La grande farce de la menace « Dieudonné »

Publié le par Milton Dassier

Je viens de lire plusieurs articles de l’actualité française. Une grande surprise d’abord quand je vois que les articles les plus lus et les plus commentés de Libération portent sur la mobilisation policière autour d’un très grand danger pour l’état : le bus de Dieudonné.

 

Je ne savais pas qu’on pouvait confondre un bus avec un tank et envoyer neuf fourgons de CRS pour protéger le ministère de l’intérieur.

De quoi se poser des questions sur tout ce cinéma !

La réponse est peut-être dans l’ecellent article publié par les Indigènes de la République

 

Je cite car c’est en fait, je crois, très bien vu :



Piégé par ses propres délires, par les encouragements de ses « conseillers », pseudo-antisionistes, et par l’hostilité que lui ont manifesté la plupart des forces politiques en France, Dieudonné a franchi un cap décisif, peut-être irrémédiable, en s’alliant dans le cadre d’une liste dite antisioniste avec des personnalités douteuses dont certaines sont directement issues de l’extrême-droite raciste.


Nous nous en serions probablement moins souciés si Dieudonné ne bénéficiait d’une surexposition médiatique, entretenue à dessein par nos adversaires pour stigmatiser à travers lui l’ensemble des communautés noires, arabes et musulmanes.


Et à propos d'antisionisme:

Mais le plus grave est que le débat nécessaire sur le sionisme et la politique européenne (et française) vis-à-vis de l’Etat d’Israël a été ainsi occulté par une polémique sur la personnalité et le rôle de Dieudonné.



Rappelons-nous ce qui s’est passé en 2004-2005. Nous étions dans la tourmente autour de propos antisémites soi disant tenus par Dieudonné. L’humoriste se prenait procès sur procès, boycotts sur boycotts. Pourtant, dans le même temps, un débat prenait de l’ampleur, des questions taboues tombaient sur le tapis pour y être discutées enfin.


Discriminations, vente aux enchères d’objets de l’esclavage, racisme, commémoration de l'abolition de l’esclavage, élites politiques, médiatiques et économiques trop pâles. Des sujets essentiels. Mais rappelez-vous bien ce qui se passait : dés qu’un contradicteur se montrait juste un peu trop vindicatif, on lui demandait de prendre position pour ou contre Dieudonné. Dés qu’un débatteur noir ou arabe prenait la parole, on le sommait de se démarquer de Dieudonné.

Des procureurs improvisés cooptés par les médias et soutenus par des politiciens (comme Sarkozy soutenant Finkielkraut) allèrent même jusqu’à remettre en cause la loi Taubira et l’histoire des traites négrières en jouant habilement sur les mots et en instrumentalisant un historien qui n'en demandait pas tant.


Rappelez-vous encore, c’était l’époque où le Mouvement des Indigènes de la République tentait de se faire entendre malgré une campagne injuste contre lui, et aspirait à devenir une force qui compte. C’était aussi l’époque où des intellectuels comme Tariq Ramadan recevait une écoute intéressée de la part de certains esprits progressistes jusqu’à ce qu’on lui fasse porter un chapeau d’antisémitisme à lui aussi.


Il y avait un mouvement anticolonialiste qui prenait de l’ampleur dans cette république. Les indigènes de la république, certains courants altermondialistes et de l’extrême gauche tiersmondiste française, les forces de la gauche anticolonialiste d’outre-mer auraient pu se lier et peser progressivement d’un poids non négligeable sur la politique française. Imaginez un instant ces gens proposant une liste aux européennes avec des antillais, des fils et filles d'immigrés, des membres d'associations luttant aux côtés des sans-papier, des mal logés, des exclus..etc.


D’autant que les occasions ne manquèrent pas depuis pour qu'ils se fassent entendre. Les émeutes en banlieues, la contestation de la loi sur les aspects positifs sur la colonisation, la préparation de la première commémoration de l’abolition de l’esclavage dans un climat tendu, les allusions néocolonialistes et racistes du candidat Sarkozy, la politique contre l'immigration,  les sans-papier, la brutalité policière et judiciaire, les grèves dans les départements d’outre-mer.

Vous ne pensez pas que si les acteurs impliqués dans toutes ces revendications avaient été organisés dés le départ, ils n’auraient pas pu peser sur certaines orientations politiques ?


Tout au long des années qui suivirent, l’élite politique et médiatique française a choisi de n’offrir que des os à ronger et des cacahuètes à ceux qui pouvaient s’estimer victimes du déficit de fraternité qui prévaut de plus en plus dans ce pays. Tout dépend si on se considère traités comme des chiens grognons ou comme des singes hurleurs.

Comme os à ronger, on a parlé de discrimination et on a créé la HALDE. Comme cacahuètes, on a mis un peu de couleur au gouvernement et à la télé. Tiens comme par hasard, on s’est rappelé que SOS-Racisme pouvait être utile pour faire oublier la dimension anticolonialiste de l’antiracisme. Bref à l’américaine comme ça les veaux de la gauche bien pensante qui ont si peur qu’un nouveau Fanon leur botte le train, étaient contents.


