Attentat de Karachi : voyage en eaux troubles pour Mediapart

Publié le par Milton Dassier

Mediapart est-il le seul journal d’investigation digne de ce nom ?

Pour ma part, j’y suis abonné depuis le début (9€/mois) et, j’ai vu petit à petit, ce webjournal prendre son envol avec un travail de qualité.

 

Ces derniers temps, la rédaction publie des articles sur les attentats de Karachi. L’essentiel de l’affaire y est décrite avec des témoignages ahurissants et des documents confidentiels.

Dans le reste de la presse, on retient son souffle et sa plume. Bien peu se risque à apporter leur savoir-faire journalistique si tant est qu’il leur en reste.

 

Alors que Mediapart a réussi à démontrer que, dans une affaire de vente de sous-marin à perte au Pakistan, il était prévu le versement de commissions à des oligarques de la politique et de l’armée pakistanaise.

 

Alors que, grâce à des témoignages concordants, Mediapart révèle que ces commissions donnaient lieu à des rétrocommissions occultes devant financer la campagne d’Edouard Balladur en 1995.

 

Alors que, les intermédiaires étaient, pour la plupart, des hommes d’affaires libanais impliqués dans le blanchiment d’argent provenant de trafic d’armes et de drogues. Mediapart a publié leur nom.

 

Alors que, Mediapart publie des interviews d’anciens membres des services secrets et de la DST, se basant sur des « mémos » de la CIA et du MI5 qui vont dans le sens de la thèse du financement occulte de la campagne d’Edouard Balladur.

 

Alors que, parmi les personnes qui pourraient avoir à répondre de ces mises en cause ou à témoigner, on trouve deux présidents de la république française dont Nicolas Sarkozy , un président de la république pakistanaise et un ancien premier ministre français, et d’autres membres du gouvernement français de Balladur.

 

Alors que grâce à cette affaire, on a de fortes présomptions sur les liens entre groupes terroristes, services secrets, trafiquants d’armes et de drogue, sociétés financières et politiciens,

 

Personne dans le reste de la presse ne reprend sérieusement le travail de Mediapart. Tout juste, le Canard Enchaîné, rappelle-t-il avec justesse, que les attentats de Karachi ont été peut-être commis en relation avec la vente d’armes à l’Inde par la France. Cela n’enlève rien à la thèse de Mediapart et confirme le rôle des services de l’armée pakistanaise. Cela irait aussi dans le sens de l’opération de représailles menée par le service action de la DGSE.

 

Qu’à cela ne tienne, le pouvoir fait profil bas. Balladur, Donnedieu de Vabres, Sarkozy sont aux abonnés absents.

Le juge d’instruction et les avocats des familles ont obtenu que les documents classés « secret défense » soient déclassifiés.

 

Mais lesquels seront disponibles ?

Publié dans presse et médias

Commenter cet article