Encore un fichier : cyberpsychiatrie ou pédopiraterie ?

Publié le par Milton Dassier

Vous vous appelez Mme Tartempion, vous avez un petit garçon de 6 ans, Gaël, qui vient d’entrer au CP. Vous êtes pleine d’espoir. Un peu inquiète aussi. Comment va-t-il s’en sortir ? Cette année à la grande école est déterminante. Apprendre à lire, écrire, compter,  une première marche à gravir vers la vie d’adulte.

Votre enfant est fragile, ça vous le savez. Mais vous ne saviez pas qu’une petite angoisse nocturne le conduirait à faire pipi au lit. Vous vous montrez rassurante, compréhensive, bienveillante, pensant que ça passera rapidement avec un peu plus d’amour.. Et puis, il a du mal à l’école. La lecture, ça ne passe pas. Il est perdu avec toutes ces lettres, ces mots, ces phrases. Cela le rend nerveux en plus. Parfois, vous perdez patience.

 

Alors un jour, sur les conseils de l’école, vous prenez rendez-vous avec un pédopsychiatre.

Il confirme le diagnostic d’énurésie et vous demande de faire faire différents examens à votre petit Gaël pour ses difficultés d’apprentissage : psychologue, orthophoniste.

 

Un travail thérapeutique et éducatif est effectué auprès de votre fils pendant plusieurs mois : groupes de parole, rééducation orthophonique, psychothérapie. Petit à petit, il s’améliore dans son comportement, sa lecture. Il va à l’école avec plus de plaisir car il a envie de bonnes notes.

 

Plusieurs années passent. Votre fils suit une scolarité normale. Il est largement dans la moyenne malgré quelques passages à vide.

 

A 18 ans, après l’obtention du bac, il souhaite entrer dans une école supérieure. Il réussit le concours et passe un entretien avec un jury. Gaël sait qu’il doit donner une image de lui, positive, dynamique et affirmer sa personnalité. Au sein du jury, un médecin que Gaël n’a jamais vu de sa vie. Qu’a-t-il en main ? Le dossier confidentiel pédopsychiatrique de l’époque de ses 6 ans …

 

Ce dossier psychiatrique sur des troubles transitoires et légers existe chez tous les praticiens. La seule différence est que, depuis quelques mois, il est inclus dans un fichier style EDVIGE et appliqué à tous les malades ayant fréquenté les services de pédopsychiatrie. En plus, il est nominatif, sans possibilité d’effacement.

Le dossier RIM-PSY a été institué pour à la fois « tracer » les cas graves qui pourraient déraper quelques années plus tard mais aussi, évaluer le travail en pédopsychiatrie. Or, vous devez savoir absolument que, quand on parle psychiatrie, on ne parle pas de fous mais de tout ce qui touche de près ou de loin le psychisme. Un enfant dyslexique, une fillette épileptique, un jeune hyperactif peuvent avoir besoin de consulter en pédopsychiatrie ; un adulte dépressif, un type qui pète les plombs aussi ! Les troubles mentaux recouvrent une myriade de pathologies. Certaines sont gravissimes, d’autres sont comparables à des bobos. Pourtant tout cela finira en fiche…

 

Le jeune Gaël Tartempion peut donc se retrouver fiché dans RIM-PSY qui sera croisé avec la base élève du ministère de l’éducation nationale. N’importe quelle administration publique ou privée pourrait le consulter tant les gardes-fous ont été négligés lors de son élaboration.

 

Ce fichier a été nominé au Big Brother Awards.

 

 

Publié dans société

Commenter cet article

Mariethé 31/03/2009 14:49

Merci Milton ,je vais faire circuler l'info aux jeunes mamans .

C'est ignoble ce qu'ils font , faire semblant d'enterrer EDWIGE ,mais le sabre est toujours là ,invisible , mais là .

C'est le printemps Milton , mille bisous

Milton Dassier 31/03/2009 17:07


Il y a d'autres fichiers en préparation... Bisous