L'apartheid existe-t-il chez les patrons guadeloupéens ?

Publié le par Milton Dassier

Je sais, le titre est dur mais quand il faut alerter, n'ayons pas peur des mots.

Regardez cette photo... Devinez ce que ça peut bien être:






On va avancer tout doucement, lisez bien. Nous voyons donc : Un rassemblement de personnes, surtout des hommes. Ils sont assis, décontractés et à peu près attentifs. Leur tenue légère laisse penser que cela se passe soit en été, soit dans un pays chaud. On pourrait penser à des vacances dans un hôtel ou un club mais leur air sérieux ne le confirme pas, semble-t-il. A moins qu'ils se soient réunis pour entendre de bien mauvaises nouvelles.

Avançons encore un peu, vous êtes avec moi?

Ils ont tous un certain âge et leurs visages blancs mais bronzés évoquent le sud de la France. Ah oui au fait, ce sont des patrons, des dirigeants d'entreprise.

Des patrons en short, bermuda et polo. Il doit faire bien chaud alors et ils ne sont certainement pas au boulot au moment de la photo.

Eh bien non! Ils ne travaillent plus depuis 17 jours...

Sont-ils en grève? Rare que des patrons de mettent en grève et peu plausible.



Voilà la vérité: Ce sont les patrons de Guadeloupe réunis en assemblée générale il y a quelques jours.

De Guadeloupe? Ce n'est pas possible ! Mais c'est la vérité et je comprend votre perplexité. Si vous vous en tenez à ce que vous connaissez de la Guadeloupe, rien ne l'indique. Pourtant, n'importe quelle photo d'école de Guadeloupe ou n'importe quelle photo d'équipe sportive ou de gens au travail prise n'importe où sur l'île, ne laisserait aucun doute sur le fait qu'on est en Guadeloupe ou dans les Antilles françaises.


Mais là, on ne sait plus, surtout, que, il y a très très peu de blancs créoles en Guadeloupe encore moins qu'en Martinique.


Vous ne ressentez pas comme un malaise? Comment expliquer cela?

Non, pas par une histoire de compétence pour le management ou de volonté qui serait l'apanage des gens à peau claire, car invoquer ça, c'est du racisme dans sa pleine définition.
 

5 à 10% de la population guadeloupéenne est d'origine européenne et cela ne gêne absolument pas les guadeloupéens.

Mais là, on s'aperçoit sans équivoque que 95% des patrons et dirigeants d'entreprises guadeloupéennes sont d'origine européenne.

5% des entreprises sont donc dirigées par des guadeloupéens non européens.


C'est un constat étrange qui donne une drôle d'impression:


Soit les guadeloupéens métis, noirs ou indiens n'ont aucun talent pour la direction d'entreprise


Soit les conditions en Guadeloupe ne permettent pas à un jeune guadeloupéen de faire les études commerciales nécessaires et de trouver un poste de dirigeant


Soit encore un entrepreneur guadeloupéen noirs, métis ou indien a moins de chance de trouver les financements et les aides qui favoriseraient l'implantation d'une activité en Guadeloupe.



Quelle que soit la réponse, le constat est là. Celle d'une domination voire d'une discrimination. Pas une discrimination concertée pour empêcher les noirs et indiens d'être chefs d'entreprise, ce serait trop simpliste et trop stupide.

Mais, plutôt une discrimination comme résultat d'une mentalité encore sous la coupe de représentations coloniales.


On les entend régulièrement dans la bouche de certaines personnes sur place qui font de la ségrégation raciale sans le savoir comme Mr Jourdain faisait de la prose.


"Vous comprenez, ces gens sont sympas mais ils ne savent pas bosser!"



"Pour diriger, il faut de la discipline et de la responsabilité, bref de la maturité et c'est difficile à trouver chez les antillais!"



"De toutes façons, ils veulent tous devenir fonctionnaires, d'aileurs, on comprend pourquoi les services publiques ne marchent pas!"



"Pour mes commandes et mes travaux, je m'adresse toujours à un antillais avec l'espoir d'en trouver un à la hauteur mais, sauf exception, je finis par m'adresser à une entreprise métro, ils sont plus sérieux !"



"Les antillais sont tous syndiqués et ils ne manquent aucune occasion de faire grève, pas difficile de comprendre pourquoi!"

 

Tout récemment, dans un reportage de Canal+, les propos du béké Alain Huyghes-Despointes, en ont choqué plus d’un. L’homme, titulaire de la légion d’honneur a, entre autres, condamné le métissage parce que, dit-il, « dans les familles métissées les enfants sont de plusieurs couleur et il n’y a donc pas d’harmonie !"


Cet homme possède et contrôle de nombreuses entreprises en Martinique et en Guadeloupe...

