Dieudonné au zénith : Du grotesque à l'art subtil et utile

Publié le par Milton Dassier

Il y a des gens qui ont un train, que dis-je un train, un avion long courrier d'avance.

Dieudonné fait partie de ceux-là. Vous êtes surpris? Lisez la suite.

On m'a toujours appris à aller au delà des mots, au delà des faits même. On me disait, gamin, d'agir avec clairvoyance, d'être perspicace, de savoir lire entre les lignes, de comprendre les subtilités, du style et du contenu du message, de trouver "la substantifique moelle" même cachée dans les mots les plus grossiers, les os les moins tendres.


J'ai vu et revu la vidéo du prix remis à Faurisson dont tout le monde parle. J'ai lu et relu certains commentaires, certaines déclarations. Toutes partent du principe que Dieudonné est copain avec l'extrême-droite et presque toutes estiment qu'il en a adopté les idées, notamment celles qui ramènent à l'antisémitisme.

Raisonnement simple, simpliste même:


"Il a souvent pris position contre le sionisme, dit du mal de certains juifs, commis plein de maladresses trahissant sa haine des juifs, oui c'est sûr, il ne les aime pas, donc il est forcément antisémite.

Il a rencontré Le Pen plusieurs fois, celui-ci est peut-être même le parrain de sa fille, il est donc d'extrême-droite."


On le voit régulièrement avec des cadres et des intellectuels du FN, alors, ça veut dire qu'il a adopté les idées du FN."


Maintenant, reparlons de la vidéo. Cela se passe à la fin du spectacle. Dieudonné annonce une surprise et rappelle qu'il est un paria classé comme antisémite, il va donc donner du grain à moudre à ses détracteurs les tartuffes du bien penser, histoire que les journalistes ne soient pas venus pour rien. Il cite Bernard-Henry Lévy comme l'un de ceux qui l'a villipendé comme antisémite.
On a donc dés le départ, la conviction que, Dieudonné sait qu'il va provoquer l'ire indignée de ceux qui ont toujours cherché à le briser. Le prix remis à Faurisson est un sketch dirigé contre les représentants de ces experts parisien en tartufferie antiraciste.

Message simple : Dieudonné n'a pas mal quel que soit le mal qu'on lui fait. Après tout n'est-il pas le mal incarné?.

Les chiens aboient et la caravane passe.


Mais il y a pire. La leçon rhétorique et idéologique va être donnée maintenant, sur scène et tant pis pour ceux qui ne la verront pas!


Dieudonné explique avec malice qu'étant infréquentable, il a la légitimité pour choisir une personne à qui décerner un prix de l'infréquentabilité. Donc, qu'on va voir ce qu'on va voir.
Et il invite Robert Faurisson sur scène. Ce professeur est un ardent défenseur du révisionnisme de l'holocauste voulu et exécuté par les nazis, il a été maintes et maintes fois attaqué et diabolisé. Il est classé aussi infréquentable qu'un pédophile violeur d'enfants récidiviste. Pourtant, à l'extrême-droite, certains approuvent ses thèses qui nourrissent ainsi leur antisémitisme. Justement, il y a des cadres de l'extrême-droite dans la salle, il y a même Le Pen.


Dieudonné fait applaudir Faurisson, le public réagit au quart de tour. Une sorte d'ovation salue en effet Dieudonné pour l'audace de son coup. Puis un de ses techniciens déguisé en déporté, une étoile jaune agrafée à sa veste rayée, apporte un trophée : trois ou quatre pommes accrochées à une sorte de tige en plastique. Faurisson prend le trophée et s'apprête à discourir. Il parle alors de sa situation de type incompris et diabolisé mais à aucun moment n'aborde la question du révisionnisme. Tout juste arrive-t-il à dire que le mot "négationnisme" ne reflète pas la nature de ses thèses, que c'est un abus de langage de ses ennemis.


Cette remise de prix est totalement grotesque, elle a été voulue ainsi par l'humoriste. C'est tout de même un homme déguisé en déporté juif qui a remis un prix de pacotille à un historien universitaire détesté par tout le monde. Robert Faurisson nie l'holocauste et par là même, la déportation des juifs, du moins certains de ses aspects, donc pour lui, un déporté juif, d'une certaine façon, n'a jamais existé. L'apparition d'un type déguisé en déporté n'est donc pas forcément une injure aux juifs. En tous cas, je le vois comme ça.


