nicolas et Rachida

Publié le par Milton Dassier

Si ça continue, les médias de grande diffusion n'auront plus qu'une seule utilité : nous amuser des trésors d'ingéniosité inventés par les politiciens et leurs coachs en communication pour nous faire gober tous leurs mensonges.


C'est comme dans la pub, vous pouvez regarder de deux façons. Soit vous vous laissez séduire par le ton, le look, les arguments simples, soit vous restez distants et faites comme un professionnel. Vous observez à la loupe comment la manipulation a été préparée, comment le ciblage en fonction du type de téléspectateur a été apprécié, évalué; comment tout ce qui est dit a été pesé, calculé pour produire un effet d'adhésion voire d'approbation inconditionnelle.


La télé des émissions à invités politiques, c'est de l'info fast-food. C'est mauvais, mais on soigne l'emballage, la présentation, le packaging et surtout le goût des sauces et des aromates. La réponse bidon qui sonne comme une vérité, c'est la pointe de mayonnaise qui fait oublier l'insipidité et guérit durant quelques secondes votre agueusie le temps d'une bouchée. La satiété surgit assez vite, votre faim est rassasiée... Comme par enchantement, grâce à la sensation de votre estomac bien rempli et grâce la rapidité à l'avaler, vous jugez votre repas, disons efficace.


La communication efficace conduit au bidouillage. Il y avait eu Luc Chatel et ses fausses rombières pousseuses de caddie juste avant la rentrée des classes, aujourd'hui, le président en personne s'adonne à ce genre de manipulation avec la complicité des journalistes, de presque tous les journalistes.

Un Nicolas Sarkozy mâchant du chewing-gum, a visité une usine dans l'Orne et causé avec des ouvriers. Je dis "Un" car on se demande si c'est bien le même avec son chewing-gum...



Si vous voulez des infos sérieuses sur le politique française, regardez les télés étrangères..Aujourd'hui, la Belgique nous éclaire. Merci à ses journalistes!

La RTBF nous révèle ainsi que les ouvriers rencontrés étaient bien des ouvriers pas de militants UMP. Sauf qu'ils avaient été choisis sur un critère de taille. Aucuin ne devaient être plus grand que le président...

Le reportage de la RTBF interview une femme qui le reconnait en apparté...

 


 

La première nécessité pour les communicants est de faire beaucoup de vent en un minimum de temps, y compris sur des sujets réclamant réflexion et long débat d'idées.


Rachida Dati, avec la complicité de Thierry Ardisson, a fait très fort. Difficile de convaincre de la justesse d'une loi qui fera reculer la justice. Alors, on invente et on accable un homme qui jouit d'une forte aura de popularité : Robert Badinter. Celui-ci fut ministre de la justice et on retient surtout de son oeuvre, l'abolition de la peine de mort.


C'est ce qu'a compris Rachida Dati alors elle ose metre au défi ses contradicteurs et ainsi jauger leurs connaissances.


"Pouvez-vous citer une seule réforme de Mr Robert Badinter en dehors de l'abolition de la peine de mort?"

La question laisse entendre qu'elle connait la réponse alors personne n'osera la contredire...

Sur la vidéo, c'est vers 3mn 35s.

 

 

 

Et pourtant, Robert Badinter, en son temps, fut le ministre de la justice qui fit le plus pour le droit et la justice.Grâce à lui, la France passa d'une justice partiale et partielle à une justice où les droits de la défense et de l'accusation étaient sur un même pied d'égalité. Personnellement, je me rappelais de l'abolition de la loi anti-casseur, de l'abrogation des tribunaux d'exception et des tribunaux militaires en temps de paix, et de l'instauration des travaux d'intérêt général pour les petits délits.

Je me suis documenté et voilà:

 



- La suppression des juridictions d'exception comme la
Cour de sûreté de l'État et les tribunaux des Forces Armées en temps de paix ;


- Le renforcement des libertés individuelles par la suppression de dispositions légales pénalisant les relations homosexuelles avec un mineur pour des âges où les relations hétérosexuelles étaient légales, etc. ;


- L'amélioration du droit des victimes, à travers la
loi du 5 juillet 1985 sur les accidents de la circulation ;  - Le développement des peines non privatives de libertés par l'instauration des jours-amendes et des travaux d'intérêt général pour les délits mineurs. 


- Permettre à tout justiciable de porter un recours devant la
Commission et la Cour européenne des droits de l'homme

- La relance en 1985 la commission de révision du code pénal instituée par Valéry Giscard d'Estaing en 1974 et qui s'était éteinte après l'élection de François Mitterrand en 1981.



Rachida Dati pourra jouer habilement sur le sens du mot réforme histoire de noyer le poisson si quelqu'un l'interpelle, il n'en demeure que le désir de manipuler et tromper l'opinion est flagrant...

Publié dans presse et médias

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

maurice 08/09/2009 08:13

Ce sont des menteurs, des manipulateurs qui ont dèja mis les médias dans leurs poches et maintenantla justice au ordre d'un seul homme digne des dictatures sud-Américaine à l'époque de Pinochet.Vive la France !

A2N 07/09/2009 11:52

Bonjour, Milton !

De plus en plus ridicule, ce petit homme. Carla B doit se méfier, car elle frustre son guignol de mini-monarque.Et les médias dans tout ça? Aux abonnés absents, comme d'habitude.Qui a dit que la France était encore une démocratie?

A+

Milton Dassier 07/09/2009 18:36


Les médias français viennent de se réveiller... Ouf ! Question mutisme, on a évité le pire au pays de la liberté d'expression!