La question raciale au coeur des négociations en Guadeloupe

Publié le par Milton Dassier

Les négociations en Guadeloupe sont âpres. Sur la table, tous les sujets sont abordés. Tous, y compris celui de la race. Voici la déclaration, initialement en créole, du porte-parole du collectif Lyannaj Kont Pwofitasyon, clé de voûte du mouvement de grève générale en Guadeloupe.

On leur reproche de prôner une préférence nationale pour les guadeloupéens dans le domaine de l’emploi notamment. Cela amène à poser la question raciale en Guadeloupe, où, on le voit à travers des exemples précis et concrets, les discriminations à l’embauche sont monnaie courante…

 

 

Rappel du contexte :
Le mercredi 28 janvier 2009, lors des négociations entre le collectif Lyannaj Kont Pwofitasyon, les élus , les représentants des socio professionnels et l’encadrement de l’Etat, le préfet quitte les négociations.
L’ambiance est lourde.
Monsieur Willy ANGELE, président du MEDEF Guadeloupe affirme qu’il est prêt à travailler sur un projet de territoire s’il le faut, il exprime, à travers son expérience de Mai 1967, son aversion pour les débordements violents et ne veut pas voir son pays se déchirer comme le firent les Tutsis et les Hutus.

Extrait de la déclaration de M. ELIE DOMOTA porte-parole du collectif  Lyannaj Kont Pwofitasyon.

 

Je tiens à réagir au propos concernant les hutus et tutsis.

Je salue Monsieur ARCONTE, directeur du Travail qui est resté dans cette réunion, je ne sais pas s’il est Hutu ou Tutsi. Tout simplement pour affirmer monsieur ANGELE (patron du MEDEF Guadeloupe), que nous ne pouvons nier que vous, madame KOURY (présidente de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Pointe A Pitre) M. PAYEN (membre du Comité Economique et Social) soyez des guadeloupéens, ce n’est pas notre propos. Ce que nous affirmons est que la société guadeloupéenne s’est construite sur des rapports de race et de classe depuis 400 ans.
Aujourd’hui dans la pyramide, le pouvoir correspond à une couleur, on vient de le constater (les représentants de l’Etat ont quitté les négociations).

En Guadeloupe actuellement, au sommet de la pyramide, on retrouve les blancs et les européens, au bas de l’échelle se situent les nègres et les indiens, c’est un constat.

On nous parle de paix sociale ! La paix sociale ne peut exister dans un pays quand la majorité de ses enfants est exclue du travail, est exclue du savoir, est exclue des responsabilités (…)

Aujourd’hui, en analysant les 50 plus grandes entreprises en Guadeloupe, leurs cadres ne sont pas des guadeloupéens d’origine africaine ou indienne, c’est la vérité ! En observant les administrations, les services de l’Etat, les chefs de services et les cadres ne sont pas majoritairement des guadeloupéens d’origine africaine ou indienne ! Dire le contraire, c’est mentir ! Quels sont les services que les guadeloupéens d’origine africaine et indienne gèrent en Guadeloupe ? Ce sont les services qui relèvent de la gestion de la misère ! La CMU (la Couverture Maladie Universelle), monsieur YACOU, le RMI (le Revenu Minimum d’Insertion) monsieur LUBETH, le pôle emploi ANPE-ASSEDIC monsieur DUMURIER, la CAF et l’API (l’Allocation Parent Isolé) monsieur SAINT-CLEMENT.

Les guadeloupéens d’origine africaine et indienne gèrent la misère des guadeloupéens ! Dans tous les autres services de l’Etat qui exercent un pouvoir, tant dans leur direction que dans leur staff d’encadrement, on ne trouve pas de guadeloupéens d’origine africaine ou indienne ! Bien évidement, on nous parle de formation, c’est faux archi faux ! Nous connaissons des diplômés « à la tonne », ils ne travaillent pas en Guadeloupe !

Dernièrement, j’ai reçu une jeune femme diplômée en ressources humaines qui postulait sur un poste à Air France ; on lui a proposé un poste d’hôtesse de l’air. Sur ce poste a été recrutée une personne venant de France avec moins de diplômes qu’elle ! Nous l’interprétons ainsi, des questions de couleur de peau, la réalité telle que nous la percevons.

