Aimé Césaire pas encore mort : vautours déjà en vue

Publié le par Milton Dassier

Scandaleux, la lettre à Nicolas Sarkozy publiée par Claude Ribbe sur son blog.

Il y annonce la mort du poête alors que celui-ci n’a pas encore rendu son dernier souffle…

Et on dit qu’il faut respecter les mourants et leur famille dans leur désir d’une mort digne.

Claude Ribbe est un charognard d’une certaine façon. Il propose à Sarkozy, l’entrée d’Aimé Césaire au Panthéon le 10 mai 2008 lors de la commémoration de l’abolition de l’esclavage.

C’est impossible à réaliser en si peu de temps et ça, Claude Ribbe le sait.

Alors pourquoi cette lettre, cette initiative personnelle très opportuniste et surtout si « spontanée » ?

Besoin d’un poste, d’une fonction honorifique, de se faire mousser à peu de frais ?

 

Mais il y a pire, la déclaration qui tue encore un peu plus le poête. Claude Ribbe affirme carrément que l’ouvrage « le discours sur le colonialisme » est un texte scandaleux et qu’il faut en quelque sorte en excuser Césaire. Car Claude Ribbe laisse entendre que Nicolas Sarkozy aurait pu être choqué de l’audace des idées défendues par le poète lui fermant par avance les portes du Panthéon.

 

Jugez plutôt..

 

Monsieur Nicolas Sarkozy,

Président de la République,

Monsieur le Président de la République,

Césaire est mort. Mais son œuvre est indestructible. Voici tantôt deux ans, Monsieur le Président de la République, vous avez tenu à rencontrer Aimé Césaire et il vous a offert, je crois, son Discours sur le colonialisme. Un texte fondamental, vous en conviendrez, puisque vous l’avez lu. Fondamental et scandaleux, vous en conviendrez également. Mais quels sont les grands auteurs qui n’ont pas produit au moins un texte scandaleux ? Quels sont les politiques qui n’ont pas commis au moins une bévue ?

Vous aurez bientôt à célébrer une date importante, celle de l’abolition de l’esclavage et je ne doute pas un instant que cela vous préoccupe, vous qui avez refusé la «repentance». À juste titre. Qui aurait osé demander à Césaire, français comme vous et moi, de se repentir ?

On dit que vous assisterez à la commémoration du 10 mai 2008...

 

Claude Ribbe ne s’honore pas et profite du désarroi de la famille et des amis de Césaire pour offrir à l’establishment français la dépouille encore chaude d’un de ses plus farouches opposants en son temps.

 

Cela s’appelle de la récupération !

Publié dans opinions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lolo 14/04/2008 01:41

2ème de dehré ou pas c'est con ce qu'il a fait !

djoubian de PANAM 13/04/2008 20:50

Le discours sur le colonialisme a une portée universelle et un minable et lâche tel un Claude RIBBE. Le grand poète fait la fierté et l'honneur de tous les peuples qui ont été colonisés et qui ont été humiliés par l'occident. Jusqu'à ses 94 ans il était capable soutenir encore et encore son fameux discours sur le colonialisme. Alors que Claude RIBE n'est même pas capable de défendre et de rester fidèle à ses écrits. Il est prêt à tout pour avoir un strapontin auprès des dirigeants de cette république "banabière". Le pauvre, il ne sait plus à quel "banière" se vouer... Il a servit de caution à Patrick KARAM afin que ce dernier obtienne comme il le souhaitait un poste de sous-ministre dans le gouvernement actuel et ensuite il tentait de se presenter sans succès aux élections à SARCELLES. Il faut arrêter la prostitution cher monsieur et retourner dans vos bouquins. Au moins là-bas vous avez des chances d'écrire des choses qui serviraient à des débutants... Vous faites honte à la communauté des noirs venant des antilles, d'afrique et d'ailleurs. Pour ce grand monsieur souhaitons qu'il marque éternellement l'esprit des humains épris de LIBERTE. Préparons nous à défendre sa mémoire à chaque instant afin que des imposteurs tel un normalien frustré, ne joue les héritiers d'un jour. Vive la liberté et la dignité des peuples qui aspirent à sortir légitimement du joug colonial

Benoît 12/04/2008 21:13

Heu... Je crois que cette lettre est écrite au deuxième degré.

MBOA 12/04/2008 21:12

MILTON,

Certaines personnes m'ont demandé mais pourquoi tu t'en prends toujours avec véhémence à Ribbe ?
Je leur dis, ce monsieur est un serpent et en tant que tel, il faut être sans façon avec lui.
Nous en avons encore la preuve.

Milton Dassier 13/04/2008 00:46


Absolument d'accord. Ici Ribbe essaye de faire croire qu'Aimé Césaire a oeuvré dans sa vie en tant que patriote français pur jus. Or ce n'est pas le cas. Tout, dans la vie de Césaire, montre qu'il
n'a jamais eu la considération qu'il méritait en tant que grand penseur de la part des institutions de l'état français. Il était trop anticolonialiste pour pouvoir être classé comme patriote
français.


francesca 12/04/2008 19:41

c'est bien de dénoncer ces personnages sans scrupules;on voit pas l'interet de dénoncer le livre d'aimé cesaire.alors qu'on acceuil au nom de la liberté d'expression le film d'un député et les caricatures.est ce a dire que ce personnage est devenu un bounty.
personnellement je vois pas l'utilité d'enterrer des gens dans un panthéon.vaut mieux laisser les morts la ou ils sont enterrer.si Dieu le rappel ,vaut mieux qu'il soit enterrer parmi les siens,sur sa terre natal,au milieu de son peuple.son nom sera tjs gravé dans la mémoire des gens conscients mème si sa tombe est anomyme.
certains personnes ont des follies de grandeur,au lieu d'etre humble;
le poète,militant a tjs été humble.

Milton Dassier 12/04/2008 19:50



Je vois les choses tout à fait comme vous. D'autant que les intellectuels français ont plutôt boudé Césaire de son vivant alors qu'il est célèbré dans le monde entier pour son oeuvre poétique et
sa vision politique. Césaire a eu une destinée exceptionnelle : jeune, il a été l'ami des surréalistes, de Picasso, il a participé aux combats pour l'émancipation et les droits du peuple noir, a
dénoncé le colonialisme puis les excès du communisme, ensuite il s'est consacré à la Martinique où il a réussi avec d'autres à préserver la richesse de cette culture noire et créole en en
facilitant l'accès au peuple. S'il y a des écrivains et des artistes aussi talentueux en Martinique, petite île de 1000km² et 400.000h, c'est à Césaire et sa politique de gratuité culturelle
qu'on le doit.
Le panthéon de Césaire, c'est parmi les siens...