Sarkozy en bande decidée ou en chanson ?

Publié le par Milton Dassier


Cet homme est de plus en plus prévisible dans son... imprévisibilité. En fait, nous sommes comme des parents qui suivent leur petit dernier dans ses facéties. Seulement, on rit de moins en moins !

Question de valeurs

 

 Mais que vais-je expliquer à mes enfants sur les valeurs morales qui peuvent guider leur existence ?

Quels sont les exemples que je dois leur inculquer pour valider ces valeurs?


L’élite politique de leur pays ? C’est mal parti !


Parce que, quand on voit un président et un gouvernement recevoir le pape et nous inonder  de discours sur les valeurs humaines et religieuses à toutes les sauces, on peut se dire qu’il y a peut-être quelque chose de positif pour la société dans de telles intentions.

Alors, on nous dit que « la société ne peut pas se passer de religion », et voilà qu’on nous assène comme une évidence que « l’humain est au coeur du message religieux ». On pourrait se dire alors que ce président a l’homme pour préoccupation première, que son comportement reflète son amour de  l’humain, son goût des autres, du moins qu’il essaye.

Eh bien non ! Comme disait Jacques Brel :

Faut vous dire Monsieur, que chez ces gens-là, on ne pense pas Monsieur, on ne pense pas, on prie !


Prise de tête pour des athlètes admirables mais jamais admirés

Un humanisme de droite serait né, là d'un seul coup ! Mon oeil ! La preuve ?

La façon dont il a fait une opération de com’ de dernière minute sur le dos des athlètes paralympiques. Les athlètes ont été reçus à l’Elysée mais ceux-ci nous apprennent que les ministres, le président n’ont pas joué leur rôle de supporters : pas d’encouragements, pas de coups de fil aux médaillés, pas de déclarations, pas de médiatisation. Cette cérémonie n’était qu’un prétexte pour plaire.. au gouvernement chinois ! Oui, c’était une opération double car il a particulièrement honoré l’athlète chinoise handicapée qui avait été bousculée lors du passage de la flamme à Paris et invitée spécialement pour l’occasion.

 Le plus drôle est que certains athlètes s’en sont plaints sans manquer de respect et avec courtoisie.

 

Le ministre de la jeunesse, des sports et des casinos n’en rate jamais une !

 La réponse est venue de Bernard Laporte, vous savez le ministre de la jeunesse, des sports et des casinos ! Il affirme que tout cela est exagéré car les médaillés des jeux paralympiques touchent autant d’argent sous forme de prime que les athlètes valides. Bref, c’est « prend ton fric et tire-toi ! » Et les autres qui ont simplement fait l’essentiel, par-ti-ci-per ?


Encore Jacques Brel :

Faut vous dire,que chez ces gens-là, on ne cause pas, monsieur, on ne cause pas, on compte !
 

Un sarkoziste : « Je veux faire ce que je veux et tant pis pour les autres ! »

 Un partisan du fichier EDVIGE écrivait il n’y pas longtemps, que sa liberté pour lui et ses enfants passait par un maximum de sécurité. Son souhait : pouvoir se promener sans risque dans la rue, donc pour cela, surveiller et empêcher tous ceux qui pourraient lui nuire.

Un type qui confond son désir et la liberté. Il encourageait donc Sarkozy à aller encore plus loin, il doit se considérer comme un brave type, un mec bien qui n’a rien à cacher. Une sorte de machine très obéissante ou une bête de somme en somme. Le genre si conforme qu’il n’en a plus de forme. Conforme sans « forme » il ne lui reste plus qu’à être « con » !

 

 

Berlusconi, président des truands en costume trois pièces et Sarkozy ?

 En réalité, Sarkozy est bien à l’image de son parcours politique et personnel.

Formé par Pasqua, avocat d’affaires pour affairistes de toutes sortes, admiratif des grands fortunes, des puissants et envieux de leurs femmes, condescendant avec le populo dont il adopte parfois le langage pour mieux le gruger ou faire viril, partisan d’un ordre social basé sur la sécurité et le mérite, amoureux des clichés américains sur la rébellion adolescente, la réussite et le dépassement de soi ; vaniteux et complexé par son physique tout en même temps.

Tout cela explique les attitudes infantiles, le goût pour ce qui brille, l’argent et les femmes faciles, l’obsession du respect dû à sa très petite personne, la grossièreté, les décisions hâtives, les relations sulfureuses et surtout cette façon de décider de tout en fonction d’un bon sens commun qu’il aurait été le seul à percevoir et l’amène à s’autoproclamer dépositaire des aspirations des français. Un culot qui force l’admiration de ceux qu’on admire toujours et  donne espoir à ceux qui rêvent qu’on les admire un jour !.

 Au grand Jacques de conclure !

Faut vous dire Monsieur, que chez ces gens-là, on ne vit pas Monsieur, on ne vit pas, on triche !

 

Publié dans sarkozy

Commenter cet article

A2N 23/09/2008 10:18

Bonjour, Milton !

Dire que ce bonhomme à un des codes de la bombe nucléaire. Pour peu que sa muse le cuisine bien une nuit, il est capable de tout divulguer à tout le monde. Quel irresponsable !
Billet à lire sur le vote du parlement, qui approuve le président le plus déjanté de l'histoire de France.
A+

Milton Dassier 23/09/2008 18:51


Salut A2N, Sa muse s'amuse quand il secoue ses nouilles en marchant façon Villeret dans "Papy fait de la résistance". Attention, il y a une contrepêterie !


Phil 21/09/2008 09:18

Il y a bien longtemps que ce type ne me fait plus rire !

Milton Dassier 22/09/2008 13:44


Moi non plus !