Et puis, il y a les élites de l'extrême-droite venues se pavaner au spectacle de Dieudonné. Ils ont assisté à la scène, ils ont vu à quel point Faurisson a été ridicule sans malveillance, sans être attaqué ni même brocardé. 

Au  contraire, c'est la courtoisie de Dieudonné et l'ambiance dans la salle qui l'ont rendu ridicule. Se prêter avec complaisance à cette farce grotesque, devenir le bilboquet du bouffon, c'était prendre le risque d'être ridicule.
Faurisson a donc été le con consentant (con-con sentant?) de service dont tout le monde se rit en le laissant se griser de l'illusion du succès.


Rire de Faurisson en l'attirant dans cette bouffonnerie, c'était aussi rire de l'extrême-droite dont la plupart des chefs étaient présents. Eux aussi ont été les cons invités à ce grand dîner de l'humour. Une manière de comprendre que l'extrême-droite traditionnelle, habituellement si parano, ne vaut plus grand chose sur le terrain des idées et, qu'en termes d'influence, elle appartient au passé: à l'affaire Dreyfus, au fascisme, au nazisme et à la guerre d'Algérie. Puisqu'on peut en rire en sa présence, cette extrême-droite ne fait plus peur. Dieudonné fait ses bouffonneries ou ses bouconneries pour son public, pas pour des princes de quel bord qu'ils soient.


Vous avez lu la réaction de Le Pen qui a trouvé le spectacle intéressant (sic) et s'est dit "un peu choqué" (sic) par le sketch avec Faurisson. Oui, il a dit "un peu" pour ne pas paraître émotif, un chef ne peut pas être émotif; mais "choqué" tout de même, il l'a dit. Reste à savoir ce qui l'a effectivement choqué : l'allusion à la réalité de la déportation, qui d'un seul coup n'était plus un simple détail; ou le ridicule de Faurisson dont il partage au moins partiellement les idées?


La conclusion de tout ça est simple. Par un coup médiatique d'une audace incroyable, Dieudonné a réussi à se payer la tête de ses ennemis du Tout-Paris des belles lettres et de la laide télé mais aussi de ceux qu'on prend pour ses amis.


Dominique Sopo, lui, s'en prend au public de Dieudonné. Pour lui le crime est collectif, le public est complice puisque non seulement il est venu mais a applaudi. C'est très stalinien comme attitude. J'adore ces démocrates exemplaires, leur amour du peuple est sans commune mesure avec leur narcissisme.


Dieudonné doit s'expliquer ce soir, on verra bien ce qu'il en dira.


Publié dans opinions

Commenter cet article

anonyme 01/01/2009 22:19

Le "phénomène d'obnubilation qui engendre une non-réflexion, laissant la place aux instincts destructeurs" est un phénomène en cours actuellement au niveau global. On assiste en ce moment à une montée des exaspérations, à cause de l'absence totale de perspective et d'espoir de changement pour ceux "d'en-bas", alors que l'hégémonie de ceux "d'en-haut" est totale, empêchant toute alternative.

Quand une population en vient à être totalement sans espoir, sans perspectives, sans alternative démocratique possible, tout en ayant conscience d'être abusée, spoliée et brimée par une élite qui s'accapare le pouvoir et les richesses, alors on assiste à une montée des exaspérations, des haines, des simplifications hâtives, et des recherches de boucs émissaires...

Ces situations de blocage de la société sont dangereuses car cela peut facilement déboucher sur le fascisme et les éliminations de masse.

A nous de ne pas être trop perméables à ce phénomène global, en gardant le discernement et le sens de la nuance, la réalité n'étant pas en noir et blanc mais en couleurs...

Milton Dassier 02/01/2009 15:45



Comme Noam Chomsky le disait : le seul ennemi de l'hégémonie de ce système, c'est l'opinion publique. Donc les frictions, les coups tordus, les affrontements, les manip, les réputations qui se
font et se défont, les opérations de com' se déroulent au niveau de cette opinion publique grâce à la presse et aux médias, internet, aux sondages pour aboutir à une sorte de
consentement résigné qu'on présente comme consensus. On étouffe les voix qui la ramènent trop ou arrivent à faire parler d'elles par des actions spectaculaires.



