Thuram parle de Césaire

Publié le par Milton Dassier

A part des politiciens et quelques écrivains et artistes, il y avait peu de people aux obsèques d’Aimé Césaire. Il faut dire qu’un aller-retour de 14.000 km, ça décourage.. Même Dieudonné !

 

Un homme est venu de Barcelone entre deux matchs pour rendre hommage à l’écrivain de la négritude, Lilian Thuram, voici ce qu’il a dit sur place :

 

Je l’ai rencontré plusieurs fois. Au moment du match France-Costa Rica en novembre 2005, j’avais pris la décision d’organiser une rencontre entre les joueurs de l’équipe de France et lui parce que c’était important que les joueurs sachent qui c’est. C’est quelqu’un qui a compté énormément. Dans la vie, on a tous besoin d’un guide, c’était un peu mon guide. Il a laissé une œuvre pour les générations à venir. Il n’a pas eu assez de consécration en France. Il est étudié aux USA et en Afrique. En France, très peu d’étudiants le connaissent parce que Césaire évoque des choses que l’on ne veut pas entendre. Léopold Senghor était à l’académie française, Césaire non, parce qu’il avait un discours critique sur le rôle de la France dans la colonisation. Il dérange car il dit la vérité, c’est un homme droit. Il aurait pu avoir des honneurs mais aurait dû pour ça courber l’échine et ne pas dire certaines choses. Ce que je retiens, c’est le « discours sur le colonialisme » et sa poésie même si elle est difficile.

C’est quelqu’un qui m’inspire avec Mandela ou Martin Luther King. La tentation serait de les enfermer dans un discours d’émancipation des noirs mais il s’agit avec eux de l’émancipation de l’homme tout court.

 

 

Publié dans anticolonialisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

MBOA 23/04/2008 12:31

La tentation est encore plus grande de l'enfermer dans un universalisme béat qui ferait oublier les horreurs faites sur les hommes dits de couleur par l'homme blanc.

La question est donc posée: de quel universalisme parle t-on ? Dénoncer les exactions de l'homme blanc et ensuite affirmer sa négritude ne signifient pas s'exclure de l'humanité bien au contraire. C'est juste faire accepter que l'universel est composé de diversités.