Quand Carla Bruni fait son show-biz

Publié le par Milton Dassier

Vous avez vu Carla Bruni au Late Show de David Letterman ?

On y apprend par exemple que le fameux dîner chez Séguéla avait été organisé pour que Carla et Nico se rencontrent, un speed dating de luxe en fait. « Il y a eu une soirée organisée pour que nous nous rencontrions  ». Eh oui, parmi les autres invités, il n’y avait que des gens en couple… Elle a parlé de coup de foudre immédiat. On en pleure d’émotion.

 

Mais après ça se corse. Vous avez entendu la question de l’animateur sur ses week-ends à l’Elysée ?

Nico Sarkozy et Carla Bruni ne vivent à l’Elysée que le week-end. Le reste de la semaine, ils le passent chez elle ou chez lui. L’animateur ajoute alors : « Le palais présidentiel, c’est votre maison de week-end en quelque sorte ». Carla rit et répond qu’elle tient à ce qu’il ne passe pas la semaine sur son lieu de travail puis ajoute : « le week-end, il travaille encore, même la nuit. »

Et là, l’animateur n’a pas manqué l’occasion d’une allusion aux moments intimes sans doute trop rares où les deux jeunes mariés se retrouvent.

 

Les spectateurs ont dû bien rire d’autant qu’il y a six mois, ils avaient pu découvrir la première dame de France dans le plus simple appareil, électrique et fantasmagorique à souhait. De quoi susciter émoi et moi ? Quoi ! pas moi ?

Et puis, Carla a parlé de ses opinions publiques. Elle se dit de gauche ! Non Carla est là où elle pose !

 

Une indiscrétion, le président français avait accompagné sa femme à New-York et fait croire qu’il était reparti de suite. En réalité, il l’attendait dans une suite de l’hôtel Carlyle pour une nuit agitée…

 

Soudain, une idée dingue me traverse l’esprit.. Je repense à David Copperfield et Claudia Schiffer, un mariage arrangé, très médiatisé pour la com’ des deux tourtereaux. Et si Nico et Carla.. Non pas possible, vaut mieux chasser cette idée de mon esprit tordu.

 

Repenser au message du président sur les bienfaits de la religion et de la morale. Eviter tout ce qui pourrait ressembler à de la vanité, de la cupidité, de la convoitise; résister aux tentations de la chair en fermant les yeux face aux exhibitionnistes en tout genre qui étalent richesses, vêtements, bijoux mais aussi leurs corps parfaitement entretenus; silhouette, courbes, fines jambes qui se monnayent chez les assureurs parait-il.

 

Carla bat des cils en baissant les yeux comme une petite fille trop coquette et ça me rend malade. Pourtant, c'est censé m'émoustiller, me faire ouvrir les yeux pleins phares. J’ai mal à ma conscience, de voir tout le cinéma qu’on nous fait voir. Hier, Souchon chantait «  On nous Claudia Schiffer, oh le mal qu’on peut nous faire ! » Carla a repris le flambeau de la star qui ne dit jamais rien et dont on est fier d’arracher une ou deux paroles sensées avant de conclure qu’elle sont d’une banalité de bon voisinage devant la porte d’un ascenseur..

 

Sarkozy dit ses paroles sur les bienfaits des religions, sur le retour de la morale et je ne suis pas guéri. Pas guéri, à peine remis. Quand on s’imagine gouverner le monde sur la base de ses propres certitudes et de son narcissisme dominateur, rien de bon ne sort. Le monde se regarde avec humilité, pas à travers la télévision, pas à travers ce qu’on en dit, pas en prenant la pose pour les caméras. 

Publié dans pipoles

Commenter cet article

R.Maquère (CFDE) 23/11/2008 10:57

Bahh!!


C'est peut-être pas si grave que ça.


On pourrait toujours essayer de se tourner vers les simples citoyens si le projet d'Etats Généraux pour la première semaine de mai 2009 se monte effectivement !

Milton Dassier 24/11/2008 13:45


Moi, je pense à l'exemplarité.. Vous avez des enfants?