Peaux de bananes en Colombie pour la diplomatie française

Publié le par Milton Dassier

Vous avez suivi la suite des tribulations du gouvernement français à propos d'Ingrid Bétancourt ?

 Quatre évènements depuis hier :

 - Les FARC ont annoncé qu'il était hors de question de libérer Ingrid Bétancourt, qu'ils n'avaient pas l'intention de faire un échange humanitaire maintenant que leur n°2 Raul Reyes a trouvé la mort dans une attaque colombienne

- Kouchner annonce que l'état de santé d'Ingrid Bétancourt n'est pas si mauvais qu'on ne le pensait

- L'avion humanitaire est sur le point de repartir, sa mission ayant été un échec sur toute la ligne

-Kouchner vient d'annoncer qu'il va se rendre « dans la région »

 
La diplomatie française est en train de se ridiculiser. Car que veut dire tout ceci ?

Qu'on est revenu au point de départ, en juillet 2007. Donc, les gesticulations de Sarkozy, c'était du pipeau pour occuper le terrain médiatique. Les FARC parlent de chantage et de pression médiatique...

Désormais, plus aucun contact avec les FARC, voilà la réalité. Uribe a torpillé Hugo Chavez et donc celui-ci s'est mis hors-jeu. C'était le seul pourtant à avoir la confiance des FARC. Mais des gens se sont dit : « s'ils ont confiance en Chavez, c'est que Chavez est de mèche avec eux. » On s‘est donc efforcé de le décrédibiliser. On a parlé de preuves trouvées dans un camp des FARC attaqué par les colombiens mais on ne les a pas montrées. Bush y est même allé de couplet anti-Chavez. De bonne guerre non ? Mais cela ne contribue pas à un climat de paix.

Chavez n'est pas un saint, encore moins un pigeon, donc il ne faudra plus trop compter sur lui sauf si les FARC le lui demandent.

En fait la balle est dans le camp d'Uribe. Les FARC ont fait des gestes en libérant 7 otages. A Uribe de faire les siens en ouvrant franchement des négociations...

La diplomatie française va vivre son heure de vérité en réussissant ou non à convaincre Uribe de jouer le jeu...

Sinon, peu d'espoir pour Ingrid Bétancourt...

Publié dans international

Commenter cet article