Les fossoyeurs de la sécu à la pelle

Publié le par Milton Dassier

Que de mensonges autour de l’assurance-maladie ! La tondeuse à euros est en train de passer et repasser sur le dos des malades.

Il s’agit parait-il de combler le déficit récurrent de l’assurance-maladie.

Un déficit essentiellement lié au chômage puisque un chômeur en plus représente un cotisant de moins.

Seulement, les gouvernements successifs ont mis en place tellement d’exonérations de charges que, malgré une baisse du chômage,  le déficit reste tel quel ou presque.

Les tarifs des médicaments et des professions de santé sont très encadrés même si on lache du lest aux médecins libéraux. Il y a bien sûr le vieillissement de la population qui entraîne de grosses dépenses pour les plus fragiles. Et si la population continue de vieillir, les dépenses iront en s’accroissant.

 

Des solutions sont à trouver, c’est certain.

Mais là, c’est trop fort. En moins d’un an, on propose trois mesures qui pénalisent les malades les plus fragiles.

 

  1. Les franchises médicales sur chaque acte paramédical (kiné, orthophoniste, infirmière..etc) y compris pour les malades les plus gravement atteints donc les malades d’Alzheimer qui payent donc le fameux plan « Alzheimer » de leur poche !
  2. L’augmentation du forfait hospitalier
  3. Ce projet de déremboursement des médicaments de confort pour les patients atteints de maladies graves et une refonte de la liste des affections de longue durée (30ALD)

 

L’hypocrisie est à son comble quand on apprend que le gouvernement ne veut en aucun cas augmenter les cotisations, patronales ou personnelles, pour ne pas décevoir les chefs d’entreprise et les instances européennes qui surveillent de près les prélèvements obligatoires. C’est donc le malade qui paiera et au delà, tous les assurés sociaux puisque cela se répercutera sur les tarifs des mutuelles un jour ou  l’autre.

 

Eric Woerth, qui ne tombe jamais malade, a déclaré que les mesures prises ne toucheront en rien les malades. Une bonne vanne d'Eric Woerth l'atomique-croupier du gouvernement et des comptes sociaux !!!

 

Les assureurs privés se frottent les mains car s’il y a déremboursement de certaines prestations au niveau de l’assurance-maladie, si les mutuelles ne peuvent pas proposer mieux, alors certaines prestations ou compléments de remboursement seront proposés aux assurés par les sociétés d’assurance avec ce que cela implique…

 

Les pauvres risquent plus de problèmes de santé que les autres, ils risquent désormais d’être moins bien soignés. Merci Sarko !

Publié dans société

Commenter cet article