Bien passive, la France est-elle complice des tortures de la CIA?

Publié le par Milton Dassier

Vous avez sûrement remarqué la façon dont la presse française découvre la pratique de la torture vis-à-vis des prisonniers détenus sur la base de Guantanamo et dans les prisons secrètes de la CIA?

Pourtant, même aux USA, des voix se sont élevées depuis le début pour dénoncer ces pratiques barbares indignes d'une grande démocratie.
Il y avait eu le scandale d'Abou Grahib, il y a quelques années. Mais personne en Europe ne s'était battu pour que cela cesse alors qu'on savait pertninemment que ça se poursuivait!

Alors, il faut le dire haut et fort. La presse française a joué le rôle de carpette pour que le scandale n'éclate pas, pour que des manifestations ne déferlent pas devant l'ambassade américaine à Paris. Même à Londres, on manifestait contre l'administration Bush. En France, on aurait dit à coup sûr qu'il s'agissait d'anti-américanisme primaire, voire d'antisémitisme.

Obama compte faire payer les anciens dirigeants pour avoir ordonné et cautionné ces tortures. Sans doute Ronald Rumsfeld sera-t-il de la charette. On verra bien.
Mais je tiens à rappeler, ici, qu'en octobre 2007, lors d'un séjour privé sur le sol français, l'ancien ministre de la défense des USA, Ronald Rumsfeld, avait fait l'objet d'une plainte pour torture par quatre associations. Le parquet n'avait pas donné suite... La photo est très parlante: Rumsfeld se frottait les yeux tellement il se marrait de son impunité !

La presse s'en était fait peu l'écho... Je n'avais pas résisté à la nécessité d'en parler.

Tout va pour le pieux dans le meilleur des monde. La presse relate ce qui se passe aux USA mais ne se pose aucune question sur son rôle et le silence bienveillant des autorités françaises...

Tout cela amène à deux conclusions terribles pour les français:

La presse française a tant de connivences avec le pouvoir qu'elle est incapable d'une réelle indépendance. Car dénoncer des crimes aussi graves au moment où ils sont commis, entraîne une très grande prise de risque. C'est ce qu'elle croit pais il y a aussi les journalistes qui pensent sans trop le dire que cette politique là était la bonne...

Une fois de plus, par son silence bienveillant, l'état français s'est comporté en véritale vassal des Etats-Unis. Et pourtant, à l'époque, on était sous la présidence de Chirac. Cette république française n'a donc plus aucune crédibilité pour se réclamer des droits de l'homme...

Chaque fois que vous entendrez une dirigeant français parler d'opération humanitaire ou de défense des droits de l'homme. Tendez bien l'oreille et réfléchissez à ce que cela cache.

Publié dans international

Commenter cet article

Enezeneg 29/04/2009 11:50

Peut-être avons nous quand même le choix...
Je me souviens de mon paternel qui - pour une cause solidaire - avait, comme une cinquantaine de ses collègues dans les années 80, renvoyé ses papiers militaires... Devrions nous renvoyer notre pièce d'identité en guise de protestation???

Milton Dassier 30/04/2009 23:22


Un peu comme les mouvements "not in my name" aux USA ou en GB. Pas mal..


Enezeneg 25/04/2009 19:47

Chut... Milton tu vas trop loin c'est de la France paternaliste dont tu parles... Les biens pensants vont te faire du mal...
Effectivement je reste définitivement Breton et j'ai honte d'être Français...

Milton Dassier 26/04/2009 05:25


Il faut ce qu'il faut. Je n'ai pas honte d'être français. Seulement, je n'ai pas choisi.