Elvis Sarkozy se fait traiter de "naïf" par les FARC

Publié le par Milton Dassier

Georges Bush a qualifié la venue récente de Nicolas Sarkozy et la renaissance de l’amitié franco-américaine, de « réincarnation d’Elvis ».

Une manière de dire qu’auparavant, un soutien sans faille de la France, c’était... Messie impossible! Donc parler de réincarnation d’Elvis, en langage « bushé », ça veut dire un ralliement aussi incroyable qu’inespéré. Alors, après s’être agenouillé devant l’empereur du monde, on peut imaginer que le français ait proposé de pousser la chansonnette pour charmer son nouveau maître  nouvel imprésario.

Il assure non?

Dans ses blue suede shoes à talon haut, le président français a donné de la voix, une belle voix grave « oh yeeeah ! ». Peut-être a-t-il chanté en pensant à Cécilia « Don’t be cruel » puis en rêvant de Carla « Love me tender, love me sweet.. » avant d’agiter un pelvis bien déhanché en entonnant la chanson culte : « One for the money, two for the show.. ». Mais son succès auprès de Bush, ce fut « Jail house rock » dédié à Chirac..

 

Notre Elvis Sarkozy vient de se voir traité de naïf par les FARC qui se demandent comment la mission humanitaire envoyée ces jours-ci sans l’accord des FARC va d’abord localiser Ingrid Bétancourt. Bref c'est encore bien barré... Les FARC sont terriblement refroidis car, il semblerait que l’attaque de l’armée colombienne qui a coûté la vie au principal négociateur des rebelles Raul Reyes, ait été possible grâce à une information fournie par la France volontairement ou involontairement.

 L’agence des FARC affirme qu’un coup de fil venant de France sur le téléphone satellitaire de Reyes (fourni par la France pour pouvoir négocier) aurait permis à l’armée de colombienne de le localiser…

Dans ce cas, il est illusoire de penser qu’un scénario humanitaire réussisse.. Par contre, la possibilité d’une action militaire éclair n’était pas exclue jusqu’à il y a quelques heures. Mais avec une telle publicité, cela semble de moins en moins probable.

 Elvis Sarkozy aura sûrement des choses à chanter sur tout ça…

One for the money, two for the show...

Publié dans sarkozy

Commenter cet article