The assassination of Nicolas Sarkozy

Publié le par Milton Dassier

On a arrêté l'homme qui aurait envoyé des lettres de menace à Nicolas Sarkozy et des personnalités de l'UMP.
On parle déjà de type dérangé, de folie, de délire mental, de parano. On insiste lourdement sur ses fautes d'orthographe, de syntaxe comme si ça renforçait l'idée qu'il n'est pas mentalement normal.

Personne pour s'interroger sur les motivations, sur le fait que cet homme en soit arrivé à cela.
Dans sa lettre, qu'on peut lire sur le site du Monde, on relève un discours de revanche qui doit prendre la forme de meurtres.

La politique y est omniprésente.

L'homme exècre la droite et l'extrême-droite accusées de tuer la liberté, de distiller la haine (la haine se retourne maintenant contre vous), de mépriser le peuple et de "nous (le peuple) mettre au pas en coupe réglée pour vos amis et au bon vouloir du roy et vous croyez disposer de nos vies et bien non c'est nous qui disposons des vôtres" .

On retrouve une démarche similaire chez le héros du film "L'assassinat de Richard Nixon" dont le héros, brillamment joué par Sean Penn, décide de "prouver que le moindre grain de sable a le pouvoir en lui d'abattre ces hommes (de pouvoir)".

Dans le film, on voit un homme qui se noye.  Il se débat comme il peut dans un lent processus d'exclusion, d'humiliation, d'échecs qui s'accumulent, de perte de tout lien et surtout de perte de dignité chez un homme tout à fait normal qui cherche au départ à comprendre. L'homme rend visite parfois à des militants de la cause noire, un peu méfiants mais courtois avec lui.

 L'homme compte éliminer ceux qu'il pense être à l'origine des maux de cette société où il n'a plus sa place : les hommes de pouvoir. La scène  dans la vidéo (42s) reprend le discours qu'il se tient à lui-même et l'enregistre sur un magnétophone avec solennité. Et, il ne fait aucune faute de syntaxe...


 

Si la vidéo ne saffiche pas cliquez ICI

Publié dans opinions

Commenter cet article