Pour le côté social, un bel os était promis.. On avait mis quelques milliards dans un micro plan Marchal pour les banlieues. Avec comme distributrice de pièces pour la machine à cacahuètes, Fadela Amara !


Les médias et les experts en marketing politique ont fait le reste en faisant de Rachida Dati, Rama Yade et Fadela Amara de véritables stars, et, ce, d’une façon totalement disproportionnée au regard de leur importance politique.


Sans que l'intéressé s'en rende compte ou le dise, le phénomène Dieudonné a été instrumentalisé pour assimiler l’anticolonialisme à un fascisme antisémite. Ce n'est pas un hasard, cela a été voulu.

C’était commode car ça permettait qu’on en fasse un peu moins sur l’islamisme et le fascisme vert dont on nous a rabattu les oreilles si longtemps sans oublier la menace de "l'ultragauche anrcholibertaire" dont la mayonnaise a du mal à prendre…


Et comme on ne pouvait pas mettre en prison Dieudonné, car trop populaire, on y a mis Kemi Seba, propulsé sur le devant de la scène médiatique d’une façon plus que suspecte…


On tombe bien dans la paranoïa consentie la plus totale! Soyez heureux, ce sera avant de tous devenir schizophrènes.. La France sera alors un hopital psychiatrique dont les malades seront leurs propres gardiens!

 

Publié dans anticolonialisme

Commenter cet article

Enezeneg 19/05/2009 21:48

Beaucoup de "gens" dont je fais partie sont effectivement antisionistes et louent tout autant l'humour et la justesse avec laquelle il joue des contrastes qui n'en sont plus - comme ils sont engagés contre les processus d'assignation et de relégation dont sont "victimes" les jeunes issus des quartiers populaires - en oeuvrant au quotidien pour l'émancipation et l'accomplissement tout autant collectif qu'individuel de ces mêmes jeunes - qu'ils soient culturellement ou cultuellement différents sans distinction aucune... Désolé, mais à voir et à ressentir localement les avis "bien pensants" de la classe dominante concernant à la fois la jeunesse et certains humoristes comme lui ou d'autres - la quenelle est excellente et semble avoir touché en partie là où cela fait un peu mal... Quand à savoir si il y a un médecin dans la salle j'espère bien... Dans nos espaces publics - où nous coopérons pour cette transformation sociale tant voulue avec de nombreux médecins, professeurs, chefs d'entreprise, chômeurs, avocats, techniciens, maçons, étudiants, travailleurs sociaux etc - l'analyse est permanente, la connaissance et l'éducation sont légions, la diversité cultuelle et culturelle, tout comme la non croyance "en un dieu quel qu'il soit" sont une pierre angulaire des enjeux que nous partageons - à savoir protéger la liberté d'expression, la mixité sociale, la laïcité et l'éducation populaire...
Bien à toi...

Milton Dassier 22/05/2009 04:22


Tu as rappelé l'essentiel. Merci


Enezeneg 19/05/2009 15:24

Bonjour Milton,
Effectivement il met la barre à un niveau certain et c'est bien là aussi l'intérêt que de considérer que les citoyens ont un cerveau avant tout et un libre arbitre également...
N'en déplaisent aux Indigènes de la République...
A bientôt...

Milton Dassier 19/05/2009 18:21


Beaucoup de gens ont de la sympathie pour Dieudo en louant son habileté pour le concept d'antisionisme. Pour eux, c'est de l'antisémitisme comme le leur. Et la présence de personnes issues de
l'extreme droite ne leur déplait pas du tout, bien au contraire. La liste déplait aux indigènes de la république mais plait aux antisémites de l'extreme droite... Y a-t-il un médecin dans la salle?


remysanstete 18/05/2009 18:34

nous ne sommes plus dans la politique de representation(lisez NABE par exemple) ,ni d'identite,je pense qu'il y a bcp de gens qui le realisent et pas mal qui ne le comprennent pas,l'antisionisme n'est evidement que le sommet de l'iceberg,la politique nous fait rire par defaut,lui il l'expose et la rend absoluement ridicule,est ce trop simple?

Milton Dassier 18/05/2009 23:27


La politique fait rire jusqu'à un certain degré. Souvent elle fait pleurer. Mais c'est bien aussi de la tourner en dérision comme le fait Dieudo.


Enezeneg 17/05/2009 13:00

Le problème n'est pas telle ou telle extrème, le problème est bien le processus qui pousse à la radicalisation ou à l'assignation. Dieudo' est en avance par les questions posées... Quelques années d'avances... Nous en reparlerons... A bientôt...

Milton Dassier 18/05/2009 23:22


Le problème est qu'il faut être plutôt intellectuel pour avoir les subtilités de compréhension de la lutte de Dieudo dont tu parles. Ce n'est pas le cas de tout le monde...


Monsieur+Z 16/05/2009 17:10

Ca Arrange Dieudonné et ca arrange l'UMP. mais bon .... la gauche avais fait la même chose avec Jean marie lepen , pour contré l'opposition de Droite .... c'est juste le cycle de l'histoire qui se perpétue.

Milton Dassier 17/05/2009 04:06


Pas mal pensé. L'extrème gauche de Besancenot est politiquemnt correcte, Dieudonné peut donc endosser l'habit du rebelle qui fera peur au bourgeois bien pensant.