En France, concernant les offres marchandes dans le secteur privé, 6% des ces offres sont gérées par l’intérim et les cabinets de consultants. En Guadeloupe 50% des ces offres sont gérées par ce secteur ! Et qui dirigent ces cabinets d’intérim et de consultants ? Qui y travaillent?

Ce ne sont pas majoritairement des guadeloupéens d’origine africaine et indienne !

Aujourd’hui en Guadeloupe, on embauche du personnel sous le sigle BBR ! Un bleu
blanc rouge !

J’ai travaillé en France, il m’a été demandé d’embaucher un BBR, un 01 codification informatique 01 signifiant « nationalité française » ! Ou un vrai 01 signifiant un français blanc !
Voilà ce qui se passe sur la discrimination raciale à l’embauche. Cela explique pourquoi de jeunes diplômés guadeloupéens et martiniquais ont déjà mis en ligne plusieurs blogs dont http://antildiscrim.skyrock.com/ où ils expriment ce qui leur arrive, la victimisation dans le système !

C’est la vérité, la Guadeloupe a été construite sur des rapports de classe et de race qui perdurent depuis 400 ans ! Le système de la plantation a été maintenu, prenons des exemples monsieur ANGELE.

Prenons des entreprises comme CARREFOUR, MR BRICOLAGE, est ce que la photographie de leur encadrement correspond à la réalité ethnique de
la Guadeloupe, à la réalité sociale ? NON et NON ! C’est une évidence !

Face à cette situation, nous affirmons pour répondre à votre remarque sur les Tutsis et Hutus, que nous ne sommes pas du tout dans ce schéma, nous ne contestons pas que vous soyez guadeloupéen tout comme monsieur PAYEN, sinon on se mettra à contester le caractère guadeloupéen de n’importe qui ! Nous l’affirmons de nouveau, la paix sociale ne peut exister dans un pays quand la majorité d’un peuple est exclue ! Et aujourd’hui en Guadeloupe, 99,99% des chômeurs sont des guadeloupéens
d’origine africaine et indienne !

Prenons encore des exemples, à Jarry, des commerces qui ont ouverts récemment comme Décathlon, Kiabi, Casino.
Je travaille à l’ANPE, qui était chargée de réaliser le recrutement de Décathlon. Nous avons travaillé à la sélection, aux offres d’emploi comme il le fallait. Par la suite, un cabinet de consultants payé par le groupe HAYOT a « nettoyé » le travail, ensuite le personnel est venu de Paris !
Je suis persuadé qu’en visitant ce magasin n’importe qui a été interpellé, nous n’interdisons à personne de travailler, par le fait qu’il est surprenant d’embaucher un personnel venant de PARIS pour être caissière à Pointe A pitre !

Lorsque nous posons ce problème, on nous taxe de racisme !

Nous résidons dans un pays de 1600 km2, 460 000 habitants, 60 000 chômeurs, nous avons avec la Guyane le plus important taux de chômage ! Nous avons vu récemment un courrier de monsieur VION (hôtelier) affirmant qu’on soit de la Creuse, de la Guadeloupe, de la Corrèze ou de la Normandie on est
français. Ce n’est pas aussi simple monsieur VION !

Comment voulez vous que la paix sociale existe en Guadeloupe si les guadeloupéens ne peuvent pas y travailler !

J’ai eu l’occasion de vous rencontrer madame Jeanny Marc (maire de Deshaies, député de la 3è circonscription) sur ces questions concernant particulièrement l’hôtel Fort Royal.
Un jour est arrivée à l’ANPE une offre d’emploi pour l’embauche de 40 personnes ayant comme tâches de couper de l’herbe, laver la vaisselle, nettoyer les chambres, faire les lits, porter les bagages, avec comme contrainte « anglais lu parlé et écrit obligatoire ! »
Cela signifie que si nos enfants formés au lycée hôtelier avec un niveau bac+2 ou bac+3 parlent anglais couramment, c’est cela leur destinée que de laver la vaisselle dans un hôtel à Deshaies ?

Nous avons de nombreux jeunes diplômés en Guadeloupe qui sont obligés de procéder à l’ensachage de clous dans des entreprises à Jarry ou réalisent des sandwichs dans des fast-foods ! C’est cela qui leur arrive car ils refusent de partir et de quitter leur pays espérant à terme trouver un job !

