Vivement le grand dimanche soir

Publié le par Milton Dassier

Est-ce qu'il y en a parmi vous qui ont regardé l'émission de Drucker "Vivement Dimanche" consacrée à Olivier Besancenot?

Je l'ai regardée avec une grande curiosité et j'ai été agréablement surpris. Au début, j'étais méfiant, je disais en mon for intérieur : "Besancenot veut sans doute une place d'élu professionnel et si ça se trouve on le verra au PS d'ici quelques années. Comme d'autres trotskistes !"

Une émission pour faire la promotion d'un invité et ne le montrer que sous un angle positif, quoi de mieux que Drucker?

Et puis là, la surprise. Un homme moderne, sans cette grosse tête et ce sourire béat de l'invité à qui on passe la brosse à reluire. Sans doute le moins fortuné de tous ceux qui ont été invités chez Drucker. Difficile de faire mieux que ses 1200 Euros de salaire par mois et d'un appartement familial de 55 m² à Paris dans le 18ème qui fait l'objet d'un crédit sur 18 ans. Olivier Besancenot et ses invités : des gens simples, des ouvriers, un collègue, des gens des luttes sociales, ceux qu'on matraque allègrement de promesses non tenues et de coups de bâton pour de vrai dans les manifestations. Dans ce décor bling-bling, si habitué à entendre les belles paroles des peoples de la politique, Besancenot était si discret que cela le rendait encore plus présent. Et il enfonça le clou en défendant ses convictions, en démontrant qu'il n'y a pas de fatalité à la situation sociale d'aujourd'hui.

Humilité aussi quand, en présence de Christiane Taubira et de J-C Chicaya, il avoua se passionner pour les luttes anticolonialistes bien que les ayant découvertes tardivement. Il rendit hommage à Césaire et Fanon, indiquant la contradiction de voir ces panneaux d'affichage rendant hommage à Aimé Césaire dans les jardins de l'Assemblée Nationale, à deux pas de la statue de Colbert, l'auteur du tristement célèbre Code Noir!

Olivier Besancenot a osé, c'était risqué mais cela me fait penser que si on n'ose rien, on obtient rien !

Nous sommes tant formatés que l'idée d'imposer sa vision politique au monde, au risque de se retrouver tout seul, nous effraye. Et pourtant, il faudra bien passer par une révolution pour se sortir de cette logique de soumission au capitalisme, au consumérisme, à la surveillance policière, au néocolonialisme, au militarisme, au déterminisme génétique.

Il n'est pas trop tard !

Publié dans politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mehdi 13/05/2008 11:29

Non Milton,

Sa compagne ne gagne pas 2 à 5000 euros mais plus de 10000 euros mensuels comme directrice literraire. Et contrairement à ce que tu dis "lui c'est lui et elle c'est elle", ce n'est pas comme cela qu'il faut aborder la situation. Ils partagent le même appartement et ont un enfant en commun. Tu crois tout de même que c'est Besancenot avec ces 1200 euros qui fait bouillir la marmite et entretient toute la petite famille. Il nous la joue petit prolétaire avec une déclaration fiscale de cadre supérieur. Que son couple vit dans l'aisance, cela ne me gêne pas , mais qu'il ne vient pas nous la jouer prolo.Il ne sait pas ce que c'est de vivre avec le smic.

Stev 13/05/2008 09:31

A ceux qui prétendent qu'il faudrait être pauvre pour défendre les pauvres, qu'ils sachent que même Marx ou Jaurès n'étaient pas ouvriers et fils d'ouvriers ! Ca n'a rien à voir avec les convictions.

Besancenot est un fils de prof. Les profs sont-ils de grands bourgeois ? Il est entrée à la poste sur concours, comme tout le monde... La poste est-elle un repère de nantis ?

Il se trouve qu'il a rencontré une femme qui a une meilleure situation professionnelle que lui. Et après ? C'est ça, l'argumentation politique ?

Je comprends parfaitement qu'on ne soit pas d'accord avec les théories et les idées de Besancennot. Mais la base, c'est de l'attaquer alors justement sur ces idées, ses arguments...

Si on s'en prend à sa femme qui est trop riche ou sa grand-mère qui fait du vélo, c'est sans doute que ses idées ne sont pas si facile à contredire sur le fond !!

Vous allez voir que s'il monte électoralement, on va lui trouvé un oncle ou un cousin au Médef, une vieille tante à l'UMP, et on présentera ça comme un argument négatif...

Bon, le point faible de Besancenot, c'est celui-ci. Je suis sûr que Sarkozy va tout faire pour le promouvoir (d'où l'invitation chez Drucker ?), le rendre incontournable, pour plomber le Parti Socialiste.

Exactement comme Mitterrand l'avait fait avec Le Pen.

Sauf qu'au final, au bout du compte, ça s'était retourner contre le PS, via Jospin !

verite 13/05/2008 08:15

Si, il est trop tard, ce n'est pas un Besancenot mascotte des boutonneux qui nous fera un changement en prenant sur ses RTT et week-end...

Le capitalisme s'effondrera de lui-même dans ce qu'il a d'excessif et de trop inhumain. Mais l'argent restera le maitre, comme toujours.

yo 13/05/2008 00:58

1200 euros par mois, renseigne-toi sur les émoluments de sa tendre compagne.

Milton Dassier 13/05/2008 04:57


On s'en fout, lui c'est lui, elle c'est elle. Il roule en peugeot 106 et a acheté un appart à crédit sur 18 ans comme plein de gens... Sa femme travaille dans l'édition, ça n'en fait pas
une milliardaire, elle touche quoi? Entre 2000 et 5000 Euros maxi. Y a des tas de gens dans ce cas qui gagnent en couple entre 3000 et 6000 Euros.