Les préfets racistes ont encore de beaux jours devant eux!

Publié le par Milton Dassier

En cherchant des infos sur l'affaire du préfet Girot de Langlade, suspendu de ses fonctions pour propos racistes, je me suis amusé à faire le tour de l'arsenal législatif, règlementaire et des structures de lutte contre le racisme.


Malgré des lois, des recommandations très fournies en indications de procédures, des peines sévères et la notion de circonstances aggravantes quand un crime est commis par racisme ou homophobie, Claude Ribbe, pessimiste, ne voit pas le fameux préfet condamné. Il en veut pour preuve que le préfet a été "immédiatement suspendu" par son ministère pour une mission déjà achevée! Extraordinaire n'est-ce pas! Le préfet est toujours préfet mais en vacances et officiellement suspendu. Mission accomplie, le préfet a été mis au vert, il ne sera pas de la prochaine promotion de la légion d'honneur. Mais il l'a déjà! Et il continue de profiter des salaires et privilèges liés à sa fonction.


D'ailleurs, si vous cherchez bien, vous vous apercevrez que l'agent de sécurité courageuse qui a porté plainte, l'a fait toute seule comme une grande sans aller pleurnicher dans les jupes d'une association antiraciste ou communautaire ou encore d'un quelconque Bureau National de vigilance contre je ne sais quoi!

Même l'information a suivi des circuits étranges pour la plainte contre le préfet. La presse a repris une information fournie... Par l'AFP? Eh non! Par une autre agence? Pas du tout! Par un webjournal créole de l'ïle de la Réunion: Zinfos974!

Incroyable tout de même. La confiance règne dans la presse parisienne ! Ah si l'agent de sécurité avait été d'une certaine religion...

Je suis tombé sur ce qui existe en matière de lutte contre l'antisémitisme et j'avoue que je suis tombé des nues. Non pas que sur le plan des lois les choses soient différentes. Mais au niveau des procédures d'alerte, de plainte et de médiatisation, quel contraste!

Il existe des associations "agréées" par le gouvernement, qui peuvent recueillir témoignages et plaintes, fournir un avocat, se rendre sur les lieux des faits, prévenir la police, enquêter et donner des informations aux médias en cas du moindre méfait à caractère antisémite. Cela va même plus loin puisque leurs dirigeants estiment que le militantisme propalestinien est une forme d'antisémitisme.

Il y a ainsi le Service de Protection de la Communauté Juive, les CCJ, le Forum Citoyen et le Bureau National de Vigilance Contre l'Antisémitisme.

On peut même remplir des formulaires de signalement d'un méfait en ligne! Vous vous faites traiter de "youpin" par n'importe qui, n'importe où, n'importe quand, vous allez sur le net et vous remplissez le formulaire, vous confirmez par écrit, un membre du BNVCA vient vous réconforter et au plus tard. 48 heures après, les flics, le procureur, toute la presse et même le préfet du coin sont au courant.Oui, les préfets même racistes sont des acteurs privilégiés de la mise en oeuvre de certains signalements racistes!

Si cela est légal, et ça l'est sûrement, il n'y a rien à redire. Mais question deux poids, deux mesures, c'est écrasant!

Alors pourquoi une telle différence de traitement?


La lutte contre le racisme sous toute ses formes est inscrite dans les principes de la république mais, certaines politiques menées par le gourvernement sont franchement xénophobes et discriminatoires : immigration, sans papier, banlieues pauvres, outre-mer pauvre. Il faut donc entretenir un climat qui les rendent possibles et acceptables de l'opinion. Et s'il y a des dérapages, on pourra toujours le regretter et parler de victimes collatérales voire qu'on ne fait pas d'omelette sans casser des oeufs!

Autre raison et pas des moindres, l'électorat est plus raciste : par exemple 3 français sur 5 croient aux races et 1 français sur 5 croit à la supériorité de certaines races.

Un électorat manipulé par une obsession de la sécurité et qui voit fréquemment un délinquant potentiel sous la peau mal blanchie de chaque basané.

Une opinion publique qui marche au quart de tour si on lui dit que la burqa menace l'intégrité de la république alors qu'elle n'est portée que par environ 360 personnes en France, la plupart du temps par choix et non par soumission!

Alors pour faire "républicain", pour montrer au monde et à l'opinion que la France se soucie de lutte contre le racisme, les dirigeants actuels ont "mis le paquet" sur la lutte contre l'antisémitisme et négligent volontairement les autres formes de racisme.

Et puis, cela correspond au repli sur soi des grandes capitales occidentales, très engagées dans leurs guerres contre le reste du monde, elles ont besoin d'ennemis de l'intérieur au moins pour doper et duper encore mieux leur électorat.

Certains me diront : Et Israël dans tout ça?

On lit sur le site du BNVCA que parmi les trois motifs de son existence, l'un concerne directement la promotion d'Israël:

Il ne faut pas oublier également que les CCJ ont la possibilité de prendre un certain nombre d'initiatives (par exemple le «lobbying» en faveur d'Israël) sur le terrain desquelles les institutions centrales ne peuvent se risquer sans dommage.


Israël est une pièce de l'échiquier, le fou sur sa diagonale blanche qui a bien du mal face aux cavaliers adverses. Israël fait dans le lobbying tous azimuths y compris au sein de sa diaspora en occident. Alors en France, on caresse les associations communautaires dans le sens du poil à cause des liens très forts qui les unissent au reste de la diaspora et aux milieux gouvernementaux israéliens. Le chantage à l'antisémitisme joue pleinement son rôle politique, c'est bien ce qui différencie cette forme de racisme des autres.


Même les dernières dispositions de la loi Lellouche de 2003-2004 qui renforce la lutte contre le racisme sont revendiquées comme émanant des institutions communautaires juives. Voir ICI (voir page 13).

Et puis, c'est si commode pour freiner l'islamisation de la France que Sarkozy voit comme inéluctable dans quelques générations! Il l'aurait affirmé à Philippe de Villiers lors d'un entretien récent.

On est saisi d'effroi quand on s'aperçoit que les lois récentes contre le racisme ne sont qu'un simple habillage d'une lutte contre l'antisémitisme aux connotations si politiques.


Courage, amis victimes de racisme, portez plainte, médiatisez mais ne vous faites pas trop d'illusions...



Publié dans racisme et xénophobie

Commenter cet article

A2N 24/08/2009 08:34

Bonjour, Milton !

Rien à dire sur ton exposé. tu as tout simplement commis un véritable décrytage de la manipulation "anti-raciste".C'est bizarre que personne ne dénonce la fusion UMP-MPF, n'est-ce pas ? Imagine si Le Pen avait fait la même chose....., ça aurait provoqué les cris d'orfraie de parts et d'autres. Comme quoi, l'instrumentalisation des uns fait le bonheur des autres. Désormais, les victimes du racisme sauront à quoi s'en tenir avant de se lamenter devant les officines dites anti-racistes, Sos Racisme, ni putes ni soumises, Licra....
Quelle hypocrisie républicaine !

A2N

setkem 23/08/2009 21:48

en plein ds le mille....rien a rajouter.merci milton. j'envoie le lien a mes contacts.

maurice 23/08/2009 16:26

deux poids deux mesures , c'est cela la France à Sarko.Choisi ton camp camarade.