Le pape met le préservatif à l'index

Publié le par Milton Dassier

Benoit XVI pourrait nous faire rire comme on en a l"habitude dés qu'un religieux sort sa science sur un sujet qu'il connait parfaitement bien, la sexualité.


Mais, là, le rire cède la place à la nausée.


Le préservatif aggrave le problème du sida a-t-il déclaré avec assurance ou insouciance...


Donc, s'il est logique, il devra dire que la non utilisation du préservatif améliore le problème du sida !


Ce qui est étrange, c'est qu'il va en Afrique, au Cameroun, pour dire ces paroles profondes.


Si j'étais un salaud nazi dont le rêve serait d'exterminer une partie des africains de leur continent, j'encouragerais les hommes d'Afrique à procréer sans préservatif puisque je serais sûr qu'à terme et sans soin, le taux de mortalité augmenterait de façon exponentielle...


Le pape sait donc que le sida menace les populations africaines qui ne peuvent pas bien se soigner. Pour le pape, qu'importe si des enfants qui n'ont rien fait de mal et l'attrapent dés la vie foetale parce que leur mère a eu des rapports non protégés. Pas grave, car Dieu reconnaitra les siens comme on disait avant les massacres d'innocents au Moyen-Age.


On lui tend un majeur bien dressé sans préservatif.

Publié dans pipoles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

truth 21/03/2009 07:19

Je trouve ,juste aprés mon précédent message, cet article mentionné sur la file des Ogres et publié dans Cameroun Link et qui ne dit rien d'autre que ce que je pense

LE PAPE, LE PRESERVATIF et la PREDATION SEXUELLE en Afrique.

L´expert

Mr Dikongue Jean Jacques

Voila au moins un pape qui n’est pas adepte de la lobotomisation de la pensée à laquelle, tous les jours, nous sommes conviés par ceux qui, mieux que chaque individu, savent ce qui est bon et mauvais pour lui. Ceux qui un jour décrètent que le monde va bien et le lendemain décrètent qu’il va mal pour que tout le reste du bétail s’aligne.

On peut le trouver sympathique ou pas et là n’est même pas la question, Benoit XVI, a le mérite au moins, de ne pas marcher dans cette pensée unique globalisante et ambiante. Il sait souvent nous sortir de cet emprisonnement de la pensée unique pour nous inviter à plus de réflexion, à nous libérer du carcan dans lequel nous invitent les censeurs bienpensants.

En déclarant, que le problème du sida ne, je cite : « peut pas être réglé» par la «distribution de préservatifs» et qu’«au contraire, leur utilisation aggrave le problème », l’on nous fait croire que le pape a réussi à faire l’unanimité contre lui par ses propos. Mais qui donc est cette unanimité ? Qui décide donc de la stupidité des propos des uns et des autres selon que ceux-ci n’arrangent pas leur business ?
Sommes-nous dans un regard africain des déclarations du pape ou dans le prisme occidental de l’analyse des propos du pape ?

La levée de bouclier est venue de ceux et celles pour qui l’Afrique permet de sortir de l’ombre, des chantres du misérabilisme, pour qui s’enrichir sur le dos de l’Afrique est devenu un sport national et aussi un tremplin pour se voir décerner tel un titre d’expert, tel autre celui de spécialiste de l’Afrique. Nous posons calmement la question : Combien de cas de sida ont été résolus pas l’utilisation des préservatifs donc ? De combien a-t-il reculé ? Peut-on objectivement donner des chiffres ? NON !

Il n’est pas question de dire NON à l’utilisation du préservatif, mais d’insister sur le fait qu’une bonne éducation, une certaine prudence est toujours à mettre en évidence en lieu et place de l’encouragement de la sexualité débridée comme le laissent entendre les cris d’orfraie de ceux et celles qui voient le préservatif comme la panacée au grave problème pas seulement du sida, mais de la sexualité dévergondée, débridée qui sévit aujourd’hui partout ailleurs.

Ceux qui s’insurgent contre ces propos, semblent ignorer l’ampleur de la sexualité débridée dans certains pays africains, ampleur qui prend sa source dans l’utilisation des préservatifs comme gage de garantie d’une sexualité sans danger.

Des l’âge de 10 ans, on voit des jeunes filles se livrer aux rapports sexuels avec des touristes occidentaux armés de préservatifs et cela ne choque personne, car au moins c’est couvert. Les parents, en proie à une extrême pauvreté, cautionnent que leurprogéniture soit la proie de quelques individus malintentionnés et deviennent des objets de satisfaction sexuelle avec en esprit au moins, le préservatif les protège. C’est cette réalité que les insurgés ne veulent pas voir en face.

Les politiques occidentaux qui crient au scandale, par rapport à l’Afrique, ne sont-ils pas les mêmes avec la complicité des industries pharmaceutiques qui empêchent l’accès à la trithérapie gratuite en Afrique parce que cela ne rapporte pas assez d’argent ? Le regard critique porté sur les propos du pape venant de l’occident, n’obéit pas aux mêmes règles que celui des africains et ces derniers doivent en être conscients. D’un côté il s’agit d’une équation financière pure et dure et se résume à la question : combien cela ne nous rapportera plus, si le produit n’est plus vendu ? Tout comme il s’agit de faire entrer dans les mœurs, que la pratique de l’homosexualité est aussi naturelle que les rapports entre un homme et une femme. Rappelons en passant que selon les mêmes experts, le taux de prévalence du sida chez les homosexuels est très fort.

