Le racisme aimable de ceux qui accusent Elie Domota

Publié le par Milton Dassier

Ils veulent casser Domota! Selon eux, il aboie trop fort et montre les crocs. Alors, on fait appel au vétéri procureur histoire de s'en débarrasser... Il est vrai qu'Elie, devenu élu au sens messianique, de tout un peuple, est dans leur collimateur. Normal, il leur a fait bouffer leur bakoua, eux qui prétendaient que, désormais, quand on fait grève dans ce pays (La France), ça se remarque à peine...

Excédé par l'attitude du MEDEF qui a truqué les négociations sur les salaires, Elie Domota a eu des propos très durs qui lui valent des poursuites pour incitation à la haine raciale.

On va essayer d'y voir plus clair...

Tout part d'un accord sur les salaires obtenu à l'arraché qui fixe la participation des entreprises. L'effort sur les salaires sera entre 30€ et 100€ selon la taille et la branche de l'entreprise, le reste qui permet d'aller à 200€ étant pris en charge par l'état et les collectivités locales. Mais sur trois ans! Après, les entreprises devront faire un effort supplémentaire pour verser 200€ à tous les bas salaires. Ceci est rendu possible par la nouvelle loi sur le développement économique de l'Outre-Mer qui prévoit de nombreuses exonérations fiscales et sociales pour toutes les entreprises.
Le MEDEF a traîné les pieds et a finalement signé.

Sauf que, on révèle aujourd'hui que beaucoup de patrons guadeloupéens affiliés au MEDEF ont trouvé dans les statuts de celui-ci, un article qui interdit au MEDEF toute négociation salariale, ce qui rend l'accord caduc à leurs yeux. Ils auraient mandaté le MEDEF en sachant pertinemment qu'il n'en avait pas le droit!

Ces élucubrations sémantiques et juridiques ont fortement énervé Elie Domota car, une pareille mauvaise foi est un coup terrible porté au LKP.

D'où ses paroles d'hier:

Soit, ils appliqueront l’accord (prévoyant une augmentation salariale mensuelle de 200 euros), soit ils quitteront la Guadeloupe...Nous sommes très fermes sur cette question là. Nous ne laisserons pas une bande de békés rétablir l’esclavage”

De telles paroles seraient racistes selon les caciques de l'UMP. Ils n'ont aucune chance car en créole, le mot "béké" a deux significations : "blanc descendant d'esclavagistes" et "gros patron"... Ainsi, un gros patron noir, indien, mulâtre, chinois peut tout autant être dénommé "béké" quand ses employés en parlent : "Es béktyé-a péyéw?" (Est-ce que le patron t'a payé?)

On attend avec impatience que le MRAP, la LDH, la LICRA et SOS-Racisme se portent partie civile. Histoire de pisser de rire!!!

Le procès risque d'être très amusant et mettre à l'honneur les spécialistes du créole.

Mais ce qui est drôle, c'est de voir le nom de ceux qui s'offusquent...

- Willy Angele, le patron du MEDEF Guadeloupe qui, il y a à peine un mois, comparait la situation tendue en Guadeloupe au Rwanda à l'époque du génocide... "Je ne veux pas voir mon pays se déchirer comme le firent les Tutsis et les Hutus".

- Henri Guaino qui déclare dans le
Figaro : "Toute incitation à la violence, à la haine raciale et tout usage de la force et de la brutalité dans une démocratie comme la nôtre est inacceptable et doit être absolument condamné."

Lui qui s'est rendu célèbre pour avoir écrit le "
discours de Dakar" pour son maîîîître: Sarkozy. Même BHL,  oui même lui, l'avait qualifié de raciste. Je vous rafraîchis la mémoire:

"L'homme africain n'est pas assez entré dans l’histoire. Le paysan africain, qui depuis des millénaires vit avec les saisons, dont l’idéal de vie est d’être en harmonie avec la nature, ne connaît que l’éternel recommencement du temps rythmé par la répétition sans fin des mêmes gestes et des mêmes paroles. »

Quelques phrases supplémentaires dans la vidéo ci-dessous:



- Il y a aussi l'inévitable Lefèbvre, le porte-parole de l'UMP, surnommé "Loyal Canin", grand habitué des gaffes, qui a, bien entendu, plongé dans la meute pour mordre le syndicaliste guadeloupéen.

Mais, il y a mieux, son maîîîître n'est-il pas celui qui avait prononcé ces terribles paroles à l'encontre de ceux qui, selon Sarkozy, ne veulent pas respecter les lois et faire leur devoir pour leur pays?

Rappelez-vous, ces paroles de rejet avaient marqué les esprits car elles étaient implicitement dirigées vers ceux qu'on appelle "les indigènes de la république" et aucun procureur n'avait
pris l'initiative d'ouvrir une information pour incitation à la haine raciale. Normal, c'était implicite... Mais tout le monde avait compris!


Sarkozy : France, Aime-la ou quitte-la!
Uploaded by leruisseau

En fait, eux sont véritablement dans des clichés colonialistes dans lesquels on sait parler un racisme aimable et poli, ce qui trompe tous ceux qui pensent que le racisme, c'est seulement de la haine ..
Alors,  nous ne sommes pas dupes. On redit tout notre soutien à Elie Domota.. Car, il est clair qu'on applique à la lettre la technique de désinformation qui a valu tant d'ennuis à certains. Une technique basée sur le vieux dicton : "Quand tu veux noyer ton chien, dis qu'il a la rage!"

Publié dans anticolonialisme

Commenter cet article

Afrique 08/03/2009 19:07

L'Afrique vous soutient face aux nouveaux nazi de l'ump

Milton Dassier 09/03/2009 16:39


Merci à vous...