 

Face à ce constat d'apartheid économique et social* de fait, les guadeloupéens ne veulent pas chasser les patrons blancs ou les mettre en accusation devant un tribunal du peuple, ils veulent simplement que les procédures de recrutement soient transparentes et que tout soit fait pour qu'un jeune guadeloupéen porteur d'un projet d'entreprise puisse trouver facilement la formation, les conseils, les facilités et les financements nécessaires. Il faut savoir, que, pour qu'un jeune guadeloupéen puisse avoir le même niveau de formation que ses congénères de France pour des postes aussi élevés, il lui faudra faire plus de sacrifices ne serait-ce que pour se rendre et vivre loin de chez lui pendant toute la durée de ses études. En cela, déja, il y a une forme de discrimination.

Mais pour cela, il faut changer les mentalités quitte à se montrer très incisif.


Car les changements s'opèrent toujours mieux dans une crise ou dans un rapport de force.


* Apartheid est mot afrikaner qui vient du français "à part" et signifie "vivre à part".. Dans l'apartheid, on prône la ségrégation sur des bases raciales.

Publié dans social

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mariae 14/04/2016 09:51

Incroyable, mais Vrai Dieu est toujours Grand. Après plusieurs rejets de ma demande par la banque, j'ai bénéficié d'un prêt grâce à une dame bien honnête . Pour en savoir plus, veuillez simplement prendre contact avec elle par e-mail au : marilinetricha@mail.ru elle offre des prêts de 3 000€ à 3.000.000€ à toute personne capable de le rembourser avec intérêt à un taux faible de 2 % ne doutez pas de ce message. C'est une parfaite réalité. Faites passer le message à vos proches qui sont dans le besoin.
le remboursement commence 5 mois après avoir reçu votre crédit
Que Dieu vous bénisse.

francile 11/02/2009 18:37

Analyse très pertinent. La vérité doit faire son chemin même si elle doit choquer et justement c'est en choquant qu'on a eu chance de faire bouger les choses qui paraissaient immuables. Heureusement qu'il y a des gens qui osent mettre le doigt là où ça fait mal. Je me suis toujours demandée quand les martiniquais allaient se décider pour réagir. La même situation existe chez nous, en Martinique. Quand on est martiniquais noir et que l'on veut créer son entreprise c'est un vrai pacours du combattant. Tout est fait pour vous mettre les bâtons dans les roues et quant à l'obtention des suvbentions, n'en parlons pas ! Par contre les grands patrons reçoivent des subventions le doigt dans le nez ! Pour revenir sur les propos discrimnatoires, il serait de bon ton de s'arrêter sur la non-réction de Monsieur SARKOZY car je suis persuadée que s'il s'agissait des propos tenus à l'encontre d'un juif sa réaction ne se ferait attendre. Tout le branle-bas du systéme gourvennemental se serait mis en action pour crier au scandal antisémite. Monsieur SARKOZY avait autre chose de plus important à faire comme aller en IRAK. Evidemment plus urgent que d'aller aux Antilles puisqu'il y a déjà des entreprises dirigées par ses semblables et au cas où ça péterait il a déjà dilligenté des troupes de CRS pour calmer "les petits noirs" qui oseraient trop se révolter. Donc, il n'y a pas lieu de s'affoler ! Je n'ai pas voté SARKOZY. ALLEZ COURAGE MES COMPTATRIOTES ! TIEMBE RED PA MOLI!

Milton Dassier 11/02/2009 18:52


Merci! Foss!


Godilhaire 08/02/2009 16:57

Agur,
Adishatz,
Bon Dia,
Il faut aller au fonds de l'Histoire de la république française ou de son royaume, c'est bien le même système economique et politique qui demandait que l'Algérie soit considérée comme départaments français ... avec deux niveaux différents pour les populations selon que vous soyez blanc européen ou musulman.
Mais, il y a plus grâve, le système frnaçais se sert des derniers soumis pour avoir bien assimiler leur système de domination, le pouvoir ainsi créé fabrique des soumis bien éduqués pour dominer d'autres territoires et d'autres peuples, en leur offrant la considération qu'ils n'auraient jamais obtenu avec le système parisien de Pouvoir. Je pense par exemple au fameux général Bugeaud, qui tronne encore sur certaines plaques de rues, dans des régions qui sont encore considérées comme très éloignées du légitimisme royal ou républicain, le Limousin.
Qui y-a-t-il de différent entre Versailles et Neuilly/Seine ? Quelques siècles de différence, sinon rien.
Il ne faut pas croire non plus qu'une nouvelle révolution, avec des coupeurs de têtes, résoudra la problème. Le problème est, ontologique, la France !
La France est un système politique maquiavélique, la citoyenneté est forcée par les armes TOUJOURS.
1209 les troupes de Simon de Montfort en sont la preuve, dans le Languedoc qui sera définitivement soumis après 1244 ... Puis vint le temps pour l'Aquitaine, la Provence, la Navarre, etc...
Que faut-il faire alors ? Donner l'indépendance à Paris ?