cat 01/01/2009 19:05

Je ne suis pas d'accord avec toi quand tu dis que Faurisson a été ridicule ou encore que Dieudonné a tenté de le ridiculiser.
Je trouve que Faurisson a été très digne bien au contraire.
Quand à Dieudonné, je pense maintenant l'avoir bien cerner pour prétendre qu'en aucun cas il ne voulait le ridiculiser.
En invitant Faurisson sur la scène, il a voulu je pense montrer qu'il est injuste que cet homme soit diabolisé de la sorte et qu'il devrait pouvoir s'exprimer.
Qu'a-t-il fait de mal si ce n'est d'être un contre-poids à la vérité officielle.
N'est-ce pas les contre-poids qui assurent le bon fonctionnement d'une démocratie ?
Mon propos n'est pas de dire que ses thèses révisionniste sont la vérité.
Mais au nom de la liberté d'expression, la vraie, (pas celle à géométrie variable si chères à nos dic(ta)teurs de pensées), il devrait pouvoir exprimer ses thèses sans être traité comme un palestinien dans son propre pays, comme il dit si bien.

Dieudonné, lui prône la liberté d'expression et va jusqu'au bout de ce concept en acceuillant le plus infréquentable.
Souviens-toi que quand il se présentait au présidentielle, il déclarait vouloir supprimer toutes les lois mémorielles.
Il est d'une cohérence inouïe. C'est entre autre pour cela que j'ai une profonde mais alors très profonde admiration pour lui.

Milton Dassier 02/01/2009 15:40


Oui entièrement d'accord avec ce que vous dites. Dieudonné n'a pas voulu ridiculiser Faurisson mais la situation étant ridicule, Faurisson l'était également. Ce que Dieudonné devrait faire
c'est de faire la même chose avec d'autres infréquentables et pas seulement en rapport avec les juifs. Par exemple, un membre du Hezbollah, du Hamas, un ancien terroriste,  un grand
braqueur, l'ambassadeur de la Corée du nord, un proche de Mugabe, de Khadafi ou de Castro.


tathia 01/01/2009 16:01

Stev

Avec sa notoriété et malgré tous les BÂTONS qui lui sont mis dans les roues par le gouvernement en place, rallié à la cause Israélienne, Dieudonné en fait beaucoup.

Un exemple :

Tu veux cultiver une terre. Des personnes veulent, pour leurs raisons, qui ne relèvent pas de l’honnêteté ni du respect de l’autre, t’empêcher de le faire . Ils utilisent pour cela des moyens très désagréables. Ils rendent ta terre malade par divers produits chimiques, dès qu’un pouce sort la tête de la terre,ils lui la coupent. Ils te font avoir des accidents pour que tu n’ailles pas cultiver …….
Alors soit, à chaque fois qu’il te détruise, tu te reconstruits ( associations humanitaires …). Soit tu regardes le problème en face, ces gens malintentionnés, et tu décides de régler le problème à la racine. L’information étant vérolé, le grand publique a du mal à prendre position. Redonnons l’information au peuple et il sera a même d’exprimer son opinion. Vive la VRAI démocratie !

Dieudo athée n’a pas fait parrainer sa fille.

Pour ce qui est de Faurisson, tu trouveras une autre version de ton interprétation si tu le veux.

Milton Dassier 01/01/2009 18:19



J'en ai trouvé d'autres chez d'autres. Sa réponse d'hier dans son sketch est désopilante. A voir absolument. http://www.labanlieuesexprime.org/article.php3?id_article=3106



Aouassi Nadia 01/01/2009 10:20

L'injustice n'accentue t-elle pas la haine et la violence,sur toutes ses formes?

Milton Dassier 01/01/2009 18:17


On ne peut pas mieux dire.. Même les tibétains, peuple réputé pacifique et de sang-froid, ont craqué !


Stev 01/01/2009 02:54

Lisez juste cet article :

http://www.protection-palestine.org/spip.php?article6783

Et cesser de défendre aveuglément la dérive d'un homme...

Milton Dassier 01/01/2009 18:15


Oui, j'ai lu.. Un ambassadeur à la retraite de 92 ans donne son avis et affirme:
- qu'il sait tout du sketch sans l'avoir vraiment vu, qu'il sait qui est Dieudonné sans le connaître..
- qu'il faudrait des poursuites judiciaires contre un artiste et même son public au nom de la liberté. Pourquoi pas de la prison ferme ou les travaux forcés?
De toutes façons, Dieudonné répond à tout ça à http://www.labanlieuesexprime.org/article.php3?id_article=3106
Puis il aborde la guerre à Gaza en se montrant très critique envers Israël et son inconduite depuis des décennies.. Mort de rire, je suis sûr que ce type n'a pas osé l'ouvrir à ce sujet au moment
où il était en activité.. Carrière oblige!