D’autres par contre, partent, prennent l’avion !

Une fois arrivés par exemple en Allemagne ou ailleurs, c’est fini : ils ne reviendront qu’en vacances, un fois peut être, ils fonderont une famille, leurs enfants seront allemands, australiens ou autre et c’est ainsi que la Guadeloupe perd ses forces vives ! Le processus que nous venons de décrire concernant l’hôtel Fort Royal est très subtil, vous le savez bien monsieur ARCONTE : dès qu’une offre d’emploi a été déposée dans le service public de l’emploi et que cette offre n’a pas été satisfaite dans un délai de 30 jours, car pour cette offre on n’aurait trouvé personne en Guadeloupe, dans ce cas la législation permet d’opérer « l’introduction de main d’oeuvre étrangère » ! C’est ainsi que tout naturellement 45 suédois ont pris les postes dans un hôtel
appartenant à la collectivité régionale !!!

Cela nous permet d’affirmer haut et fort qu’il faut une priorité d’embauche aux guadeloupéens en Guadeloupe ! Il faut que ce qui se passe au sommet corresponde à la situation ethnique et sociologique du pays ! Cela est la règle dans tous les pays !

Pourquoi aujourd’hui en France à partir de ce qui s’est déroulé au Etats-Unis, Christine KELLY a été nommée au CSA, on a avec empressement nommé une préfète d’origine Camerounaise sans même s’apercevoir que madame PIERROT guadeloupéenne de Trois-Rivières occupe depuis longtemps ce type de poste ?

Ces questions nous les posons sans haine de façon justement à ne pas arriver à la haine ! Car si l’embrasement des banlieues a eu lieu il y a 2 ans, c’était justement parce que ces jeunes se sentant exclus affirmaient : « Nous sommes français ! » De ce fait une série de mesures furent appliquées, train pour l’emploi, etc…
Ici nous sommes toujours dans le même système, un système construit sur des rapports de classe et de race depuis 400 ans !

Nous ne reviendrons pas sur les chiffres, nous sommes les premiers concernant les jeunes filles mères, nous sommes les premiers avec les guyanais pour le SIDA, nous sommes les premiers dans nombre d’aspects négatifs !

Par contre dans le domaine sportif, lorsqu’il s’agit du capitanat de l’équipe de France de foot, réaliser des performances en athlétisme, nous sommes demandés ! Au point pour nous d’intégrer les domaines où nous sommes cantonnés !

Lilian THURAM est un grand sportif mais tout nos enfants, seront-ils des Lilian THURAM ? Seront ils des Teddy RINER ? Non ! Cela signifie que tout nos enfants ont droit à la réussite !

Quand j’étais petit, je lisais BLEK, YATACA, ZAMBLA et AKIM ! Comme tous  les jeunes de mon âge !
En grandissant, un adulte m’a interpellé me déclarant « Domota, quelque chose ne va pas : le héros, tout seul le plus fort dans la foret, commande tous les nègres, tous les serpents, tous les gorilles, toutes les bêtes, le seul blanc commande tout le monde ! »
Alors évidemment on se réfère au héros !

Les héros des guadeloupéens aujourd’hui, qui sont ils ? Thierry HENRY, Lilian THURAM !
L’épanouissement, la réussite par le sport sont des notions fondamentales ! Admettons que nos enfants ne peuvent avoir comme seuls modèles Thierry HENRY et Lilian THURAM !
Il faut que nos enfants aient comme modèle Nicolo, d’autres personnes s’illustrant dans d’autres domaines, il faut que nos enfants osent affirmer : « je voudrais être un jour monsieur Météo ! »

Depuis 25 ans c’est toujours le même actuellement M. R. MAZURIE ! Nous devons viser l’excellence mais pour la Guadeloupe ! Nos enfants dans leur développement, lorsqu’ils regardent la télévision ne voient
personne qui leur ressemble ! Dans les activités professionnelles, celui qui symbolise la réussite ne nous
ressemble pas !

Par contre celui qui est dans la rue nous ressemble !
On finira par intégrer si nous croyons que c’est une malédiction !

