accusé de vol de vélo : A six ans, il est interpellé devant son école

Publié le par Milton Dassier

C'est la mésaventure arrivée à deux enfants (6 ans et 10 ans) d'un petit village de Gironde accusés à tort d'avoir volé un vélo.

Une plainte à la police de la part d'une mère dont le vélo du fils a disparu, et une indication précieuse de la maman plaignante sur le fait que les deux enfants soupçonnés roulent sur un vélo ressemblant à celui de son fils. Comme quoi, les grandes affaires commencent souvent à partir de petits détails insignifiants.


Voir la vidéo

 


 

Une enquête difficile démarrait, la mobilisation de la police de Senon était la condition d'un travail rondement mené. Sans doute le préfet de Gironde et peut-être même Michelle Alliot-Marie étaient tenus au courant.

Les fins limiers du commissariat de Senon, tiennent donc là une piste sérieuse. Il leur fallait donc interpeller les supects au plus vite avant qu'ils n'aient pu alerter leurs comparses, leurs riches commanditaires et leur réseau de recelleurs.


Après avoir rassemblé dans sa mémoire les morceaux du puzzle de cette triste histoire, La maman désolée de la victime de ce vol odieux, donnait une autre indication :En plus, on ne les voyait jamais sur ces vélos-là auparavant.

Un faisceau de présomptions fiables, cohérentes et sérieuses illuminait le cerveau vif des policiers: "Bon sang! Mais c'est bien sûr!"


Six policiers attendirent les enfants devant l'école élémentaire où ils étaient censés se trouver. La couverture idéale : celle de l'élève innocent qui fait la joie de ses parents et des enseignants, tout en se livrant à des actes délictueux. Et puis, un peu basané cet enfant... Les six policiers prirent leur courage à douze mains et, dés la sortie de l'école, embarquèrent les enfants qui ne dirent pas : "Damned, nous sommes faits comme des rats! Passe-moi la kalashnikov !"

La garde-à-vue de deux heures ordonnée par le parquet de Bordeaux ne donna pas les résultats attendus.

"On nous aurait menti !" dit un des policiers, dépité par cet échec. Adieu Sarko, Alliot, promo...

La mère put même prouver l'innocence des enfants. Le vélo litigieux avait été offert à l'enfant par un proche de la famille, voici un an et demi. Un proche, adjudant-chef dans l'armée de l'air qui signa une déclaration sur l'honneur attestant de sa bonne foi.


En attendant le voleur de vélo court toujours tout comme le propriétaire de scooter qui s'est fait passer pour Jean Sarkozy il y a quelques années...


Un projet de loi sur la sécurité intérieure des deux-roues s'impose de toute urgence!

Publié dans société

Commenter cet article

Carotte 21/05/2009 22:43

Le truc de MA.LA.DEEE !!! J'espère au moins qu'on a relévé les empreintes digitales et l'ADN des deux délinquants !!! Sarko avait raison il faut les ficher à la sortie du vagin de leur mère !!!! Je me sens en sécurité maintenant ! Pauvre France...

Milton Dassier 22/05/2009 04:25



Et pourtant, en 2003, il avait promis de tout nettoyer au Karcher...