Le fichier ADN pour les nuls

Publié le par Milton Dassier

Depuis quelques jours, on ne parle plus que de cette affaire de faux taxi tueur-violeur en série !

D'abord un crime sexuel suivi d'un meurtre horrible, ensuite la rapidité et l'efficacité des services de police pour trouver et arrêter un suspect idéal. Idéal car récidiviste donc connu des enquêteurs pour son mode opératoire.

 Là où le bât blesse c'est quand on apprend que ce récidiviste était absent du fameux fichier ADN des criminels sexuels, fichier étendu à tout suspect de crime depuis 2003.

Un récidiviste qui n'a pas été surveillé et n'a pas reçu une obligation de soin. Pourtant, à l'époque, le ministère de l'intérieur est dirigé par un certain Nicolas Sarkozy...

 Un ministre puis un président particulièrement réactif dés lors qu'il s'agit de stigmatiser les criminels sexuels. Rappelez-vous les déclarations enflammées pour atteindre le risque zéro en matière de crime sexuel.

 Pour ma part, je ne comprends pas le zèle pour prendre l'ADN de faucheurs de maïs volontaires, de manifestants ou de syndicalistes et alimenter le fameux fichier et l'inexistence d'un criminel sexuel qui a déjà passé plus de 15 ans en prison.

 Michelle Alliot-Marie parle de « dysfonctionnement », ça commence à faire beaucoup si on y ajoute : brutaliés policières, rafles de sans-papier, contrôles au faciès, abus d'autorité, zèle pro-chinois pour le passage de la flamme des JO à Paris et autres répression anti-pauvre, anti-jeunes.

 Malgré un arsenal législatif et règlementaire idéal pour tout obsessionnel de la sécurité, on a trouvé le moyen d'être plus efficace et imaginatif pour localiser et rafler des sans-papiers que de suivre les pas d'un dangereux criminel sexuel récidiviste. On rappellera que c'est la deuxième fois que cela se produit en moins de 18 mois.

Depuis le passage d'Alliiot-Marie au ministère de la défense, les caisses sont vides. Là, au ministère de l'intérieur, ce sont les têtes qui sont vides...

Publié dans société

Commenter cet article