Rappelons nous lorsque CHAM fut banni, « Tu seras l’esclave de tes frères », n’est ce pas monsieur LUREL, vous parliez de Dieu précédemment. CHAM était l’esclave de JAPHET et de SEM. SEM étant la lignée des sémites les juifs et les arabes, JAPHET celle des blancs !

Depuis la nuit des temps était écrit que les nègres seraient les esclaves des juifs des blancs et des arabes ! Nous finirons par intégrer cette soi-disant malédiction ! Ou bien nos enfants finiront par se dire à quoi bon aller à l’école, continuer à faire des études d’agriculture, de toutes les façons nous sommes au pied de la croix, restons dans la rue, prenons les armes !
Voilà le modèle de société vers lequel nous nous dirigeons, que nous devons condamner combattre et nous mettre ensemble pour en changer le cours et ne pas nous diriger vers une impasse !

Car nous, dans cette assemblée, nous pouvons penser que nous avons réussi notre parcours social : j’ai 42 ans et 3 enfants ; je suis directeur adjoint à l’ANPE. J’ai réussi quoi aujourd’hui ? Un parcours personnel ?
Mais que laissons nous pour nos enfants ?

Un pays meurtri !

Nous avons eu la démonstration aujourd’hui que nous devons prendre notre destin en main car la politique publique de l’Etat français, ne répond pas à nos exigences !
Monsieur LUREL, rassurez-vous, nous ne sommes pas dans une démarche politicienne car chaque fois que vous vous exprimez, vous êtes toujours en train de régler les comptes avec d’autres mais cela ne peut s’adresser à nous.
Notre démarche vise à régler les exigences sociales prioritaires du peuple guadeloupéen en souffrance aujourd’hui !

Ajoutons concernant les Hutus et les Tutsis et le respect de la démocratie : le gouvernement Pétain était légitime (s’adressant à monsieur ANGELE), le code noir était légitime (rectification de monsieur ANGELE : « Pas légitime, légal »), pardon il était légal ; donc vous êtes pour la légalité. C’est pour cela que j’affirme que tout a une limite et que c’est donc le fait qui fait le droit !

Si nos ancêtres n’avaient pas estimé que le Code Noir légal ne fût pas illégitime, nous en serions toujours à l’esclavage !
Je voulais simplement apporter cette nuance pour affirmer que ce n’est pas parce que un concept est légal qu’il est correct. Aussi nous avons entendu les propositions de monsieur LUREL, celles de monsieur
GILOT, celles de madame Jeanny Marc. Nous souhaitons travailler sur vos propositions et nous vous serions gré de nous les faire parvenir par écrit, de façon que nous puissions les étudier nous aussi.

Publié dans social

Commenter cet article

Daniella 03/02/2009 20:30

J'ai oublié de parler de la déclaration de M. Elie DOMOTA que je trouve si réconfortante, si intelligente, si réaliste, merci à lui, à sa lucidité et celles de tous les guadeloupéen(ens), les antillais doivent rester en Guadeloupe : Ils ont souffert pour ces terres qui sont déjà tellement entre les mains de profiteurs méprisants et privilégiés, au nom d'une couleur!
Regardez OBAMA, beaucoup de noirs dans le monde entier ont repris confiance s'ils l'avaient perdue...

Milton Dassier 03/02/2009 21:37


Je la trouve extra surtout qu'elle est en partie improvisée. Le problème comme il le dit n'est pas la présence de blancs mais qu'on aboutisse à la situation d'une exclusion de fait des gens de
Guadeloupe qui ont le plus besoin de travailler, qui n'ont même pas les moyens de s'offrir un voyage en France pour s'y former ou y travailler. 


