Pour la droite française, c'est "A droite toute !" (3ème partie)

Publié le par Milton Dassier

RETOUR A LA 2EME PARTIE

La relève est déjà dans la place !



D’autres vinrent de l’extrême droite au sarkozisme par d’autres voies :


- Patrick Buisson, ancien journaliste de « Minute », le journal qui avait titré en 2006 « y a-t-il trop de noirs en équipe de France ? », ancien directeur du Crapouillot et de la rédaction de Valeurs Actuelles. Après avoir animé une émission politique sur LCI, il est devenu conseiller de Nicolas Sarkozy..

 

- Gérard Gachet, porte-parole du ministère de l’intérieur mais ancien membre du Parti des Forces Nouvelles, une autre organisation d’extrême droite.. 

 

- Guillaume Peltier, ancien directeur adjoint du FNJ (Front National de la Jeunesse) puis membre éminent au MNR de Bruno Mégret. Ensuite, il est passé au MPF de Philippe de Villiers puis s’est rapproché de Brice Hortefeux qui tente de le faire entrer à l’UMP et devrait lui confier une mission prochainement. On parle de lui pour les élections européennes.

 

- Alexandre Del Vall, spécialiste de questions géopolitiques et militaires, il a théorisé l’idée d’un islam fascisant prêt à faire main basse sur le monde. Ami de Guillaume Lepeltier, de Pasqua et de Philippe de Villiers, il a donné de nombreuses conférences dans les milieux de l’extrême droite avant de s’en éloigner pour rejoindre l’UMP. Il est devenu un ami fervent des sionistes d’extrême droite comme Gilles-William Goldnaël.

 

- Gilles-William Goldnaël, avocat, proche de la droite de la droite (Philippe de Villiers, Charles Pasqua), il préside France-Israël et Avocats Sans Frontières. Il s’est spécialisé dans le harcèlement judiciaire et l’accusation d’antisémitisme contre des personnalités toujours de gauche.

 

 

 

Que constate-t-on ?

 

En tout premier lieu, l’ordre, la sécurité, l’identité nationale, le rejet des immigrés, la préservation d’une Europe « européenne », la méritocratie, le patriotisme, la haine des gauchistes humanistes restent les thèmes essentiels de cet « Occident » nouvelle formule

 

Deuxièmement, les amis de Charles Pasqua issus de cette extrême droite sont légion, or Nicolas Sarkozy est un produit Pasqua, un produit « Haut-de-Seine », un produit corse. Il s’est d’ailleurs entouré de gens formés par Pasqua comme par exemple le secrétaire général de l’Elysée, Claude Guéant.

Charles Pasqua est un homme de réseau qui ne fait ni dans le dentelle ni dans les scrupules. Il était de ceux qui prônaient des accords électoraux avec l’extrême droite quand il était ministre de l’intérieur de Chirac.

 

Troisièmement, il semble que des rapprochements idéologiques sinon formels ont eu lieu entre des organisations communautaires juives et cette ultradroite recomposée en autour d'une idéologie pour un Occident judéochrétien qui voit dans le sionisme un exemple de nationalisme à soutenir et surtout de choc des civilisations à suivre en ces temps de lutte contre ce qu’ils appellent le fascisme islamiste.

 

Finalement, l’état hébreu apparaît comme un royaume européen comparable à celui de Baudoin 1er dit le lépreux, roi de Jérusalem il y a 1000 ans et qui avait combattu avec quelque succès un Salladin, qui l’encerclait de toute part mais finit par le jeter dehors.

 

Le monde occidental vit donc sa croisade de l’occident contre l’orient par Armée israélienne interposée.

 

Toujours les mêmes vieilles histoires, après la Mésopotamie, il semblerait que l’étape suivante soit la conquête de la Perse comme du temps d’Alexandre Le Grand…

 

Nos néofascistes ne sont pas forcément pour une guerre contre l’Iran car le réalisme économique les ramène à la raison. Mais, le message néoconservateur américain les séduit.

Cette proximité idéologique avec les USA, le renoncement de cette droite à ses références antisémites et ultranationaliste du passé rend possible la complaisance de certaines personnalités et intellectuels de gauche sur le terrain de la lutte contre les islamistes. Ceci grâce à un argument qui trouve grâce à leurs yeux : nos devons préserver la démocratie de ses ennemis coûte que coûte, même si pour cela, nous estimons plus efficace de ne pas en appliquer les règles.

 

Une formule bien commode qui permet de définir des ennemis de l’extérieur et … de l’intérieur.


RETOUR AU DEBUT 

Publié dans politique

Commenter cet article

zzz 09/09/2008 20:42

Rt Soral, et Dieudonné, pourquoi fricottent-ils avec l'extrême-droite ? J'ai cru comprendre que justement, c'était le côté nationalisme et antisionisme qui les avait attiré !!! Je ne comprends plus rien !!!

Milton Dassier 09/09/2008 21:12


C'est le courant national-révolutionnaire, courant d'extrême gauche hérité de Blanqui et qui accueille les "anti-système", ceux qui se sentent petits et écrasés et veulent casser qu'ils soient de
droite ou de gauche. Voilà où se situent Dieudo et Soral Le problème est que ce courant s'est fondu dans l'extrême-droite, Soral a rejoint le FN et Dieudonné les regarde depuis la
porte ce qui n'empêche pas les contacts et même l'amitié.


zin 09/09/2008 20:40

Oh, là, là, on est pas sorti de l'auberge !!!

Milton Dassier 09/09/2008 21:08


Alors buvons un coup!