Diversité et modernité : Et la France ?

Publié le par Milton Dassier

L’élection de Barak Obama va-t-elle faire évoluer les mentalités françaises à propos de la représentation de la diversité, signe intangible de vitalité et de modernité ?

Rien n’est moins sûr !

Des gestes seront faits pour le symbole, comme la nomination fortement médiatisée d’un préfet d’origine africaine. Mais, il ne faut pas s’attendre à grand-chose de la part d’une élite de droite qui n’a pas encore fait le bilan des conséquences de la colonisation sur son système de représentations mentales. La preuve ? Tout ce que les médias ont pu nous offrir comme avancées sur la diversité, c’est la nomination de Rachida Dati et de Rama Yade et l’exemple de Sciences-Po qui, date maintenant de huit ans.

 

Pour beaucoup des édiles de droite, les populations françaises originaires de l’ancien empire colonial ne doivent être que le poivre qu’on ajoute dans le plat en cours de cuisson. S’il y en a trop, ça fait éternuer ou ça brûle…

 

A droite, traditionnellement, malgré des discours d’ouverture et de tolérance, on ne cache pas sa préférence pour une Europe blanche dont les populations soient capables de s’approprier des fondamentaux culturels européens qu’ils peinent encore à définir.

 

A gauche, l’hypocrisie règne encore : les discours sont encore plus ouverts, encore plus tolérants pour une France métissée comme l’affirment parfois Ségolène Royal et d’autres. Mais que de résistance lors du choix des candidats aux élections, que de revirements quand il s’agit de tenir compte de l’avis des fédérations, que de compromis pour obtenir que Georges Frêche retrouve bientôt sa place au Parti Socialiste. Le Parti Socialiste s’est tellement notabilisé sur ses estrades que, devenu myope, il ne voit plus les rangs colorés du fond dans la salle.

 

On dit qu’Obama serait méfiant vis-à-vis de Nicolas Sarkozy et de la France. Plusieurs petits signes le montrent déjà.

Il y a d’abord son refus d’assister au sommet du G20, sommet organisé par les USA sur leur sol, avec en vedette américaine un Nicolas Sarkozy qui a dû s’agenouiller devant Georges Bush pour en obtenir la tenue.

Il y a aussi la réflexion que rapporte le Canard Enchaîné. Des journalistes français lui ont demandé ce qu’il pensait de la France où l’on se déclare « Obamiste » à plus de 80% et prêt à voter pour un noir dans les mêmes proportions.

Il a répondu qu’il en était flatté mais qu’il ne comprenait pas bien puis a ajouté : « En 2005, vous avez eu des émeutes raciales, le problème a-t-il été résolu ?

 

Il faudra que Sarkozy n’oublie pas qu’il a été un supporter de Georges Bush, par exemple, sur sa doctrine de guerre préventive. Les silences de Sarkozy sur Guantanamo, sur les atteintes aux libertés des américains, ses vacances chez Georges Bush, tout cela ne sera pas oublié au moment où une relation personnelle d’amitié pourrait se constituer.

 

Obama est très attaché à l’Afrique qu’il a visitée de façon approfondie quand il était sénateur. Un reportage le montre ainsi au Kenya, au Tchad, en Afrique du Sud. Il connaît bien les dossiers du sida, du Darfour, du sous-développement et de la guerre d’influence que se livrent les puissances mondiales : Europe, Chine, USA.

Or la France, en Afrique, n’a pas fait évoluer sa politique d’un iota…

 

La France est comme une dame d’un certain âge qui résiste aux affres du temps à coups de botox et de liftings. Mais le traitement de surface n’empêche ni ne freine le vieillissement. Seule, une reprise en main en profondeur qui mobilise les ressources de sa jeunesse pourrait être salutaire.

Or, en France, les jeunes ne sont plus bons qu’à tenir servilement les rétroviseurs du passé ou se voir suspecter d’être des fauteurs de troubles.

 

La France ferait mieux de se souvenir que Barak Obama n’a que 47 ans…

 

 

 

Publié dans politique

Commenter cet article

Daniella 13/11/2008 13:54

La France est pointée du doigt aujourd'hui et plus qu'hier sur sa problématique raciale, tout le monde le sait.
Avec l'effet OBAMA, personne ne peut, désormais, se voiler plus encore la face, la face de craie, je dirais d'ailleurs...(LOL)
Pas de noirs dans bien des domaines, et notre écran de télé s'en ressent d'une manière aussi ridicule que raciste!
Les français ont toujours cette trouille de l'autre, et les préjugés de ces "bourgeois" ont un parfum désagréable d'intolérance et d'ignorance, (je ne le dirais jamais assez) mais les choses sont, enfin, bien révélées quoiques sues depuis fort longtemps.
L'internet, cet outil indispensable de la communication se promène et dérange tous ces vieux dictateurs de la pensée unique et raciste!
OBAMA sait que les français ont du mal à réprésenter cette diversité qui est pourtant si évidente, si voyante.
OBAMA, son équipe de la Maison blanche, les américains en général, se moquent bien de cette europe là qui ne gênait pas de retourner la situation.
Que les afros-antillais ne se tirent pas dans les pattes, que l'on fasse front contre tout ce mépris, cela suffit!

Milton Dassier 13/11/2008 17:49


Finalement, l'Europe n'a pas connu l'esclavage et la colonisation dans sa chair, elle s'est déchirée, a commis des génocides sur des siècles y compris sur son sol et a été à l'origine de deux
guerres mondiales...ceci explique peut-être cela. Le génocide des juifs s'est passé sur son sol et a concerné des européens exterminé en masse par d'autres européens, là on a une posture de
repentance mais pour le reste, c'est l'arrogance qui prédomine.


JP7 13/11/2008 00:11

Obama rassurre parce qu'un président noir états-unien au moins, on s'imagine facilement le tutoyer, lui taper dans le dos et l'amadouer avec un sourire et une posture condescendante antiraciste. Obama nous entraine dans une ère très pédagogique pour tous les bienveillants "amis des noirs", ça va être amusant à voir...

Milton Dassier 13/11/2008 17:46


Absolument d'accord et, à écouter Berlusconi et Hortefeux, cette période sera longue!