Daniella 03/02/2009 18:52

Comme tu le sais, MILTON, je suis et je vis en Gwada!
Ta réponse à l'internaute, SAS (ainsi que ton article, comme dab) est pleine de sens et de réalisme!
Certains (voir le site DOMACTU), beaucoup trop, d'ailleurs, se permettent d'intoxiquer la vérité, ici, aux Antilles!
Il y a du racisme, étonnamment et évidemment, chez nous, en Guadeloupe!
Les métros, en effet, ont toujours les meilleurs postes (a pa normal!) et les antillais, contrairement au racisme délirant sur les forums, dans les commentaires, par une majorité de métros et aussi de gens antillais bien confortables - sont des adeptes (voire, virtuoses) dans la politique!
Inutile d'interpréter que la violence était au rendez-vous, car c'est tout-à-fait le contraire et il était temps, (après deux semaines, seulement) de voir arriver, enfin, un responsable de l'Outre-mer!
Le mépris est insupportable, mais les antillais tiennent bon, bien mieux que les métros qui vivent ici et qui ont aucune patience !
Il règne toujours aux Antilles cette arrogance et ce mépris dûs à l'ignorance et au complexe de supériorité : Beaucoup pensent que la France ne nous doit rien, et pourtant...
Il ne tient qu'à nous de lire, de nous instruire, on ne peut mieux, à partir des massacres des amérindiens pour ensuite exploiter jusqu'au crime les africain durant 500 ans!
La Guadeloupe tient bon!

Milton Dassier 03/02/2009 21:32


Je parlais avec un ami médecin martiniquais il y a quelques semaines. Il me disait que dés qu'il était en France avec ses confrères en train de parler de ce qui faisait d'intéressant aux
Antilles dans le domaine médical, on l'écoutait poliment mais personne ne lui posait jamais de questions comme si au fond, ça ne les intéressait pas. Une fois, un de ce ses confrères métros est
venu en Martinique et a trouvé très intéressantes les actions menées ici en pédiatrie du prématuré. D'après ce visiteur, la Martinique avec moins de moyens faisait aussi bien que certains
départements bien mieux dotés comme en PACA ou en Ile de France! Il en était même enthousiasmé au point que les questions fusaient. Pourtant mon ami avait parlé de tout cela lors de ses venues en
métropole. Il y a un mépris par anticipation sur tout ce que nous faisons juste parce que si c'est des Antilles alors c'est forcément pas terrible. Alors, la seule solution, c'est prendre les gens
parla nuque et les forcer à regarder. Dommage d'en arriver là.


sas 03/02/2009 13:00

Pourquoi ne pas dire que les syndicalistes grevistes sont des fonctionnaire glandoyuilleurs surémunérés a 40%, que les greviste organisés en milices utilisent la force pour faire fermer rideau et commerce et que la totalité de la population est prise en otage par une bande d agité qui veulent lindependance(revant d etre kalif a la place du kalif) contre la grande volonté populaire attachée a la france....n en déplaise et pourqoi ne pas evoquer le role de francs maçon locaux en relais avec les socialistes dans ce bordel ilien?????

Milton Dassier 03/02/2009 13:25


Quand on n'a rien à dire sur le fond.. Alors vous cherchez à attaquer les hommes. Eh oui ce sont des fonctionnaires, ils devraient avoir honte alors puisqu'ils seraient privilégiés. Et puis on
criminalise: "ce serait des milices". Ah bon et ils sont armés alors? Que fait la police depuis 15 jours? C'est l'argument préféré des gens de droite. Et puis ensuite, toujours sans argument sur le
fond du dossier, on met de la vilaine politique là-dedans. Tout ça pour éviter soigneusement d'aborder les problèmes posés par le mouvement. Tout ce que je retiens c'est qu'un mouvement qui dure
depuis 15 jours qui n'a pas tourné à la violence est un mouvement qui a forcément une assise et un soutien populaire. Oui quelques commerçants se sont vus "conseillés" de fermer rideau. Normal en
fait, une grève générale est une grève générale et si lamajorité ne le refuse pas, l'île doit s'arrêter. J'attends vos réponses sur le fond du dossier et non sur les qualités morales de chaque
syndicaliste.


Julien 03/02/2009 12:20

@"Raphael" :
Qui fait l'ange fait la Bete...

Raphael 02/02/2009 21:12

Le titre de ce texte est très drôle question raciale en Guadeloupe ? En direct dimanche 1 février 2009 world trade center les membres du MEG (Mouvement des entrepreneurs Guadeloupéens) n’étaient pas exclusivement blanc au contraire la majorité ne l’était pas tout comme aujourd’hui sur le plateau télé de canal 10 nathalie jacaria avec plusieurs autres membres du MEG était tous noir même leurs vêtements.

