Ambiance "Mad Max tropical" à Fort de France

Publié le par Milton Dassier

CinqDans la nuit de mardi à mercredi, des groupes de casseurs ont tenté de mettre le feu à Fort-de-France. jours de silence pour des causes techniques....

Pas de chance pour moi, la météo s'est mêlée au mouvement de colère en Martinique. Un pylone n'a pas résisté à des bourrasques de vent et hop! Pas de téléphone et de connexion internet pendant cinq jours dans le secteur où j'officie. Et là, heureusement,  c'est reparti!

La situation s'est brutalement dégradée en Martinique. Alors que les gens manifestent paisiblement chaque jour, la nuit laisse place à des pilleurs et des casseurs qui dévalisent tout ce qu'ils trouvent. Une façon pour eux de dire : nous aussi, nous voulons des biens de consommation. Le problème est qu'ils risquent de faire l'unanimité contre eux puisqu'ils s'en sont pris à un médecin de nuit, à des artisans, à des petits commerces qui n'ont rien à voir avec la "profitation", font du car-jacking armes à lamain pour piquer des voitures qui servent à forcer les rideaux de fer de certains magasins. Dans certains coins, c'est ambiance Mad Max sous les tropiques.

Certaines personnes ont l'impression non pas d'un mouvement spontané mais très organisé presque comme si il existait des donneurs d'ordre reliés à leurs sbires par téléphone portable.
Certains sont affectés au guet sur la route, d'autres harcèlent les flics en les tenant éloignés grâce à des barrages en feu, d'autres foncent avec des voitures-bêliers et même un bulldozer sur les rideaux de fer de magasins, d'autres ramassent tout ce qu'ils peuvent pour les mettre dans des voitures garées un peu plus loin qui repartent toutes en même temps très rapidement.

Des petits et des gros magasins de hi-fi, un concessionnaire moto, une bijouterie ont été leur cible mais aussi des enseignes de la grande distribution, Intersport et Carrefour Dillon appartenant au groupe Huyghes-Despointes et au groupe Bernard Hayot, békés notoires sur l'île.

Conséquence marquante: tous les approvisionnements en denrées alimentaires et en carburants ont été suspendus jusqu'à ce vendredi pour raisons de sécurité.

Les grévistes de la raffinerie de pétrole ont décidé de lever leur mouvement étant bien conscients que la situation de pénurie d'essence qui prévalait jusqu'alors, mobilisait les forces de l'ordre autour des stations-services. Ce qui a  permis aux casseurs de faire des stocks d'essence et ainsi, ils ont  pu profiter du vide policier autour des zones commerciales pour agir.

Deux jours où, fort heureusement, les policiers ont fait preuve d'une certaine maîtrise malgré les 25 tirs de fusil de chasse qu'ils se sont pris. Une centaine d'arrestations jusqu'à ce matin. Il est certain que, tant du côté des flics que de celui des casseurs, tout peut arriver, y compris un drame, si ça se poursuit. Le maire de Fort de France parle d'une possibilité d'embrasement général.

Le préfet a en quelque sorte décidé un couvre-feu après 19h sur l'agglomération de Fort de France en déconseillant formellement de circuler cette nuit. Cela signifie que la police sera très présente et sur les dents..

Publié dans social

Commenter cet article