Impunité pour les violences des pêcheurs

Publié le par Milton Dassier

C'est extraordinaire la politique ! L'art d'humer l'opinion, et de s'en faire une en fonction de celle des autres, la majorité silencieuse par exemple qu'on sonde à la façon d'un navigateur qui évolue sur des hauts-fonds.

La meilleure preuve de ceci, c'est la façon dont on traite l'agression contre des policiers.

En banlieue, des échauffourées musclées surviennent et c'est 500 CRS et policiers casqués et armés qui débarquent au petit jour pour appréhender la racaille qui se rebelle et nettoyer au karcher ces zones de non droit.

A la campagne, des faucheurs d'OGM se voient durement matraqués par les gendarmes. On nous dit alors : « C'est un véritable scandale pour la recherche agro-alimentaire. Mais oui, le combat contre la faim est en jeu, faucher un plant de maïs OGM, c'est comme abattre un oiseau en plein vol ! ».

 Et puis, en plein Paris, 200 à 500 pêcheurs très en colère, devant le ministère de l'agriculture, s'en prennent à des policiers, des CRS casqués et entraÎnés. Les pêcheurs sont des gens qui n'ont pas froid aux yeux, ils peuvent tenir tête à une horde de policiers. Et puis, des feux de détresse à poudre, ça brûle ! C'est ce qu'ont appris à leur dépend les vaillants policiers de Sarkozy. Quatre blessés dont trois graves.        Apparemment, consigne avait été donnée de ne pas s'en prendre aux pêcheurs.

 Le combat de ces travailleurs est noble, leur lutte pour de meilleures conditions légitime et assez bien acceptée par l'opinion. Alors, les autorités laissent faire par souci d'apaisement. Il est vrai qu'ils ont de sacrés moyens de pression en bloquant les ports et les dépôts de carburant.

 Pourtant, que ce soit pour les faucheurs d'OGM, pour les jeunes des cités ou pour les pêcheurs, la loi est bafouée, les forces de l'ordre prises à parti avec violence.

 En fait, tout est dans le rapport de force et dans l'idée que les pêcheurs, eux, ne remettent pas en cause le système qui les a propulsée dans la précarité après leur avoir assuré une vie dure mais digne. Au contraire, ils en veulent encore de ce statut de mineur de fond marin, complètement lessivés après avoir passé des dizaines d'heures en mer, sans RTT, sans pause de 9h00, sans leur famille, sans leur bistrot favori. Toute cette vie à l'opposé de celle d'un technocrate de ministère, ils en veulent bien. Ce travail merdique pour les autres, c'est le leur mais à condition de ne pas perdre leur dignité.

 C'est la même chose pour les agriculteurs. Ils font des dégâts, combattent la police, vandalisent des préfectures..

Mais, comme les pêcheurs, ils acceptent des conditions très difficiles.

Raison de plus pour qu'on ferme les yeux sur leur colère.

Ce gouvernement nous montre que certaines colères sont plus acceptables que d'autres...

 

Publié dans social

Commenter cet article

Spoliateur 23/05/2008 09:46

Les flics interviennent "aussi" dans les banlieues mais ils n'arrêtent jamais personne. Lors d'une émeute mobilisant 200 lascards, ils y aura 10 interpellations, et trois poursuites, si c'est pas de l'impunité ça !! Surtout que les gonzes sont des multi-multi-récidiviste...

Milton Dassier 23/05/2008 15:53


C'est faux ce que vous dites. Il y a des descentes quelques jours après pour arrêter des types en généralphotographiés en flagant délit. C'est pour ça que ça fait 10 interpellations. Les autres
n'ont pas forcément commis des délits!
Oui ils sont mutlirécidivistes comme Fourniret qui n'est pas d'un milieu pauvre et n'était pas fils d'immigré... D'ailleurs, vous avez remarqué? En France, les pédophiles et les tueurs
d'enfants sont toujours de souche européenne...


claudia 22/05/2008 15:44

je pense au contraire que le gouvernement s'est très bien ce qu'il fait quand il intervient sur le terrain avec ses CRS et quand il donne l'ordre de ne pas intervenir.
Ne rentrons pas dans son jeu et surtout n'imposons pas une catégories de travailleurs contre une autre catégorie. C'est tous ensemble qu'il faut être dans la rue. Ceux des RTT, ceux de la mer, de la terre, du privé, du public..