La Guadeloupe est meurtrie par les fonctionnaires que sont les membres de l’ugtg, les guadeloupéens travailleurs ne sont pas en grève ce sont des fonctionnaires et salaries de multinationale qui bloquent les entreprises, la ctu a essayé de s’expliquer a la cci en essayant d’expliquer les petits groupes n’avaient pas obligé la fermeture mais discutait avec les clients et salariés.

Concernant la nomination du préfet camerounais, il n’a pas été oublié quique ce soit, a plusieurs reprise il a été parlé des précédentes nominations, là ou il y a des différences dites par les politiques et approuvées par les nommés sont les déclarations que les antillais (en France antillais = noir et uniquement Guadeloupe et Martinique) sont français plusieurs siècles avant certains blancs comme par exemple lors de la nomination du préfet camerounais.
Déclaration de Patrick Devedjian :
« Ce n'est naturellement pas le premier préfet noir que nous avons, mais c'est sans doute le premier préfet d'origine étrangère, les autres étant d'origine antillaise et donc français depuis Louis XIV ». http://www.actualite-francaise.com/depeches/pierre-n-gahane-premier-prefet-noir-nomme-de-france,1523.html


Domota parle des indiens, nègres, juifs et arabes en se référant à la bible ? Pourquoi alors il considère Obama comme un noir et pas Ismaël le fils d’Agar ? Pourquoi ne met-il pas les indiens à coté des juifs alors qu’ils sont eux aussi des sémites Abraham n’est pas le seul enfant de Sem.
Henri Debs (véritable consultant en culture artistique de la Guadeloupe) Robert Sarkis et beaucoup d’autre ne sont pas Guadeloupéen ?

Domota lisait blek et d’autre connerie ? Beaucoup de Guadeloupéens n’ont jamais lu ce genre de livre comme actuellement beaucoup de Guadeloupéen n’écoute pas que rap, rnb, slam, reggae, dance hall alors que toutes ces musiques sont présenté sur internet comme étant moyen de s’exprimer des Guadeloupéens… la preuve mfm radio zouk est la plus écoutée.
Domota n’est pas représentatif la population guadeloupéenne.

Domota a mal apprise sa leçon de kémitisme qu’il a tenté d’injecté dans un conflit ayant normalement pour but le pouvoir d’achat.

Milton Dassier 02/02/2009 21:57


Vous n'avez pas lu au delà du titre et c'est regrettable (peut-être ne savez-vous pas lire autrement qu'à toute vitesse juste pour prendre connaissance!)... Alors vous répondre sur ce que vous
supposez avoir compris n'est pas très intéressant. Par contre ce que vous dites est révélateur de vos préjugés... On ne vous parle pas de noirs ou de blancs mais de discriminations à
l'embauche et de fuîte des cerveaux. Discriminations répréhensibles pénalement pour raisons raciales. Quant à la nomination du préfet camerounais, j'ai fait un article sur mon blog où je racontais
comment le ministère de l'intérieur avait annoncé "fièrement" la première nomination d'un préfet noir en France avant de ses raviser quelques heures plus tard... Il me semble dans sa
déclaration qu'il ne cite jamais Obama. Vous voyez bien que vous ne l'avez pas lu! Quant à ce que Domota a lu ou pas lu quand il était jeune, on s'en fout mais une chose est sûre ce qu'il dit sur
l'identification des jeunes à des héros qui leur ressemble est absolument juste. Karam disait exactement la même chose quand Sarkozy lui avait demandé un rapport sur les jeunes antillais de
banlieues en France après les émeutes de 2005 et ce n'est pas un dangereux gauchiste! Oui Domota n'est pas représentant de la population guadeloupéenne mais il me semble que sa fonction de
porte-parole d'un mouvement social n'est pas remise en cause par les guadeloupéens dans leur ensemble. Car il est clair qu'après 14 jours sans violence, ce mouvement est forcément bien vu malgré
les problèmes quotidiens qu'il occasionne. Moi, je suis étonné de voir la jeunesse antillaise des iles consommer de plus en plus de drogues, s'habiller comme des chanteurs de gangsta rap, n'avoir
aucun projet d'avenir si ce n'est avoir une vie facile avec des fringues, du fric, une belle voiture et des filles. Rien que pour cela, Domota a mis dans le mille!