Il faut sortir de ce regard misérabiliste et de pitié que l’on jette sur l’Afrique. Car l’Afrique n’a pas besoin de la pitié ou des indignations teintées d’hypocrisie. Les propos du pape doivent être compris dans une équation différente et ne pas la poser dans le même référentiel que celui des occidentaux.
Il est hors du propos ici de dire que le préservatif soit inutile, et dans le cas de l’Afrique, il est plus qu’encourageant. Mais cette nécessité est paradoxalement une invitation à des pratiques qui mettent en péril les sociétés. L’utilisation du préservatif a permis de mettre en place une forme d’exploitation de la misère en livrant de jeunes filles et garçons aux mains de prédateurs sexuels sans vergognes. Oui ! Il ne faut pas se voiler la face côté africain, le préservatif a aggravé les choses, on l’a instrumentalisé pour exploiter la misère helàs.

L’utilisation du préservatif en Afrique a favorisé la prédation par le sexe des jeunes africaines et africains prenant à revers le but premier de celui-ci qui était de se protéger. Les propos du pape ne sont pas combattus pour les mêmes raisons, selon qu’il s’agisse de l’Afrique ou de l’occident. Les africains doivent cesser de se faire prendre en otage par les indignations à géométrie variable de certains occidentaux. Oui ! Le problème du sida ne sera pas réglé par le préservatif, mais par l’accès aux soins à tous. Une fois cet accès garantie, le préservatif jouera son rôle premier.

Jean-Jacques DIKONGUE
Redacteur/Correspondant Camerounlink à Paris
http://www.camerounlink.net

Milton Dassier 21/03/2009 13:56


Bien entendu, le problème du sida est préoccupant. Mais quand il y a risque de pluie, vous emportez un parapluie et vous recommandez à vos proches d'en prendre un, non?


truth 21/03/2009 07:05

Rebelotte ! Le pape n'a pas prononcé d'interdiction , ni mis a l'index le préservatif . Cite moi une énonciation de cette interdiction venant de sa part ... et ton couple peut sans problème l'utiliser .

Il dit seulement que le préservatif a aggravé le problème du sida et s'il le dit c'est que l'usage de la capote selon les études scientifiques menées ne protège qu'à 80% .

Que diras-tu , toi, aux 20% à qui tu as fait miroiter une sécurité totale de la capote et qui se chopperont le sida?

D'autant que j'entends des témoignages venant d'Afrique qui nous disent que par exemple à Niamey on a vu des ventes sur les marchés de préservatifs récupérés et recyclés ...On imagine les conditions d'hygiène de la chose . Chose tout a fait conseillée dans les pays pauvres pour se prémunir d'une pandémie,n'est-ce pas !!!

Oui! J'estime qu'il y a hallali contre le pape car il y a déformation de ses propos .

Oui il faut mener la lutte contre le sida de toutes les façons -avant , pendant , après - et la capote n'est pas ,contrairement à ce que disent les détracteurs du pape, la panacée .

Il propose de réfléchir à d'autres voies, à toutes les voies.

Et qu'il s'occupe de ce qui tue ses fidèles (aussi bien par la voie de la sexualité) c'est dans sa fonction .

Milton Dassier 21/03/2009 17:07


Il existe chez les chrétiens une notion qui s'apelle le libre-arbitre alors oui, les chrétiens peuvent utiser un préservatif. Le problème n'est donc pas dans une interdiction ou pas de la part du
pape qui ne menace pas d'excommunier ceux qui utiliseraient le préservatif. Le préservatif n'a jamais été présenté comme une panacée mais il a contribué à faire diminuer l'épidémie en Europe. Ce
que souhaient beaucoup de spécialistes, c'est que le réflexe préservatif en cas de rapport sexuel soit naturel pour les gens comme il l'est en Europe. Le pape devrait donc plutôt défendre la
gratuité des préservatifs et tancer les occidentaux de mettre à disposition des populations dles moyens thérapeutiques accessibles à tous.


diffamationstop 20/03/2009 11:43

RAS LE BOL DE » CE HALLALI CONTRE LE PAPE

Hallali qui embraye sur la campagne neocon sioniste de diffamation permanente les catholiques et qui n’hésite pas ,pour parvenir à ses fins, à déformer en permanence les propos de Benoit XVI.

Le Pape , contrairement à vos affirmations n’ a pas « mis à l’index « le préservatif ni « énoncé une « interdiction de son usage ». Il a simplement dit que « le préservatif n’est pas LA SOLUTION au problème du sida », laissant entendre qu’il convenait d’en réfléchir aussi d’autres

Ceci me rappelle l’ancien débar sur la pillule où l’on avançait comme argument principal que cela renverrait aux oubliettes le risque d’avortement .Quarante ans après on constate qu’il y a autant d’avortements après qu’avant la pillule . Ce qui ne veut pas dire qu’il faut interdire la pilulle mais simplement ne pas s’empecher de réfléchir et de penser d’autres voies possibles pour arreter un fléau. Et le pape rappelle simplement aux catholiques qu'il y en a .

Milton Dassier 20/03/2009 14:26


Rien à voir avec le sionisme... Le pape a dit que le préservatif aggrave le problème du sida. Si je suis peu lettré et marié, désireux d'honorer ma femme, je peux comprendre qu'utiliser un
préservatif pourrait entraîner plus de sida... Vous imaginez, un couple marié dont l'un des conjoints a attrapé le sida, par erreur de transfusion par exemple. Ils font comment? La maladresse du
pape est totale. Qui est ce pape qui se préoccupe plus de sexualité que de la vie de ses fidèles?