Mariage annulé : Une affaire médiatique pas vierge de ses abus

Publié le par Milton Dassier

Toute la presse continue de s’époumoner sur l’affaire du mariage annulé.

Une affaire privé dont les motivations sont mystérieuses mais cela ne regarde en rien qui que ce soit.

Une annulation plutôt qu’un divorce ? Peut-être était-ce plus rapide…

Et puis, qui connaît les circonstances précises de cette affaire? Tout est possible en fait. Des gens choisissent de se marier avant de s’apercevoir trop tard qu’ils ont manqué de discernement, se sont engagés à la légère. Et cela a lieu dans tous les milieux…

 

L’islam est une fois de plus montré du doigt alors que le divorce y est autorisé, preuve de son évolution. Dans mon précédent billet, j’étais parti du principe que les religions en général avaient grand intérêt à maintenir les couples unis et que le divorce y était interdit ou mal vu, j’imaginais que c’était le cas de l’islam. Je m’étais trompé. Une campagne a donc lieu pour apporter de l’eau au moulin des islamophobes et justifier ainsi la méfiance de certains français vis-à-vis de cette religion.

 Les commentateurs en fait, se piègent bêtement avec cette histoire : certains voudraient même voir cette décision de justice annulée ce qui maintiendrait marié un couple désuni pour quelques temps. Sacré paradoxe que de refuser le droit à un couple de revenir sur son mariage juste pour que la morale laïque soit sauve.

La vraie morale laïque veut qu’une affaire de droit privé reste dans le domaine privé, que la vie privée de personnes tout à fait ordinaires ne soit pas étalée sur la place publique. Nous nous dirigeons vers une nouvelle forme d’inquisition de l’opinion à travers ses médias et ses personnalités en mal de publicité.

 Fadela Amara a déclaré qu’à cause de cette décision, les filles des cités allaient subir des pressions, se voir empêchées dans leur désir d’émancipation comme si les gens devaient comprendre que la justice française avait décidé qu’une jeune fille doit rester vierge jusqu’à son mariage.

Il y a des fantasmes collectifs qui se réveillent avec cette affaire, des archétypes où se mélangent des clichés issus d’un puritanisme vieillot européen mis à mal par les luttes féministes et des images négatives des musulmans vus au pire comme des brutes, au mieux comme des incultes.

 Il paraît que Rachida Dati a subi un mariage arrangé dont elle a eu du mal à se défaire. C’est ce qui explique son commentaire étrange sur la justice qui protège les plus vulnérables, en l’occurrence, ici, la femme. Du vécu certainement mais on est encore dans la compassion et l’émotion, ennemies d’une justice sereine..

 

Publié dans justice

Commenter cet article

Kelos 06/06/2008 15:34

Bonjour, 1000, tonnes d'acier!
Ce n'est les principes, d'une religion, qui sont en cause - du moins à mon avis - Mais le jugement d'un tribunal français,donc normalement laïque. Les femmes ne son pas des fromages, dont ils faut vérifier la fraicheur! Je viendrai vous lire..over-blog www.choses.biz Nettoue