Daniella 07/02/2009 14:14

Mais oui, tout-à-fait, MILTON!

Depuis déjà 1976! Les antillais ont dû quitter et vendre pour des bouchées de pain, leurs superbes terres aux gens de métropole qui venaient en fonctionnaire (hauts postes, avec des rémunérations explosives!)
Par rapport à la Martinique, et parce que c'est un peu plus grand, les guadeloupéens ont, aujourd'hui, plus la notion de la pierre et investissent mieux qu'avant, mais c'est un peu târd!
La conscience, seule, peut résoudre à beaucoup de ces différences de traitement!
Le blanc, ici, est généralement, imbu de préjugés racistes et méprisants, dûs à son confortable règne colonialiste d'où un enrichissement évident!
En Guadeloupe, les blancs ne se mélangent pas : Ils vivent ensemble, déjeûnent uniquement dans des restos métros, achètent dans les boutiques métros, et ne travaillent qu'entre eux!
Il faut les entendre gémir et maudire les antillais!
C'est une vérité et il ne faut pas l'écartée!
Aux antillais d'être avertis et de se battre sans violence, comme ils le font avec le KLP!

Milton Dassier 07/02/2009 15:43



Oui, je suis au courant, ce sont les effets pervers de la loi de défiscalisation qui n'avait pas mis les gardes-fous nécessaires. Effets pervers qui ont conduit à la spéculation foncière, à une
hausse du prix de la terre, à la multiplication d'intermédiaires, à des formes de corruption pour déclasser des terres agricoles, à l'arrivée en masse d'acheteurs métros alléchés par la
défisc.
Le problème n'est pas les blancs car je ne généraliserai pas sur un comportement unique, sinon on prendra pour une "profiteuse", la métro qui vit avec un antillais et venue pour le rejoindre, ou
le cousin blanc d'un antillais métis ou encore bien d'autres situations. Mais tu as raison, il y a des indicateurs qui montrent qu'on tombe dans les abus : La multiplication de lieux où se
retrouvent les blancs entre eux et leur aversion pour tout ce qui est antillais (à part le rhum, la mer, la fête)..., considéré comme trop nul ou trop ringard..etc. Autre indicateur : des
emplois de niveau "sous le bac" sont occupés par des métros : comme dans la restauration , l'hotellerie, la vente, l'artisanat (plomberie, électricité, bâtiment..etc). En fait des
entreprises sont créées par des métros et ils font venir du monde de là-bas. Il y a aussi les grandes entreprises qui le font également de plus en plus. Cela tient au manque de création
d'enttreprises de ce type aux Antilles : le plombier antillais préfère souvent travailler seul ou avec un aide, il ne voit pas la dimension entreprise qui s'étend mais qu'il faut gérer de près
 comme intéressante. Après tout, il a son petit marché près de chez lui et ça lui suffit. Donc des métros qui se disent qu'ils vont faire beaucoup de fric aux Antilles en quelques
années tout en profitant de la qualité de vie sans chercher à s'intégrer et qui se moquent bien de la culture antillaise, de l'autre des antillais qui voient le boulot pour ce qu'il est : le
moyen de gagner sa vie sans délire de faire fortune. On est encore dans un système économique plus colonial que libéral : monopoles, oligarchie financière, lobbying (pas pour obtenir un
marché mais pour défendre la situation de monopole) avec ses seigneurs (békés), ses vassaux (PME métros et antillaises) et ses aventuriers opportunistes (certains métros). L'éloignement et
le centralisme empêchent que le peuple puisse réellement peser sur ces pratiques abusives : pas assez de pouvoirs aux représentants locaux, indulgence des pouvoirs publics envers ces puissances
d'argent, acceptation des discriminations au nom d'un libéralisme pourtant vicié par la situation de marché captif des Antilles.


 


 



COMMUNAUTE NOIRE ET MONDIALE 06/02/2009 17:31

seule la communaute noire court apres l'universel, le tout le monde est gentil
en tant que afros j'appelle tout les noirs du monde a devenir des veritables communautaristes
oui oui je sais je vais avoir droit au meme disque: on est tous des hommes blabla ....
mais c'est mon souhait
UNE COMMUNAUTE NOIRE ET MONDIALE

Milton Dassier 06/02/2009 19:31


Il n'y a pas vraiment de communauté noire. Voir la tentative du CRAN.. En Guadeloupe, les gens sont avant tout créoles, métis de tous horizons avec une part très importante et essentielle
d'Afrique. Les revendications ne concernent pas les noirs mais tous les guadeloupéens. Sais-tu qu'en Guadeloupe, il y a des indiens, des chinois, des palestiniens, des syriens. Tu les mets où? Le
problème est dans la tête de ces blancs qui se voient encore comme des maîtres et des contre-maîtres de plantation ou bien sont venus pour se faire du fric facile au soleil comme on allait avant en
Afrique  monter une entreprise d'import-export.