Un quart des médecins parisiens refusent les pauvres

Publié le par Milton Dassier

25% des médecins parisiens refusent la CMU.

Les patients CMU, persona non grata pour 25,5% des praticiens parisiens. Une étude de l'Institut de recherche et de documentation en économie de la santé; (Irdes), commandée par le Fonds CMU. Dans ses conclusions, l'étude de l'Irdes confirme que les 4,2 millions de bénéficiaires de la CMU en France sont victimes de refus de soins.


Ils ont utilisé le testing. Pour cela, les auteurs de l'étude ont appelé plusieurs centaines de praticiens de Paris en se faisant passer pour des bénéficiaires de la CMU.

Sur 861 réponses obtenues, 25,5% constituent des refus nets, les rejets plus ambigus,comme des délais très longs de rendez-vous, n'ont même pas été pris en compte.


Les généralistes de secteur 1 qui appliquent les tarifs sécu sans dépassement sont nettement moins nombreux (9,2%) que ceux qui exercent en secteur 2 (ils ont le droit de majorer les tarifs sécu) (33%), pour un total généralistes de 19,4%.


Les médecins les moins enclins à accepter ces patients sont les gyncologues (38% de refus de soin). Les plus enclins à les recevoir sont les radiologues, avec 5% de refus de soins.


Le principal argument avancé par ces praticiens est financier: Il leur est impossible et interdit de pratiquer des dépassements d'honoraires avec les patients CMU.Et, dans une ville aussi couteuse que Paris notamment sur le plan des loyers des cabinets médicaux, cet argument est répandu. Il y a aussi les problèmes liés à l'absence et au refus d'avoir des équipement de lecture des cartes Vitale.


Hors des 25% de refus nets, il y a aussi l'hypocrisie de la part de certains professionnels qui disent accepter les patients CMU par charité ou de façon exceptionnelle pour éviter un "appel d'air". Certains encore imposent des conditions spécifiques, notamment des créneaux horaires réservés.


La situation est donc très alarmante. Le testing pour refus de soins discriminatoire, était inscrit dans la loi "Hôpital, patients, santé, territoires (Hpst). Il a été supprimée par les députés UMP. Les praticiens qui refusent les patients CMU ne risquent que des sanctions disciplinaires, que les experts estiment peu dissuasives.

Sensibilisée au problème, l'assurance maladie a envoyé un courrier aux 5% de médecins qui ne reçoivent jamais de patients CMU, en leur demandant de s'expliquer.

NB : La CMU (Couverture Maladie Universelle) est une assurance maladie pour les gens à bas revenus qui couvrent l'ensemble des frais médicaux avec dispense de versement d'honoraires au médecin. Celui-ci se faisant payer par les organismes d'assurance-maladie après mais dans des limites du tarif de base des caisses de sécurité sociale.

Publié dans social

Commenter cet article

vieille dame 05/07/2009 11:12

j'ai une idée qu'elle est bonne : privons ces charmants praticiens de tout remboursement... pour tous leurs patients... pour avoir été secrétaire de gens très riches, je peux vous dire qu'ils remplissaient (faisaient remplir) leurs feuilles de sécu avec un zèle et une constance admirable !

Milton Dassier 05/07/2009 16:04


Je ne suis pas sûr que ça marcherait. En fait, tout vient des choix de tarification des médecins. Secteur 1 et 2 est avantageux pour les médecins qui payent assez peu de cotisations personnelles
(allocations familiales, assurance-maladie, fond de formation, CSG-RDS..etc).
Il y a pas mal de praticiens en secteur 3, ce qui veut dire que les patients sont très peu remboursés sur des honoraires entièrement libres mais le praticiens payent beaucoup de cotisations
sociales.
Bien sûr, le secteur 2, cela concerne des médecins pour riches. J'ai souvent vu des gens aisés renvoyer leur feuilles de soin des mois après les soins. C'est le secteur 2 le coupable car les
dépassements d'honoraires sont autorisés "avec tact et mesure "  et donnent lieu à un remboursement intégral de la sécu et des mutuelles. Le problème est que les médecins de secteur
2 abusent et font du secteur 2 un secteur 3 subventionné qui leur coute peu en cotisations sociales personnelles.
Secteur 3 = honoraires libres mais la sécu et les mutuelles ne remboursent que le tarif de base
La solution : supprimer le secteur 2  et ne garder que le secteur 1 (dépassements interdits tarif de base sécu) et le secteur 3  .


Enezeneg 02/07/2009 09:39

Et un petit tour du côté des dentistes et les serments n'auront plus de valeurs...
Le jeudi mis à part - jour sacré de repos par excellence - dédié à la pratique du Golf...
Même pas le mercredi pour leurs propres enfants... C'est tout dire... Belle éducation...

zine 02/07/2009 00:42

Je ne comprends vraiment pas ... Un médecin, qui gagne quand même pas mal sa vie, ne peut-il pas recevoir 1 ou 2 patients CMU par jour ?