Carrefour sur les prix: feu rouge en Martinique, feu vert en Espagne!

Publié le par Milton Dassier

Parfois l’actualité "mondialisée" offre de bien étranges preuves des paradoxes de la mondialisation économique et sociale… Regardez bien ci-dessous ces deux articles de la presse française :

Pour commencer, un article France-Antilles faisant part de l’état des négociations en Martinique entre le collectif et la grande distribution dont l’enseigne « Carrefour »..

----------------------------------------------------------------------
La constitution de la liste des articles illustrant l'accord sur les 100 familles de produits est toujours aussi chaotique.

Le constat est amer, dans la nuit de mercredi à jeudi, pour les deux délégations composant la commission des prix. Malgré la médiation des parlementaires, Alfred Almont et Serge Letchimy, elles ne sont pas parvenues à s'entendre sur le nombre d'articles au sein des 100 familles de produits pour finaliser l'accord sur la baisse des prix. Il est vrai que chacun était parti de très loin (250 articles pour la grande distribution et plus de 700 pour le Collectif) et qu'un rapprochement rapide devenait impossible.

Pas de quoi apporter la sérénité. A tel point que quelques membres du collectif (autres que les négociateurs) arrivés sur les lieux, se montraient déterminés à mettre la pression sur les dirigeants de la grande distribution. Eclats de voix, quelques menus dégâts... Le gouffre paraissait encore insurmontable entre les 320 articles proposés, au milieu de la nuit, par la grande distribution et les 450 du Collectif, lorsque le député-maire de Fort-de-France proposa aux deux parties un compromis sur 375 articles.

N'était-ce pas enfin la solution que chacun recherchait dans cette affaire ? Rien à faire : le Collectif n'entendait pas bouger en deçà des 400 articles qu'il estime être son ultime offre. « Nous aurions pu partir de plus loin, mais nous avons simplement fixé une première barre à hauteur de 700 articles. La grande distribution ne nous proposait que 200 articles à inscrire dans l'accord. Nous ne pouvions pas accepter. Il leur faut faire un effort significatif » , explique Jean-Michel Jean-Baptiste.

La délégation de la grande distribution paraît plus sonnée que résignée. « A ce stade, je crois que nous devrons tous prendre le temps de la réflexion. Il y a la volonté de négocier et il y a les difficultés techniques, octroi de mer entre autres, à surmonter. L'un ne va pas sans l'autre. Il faut que chacun prenne le temps d'analyser sereinement chacun des problèmes » , lâche Robert Parfait.

Avant de se séparer, les hommes des deux parties discutent encore, mais de manière plus informelle. Le dialogue n'est pas totalement rompu.

http://www.martinique.franceantilles.fr/actualite/social/prix-encore-un-bon-chiffre-a-trouver-06-03-2009-23807.php

 

 --------------------------------------------------------------------------------------

 

Et voici un article paru dans le journal économique « Les Echos » la veille…

 

Carrefour annonce « la plus grande baisse des prix » de l'histoire espagnole

[ 05/03/09  ]

Carrefour a annoncé hier qu'il allait baisser jusqu'à 25 % les prix de quelque 10.000 produits vendus dans ses hypermarchés espagnols. Se targuant d'être « la moins chère du pays », l'entreprise assure que cette décision est permanente et qu'elle s'appliquera aussi bien sur ses produits propres que sur ceux de marque. Avec la crise qui frappe l'Espagne, tous les distributeurs rivalisent en matière de prix. La chaîne Mercadona affirme avoir réduit le coût des achats de ses clients de 10 %, le hard-discounter Lidl a baissé de 16 % à 34 % certains prix en répercutant la baisse des matières premières et Eroski fête ses quarante ans en offrant des rabais de 40 % sur des centaines de produits.

Les Echos

http://www.lesechos.fr/info/distri/4838533.htm

 -------------------------------------------------------

Vous voyez bien, chers amis, le marché de dupes de ces gens-là: Un mois de négociations acharnées pour obtenir de Carrefour Martinique et les autres grandes enseignes moins que ce que Carrefour Espagne propose de son propre chef, sans négociation en une journée ! 

Publié dans économie

Commenter cet article