Le pays des droits de l’homme.. en bleu

Publié le par Milton Dassier

Est-ce que vous connaissez les droits des accusés en cas de garde-à-vue ?

La France est un des pays les plus rétrogrades en la matière. A l’image de ses prisons.

En fait, une garde-à-vue est une détention en plus d’un interrogatoire.

 

Actuellement, une garde-à-vue « classique » dure 24h reconductibles. Avant ces 24 heures, pas d’avocat, pas de rappel des droits de l’accusé comme celui de garder le silence, pas le droit de contacter qui que ce soit ne serait-ce que pour avertir qu’on est en garde-à-vue. Seul un médecin peut être appelé par les policiers.

 

Pour les affaires de terrorisme, les choses sont pires encore. Entendons-nous bien, par affaire de terrorisme, on veut dire non pas des affaires qui impliquent des combattants liés à l’exécution ou la préparation d’un attentat mais des affaires politiques qui auraient pu déboucher sur de tels actes, l’appréciation étant laissée aux policiers. C’est dire toutes les dérives possibles. Le soupçon d’une menace, d’un vandalisme peut être qualifié de terrorisme si les policiers y voient une connotation politique.

 

Imaginons que vous ayez fait preuve d’un humour déplacé et morbide quand vous aviez revendiqué pour rire d’avoir aspergé le ministère de la justice de peinture rouge. La police vous arrête et vous conduit pour 96 heures de garde-à-vue parce qu’elle estime que c’est un acte terroriste.

 

Un avocat vient vous voir au bout de 72h sans avoir connaissance du dossier. Votre entrevue dure 30mn selon la loi. Ensuite, les policiers pourraient vous faire la totale en matière d’interrogatoire : privation de sommeil, pressions psychologiques, étalage de toute votre vie privée jusqu’à ce que vous pétiez les plombs pour de bon…

 

Lisez l’article suivant pour bien comprendre la situation du « Pays des droits de l’homme bleu » droit dans ses bottes, droit dans son uniforme. C'est ICI.


 

 

Publié dans justice

Commenter cet article