Vendredi 29 mai 5 29 /05 /Mai 17:06

Très instructive, la façon dont on rend compte d’une escroquerie sur la construction et l’entretien du réseau routier martiniquais. En effet, les télévisions et le journal France-Antilles en parlent ainsi :

 

Ce lundi, deux anciens dirigeants de la Colas ont été mis en examen et placés sous contrôle judiciaire. Ils sont suspectés d'avoir fait surfacturer des tonnes d'enrobés aux collectivités pour des travaux de réfection de voirie entre 2006 et 2008. Le Département et la Région auraient ainsi payé des montants beaucoup plus élevés que la réalité des travaux. Pour les deux assemblées, le préjudice porterait sur plusieurs centaines de milliers d'euros.

Comment un tel système a pu exister pendant trois ans sans que personne ne s'en aperçoive ? Pour les travaux d'enrobés concernés, qui seraient essentiellement des marchés d'appel d'offres, les collectivités maîtres d'ouvrage sont censées contrôler les services faits. « Mais, dans la réalité, c'est très compliqué de tout vérifier. Il arrive régulièrement que la société fournisse elle- même ses vérifications. Et, dans ce cas-là, c'est très facile de frauder » , indique un bureau de contrôle.

Pour un autre expert, des complicités ne sont pas à exclure non plus dans ce dossier. Ce sont tous ces éléments que l'antenne de police judiciaire va désormais vérifier. Les bons de commande et les factures seront aussi épluchées afin de déterminer la nature du préjudice exact des deux collectivités. L'enquête se poursuit sous la direction d'un juge d'instruction.

 

Pour certains membres du milieu professionnel concerné, le BTP, le contrôle réalisé par les services du conseil régional et du conseil général a été fait à la légère. Volontairement ? En effet, s’il s’agit de surfacturation d’enrobés, il n’est pas difficile de calculer les volumes nécessaires et réellement utilisés. Avec le nombre d’experts et de bureaux de contrôle travaillant pour les administrations, cela n’est pas très difficile.

 

Ou alors, la réalité pourrait être que des factures pour des volumes d’enrobés nécessaires à des  travaux complémentaires fantômes ont pu être facturés mais les travaux pas réalisés.

 

On peut donc décemment se poser la question de la possibilité d’une affaire de fausses factures à grande échelle destinées à des organisations politiques…

 

 

Par Milton Dassier - Publié dans : société - Communauté : PARLONS FRANCHEMENT
Ecrire un commentaire - Voir les 9 commentaires
Retour à l'accueil

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>

Rechercher

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés