Racisme quotidien et ordre public

Publié le par Milton Dassier

 

Les actes racistes, xénophobes et antisémites ont baissé significativement en 2007.

De 9% pour être précis d’après le rapport de la CNDH. Les actes antisémites ont diminué de 32%.

 

Réjouissant si l’on s’en tient aux chiffres. Ici, dans ces statistiques, on ne tient compte que des actes d’agression : insultes, menaces, profanations, coups et blessures. Pas les actes du racisme ordinaire, du rejet quotidien fait de discriminations,  de refus de vendre, de loger, de soigner, d’accueillir, d’embaucher.   Qu’on ne s’y trompe pas, d’après certains sondages, 48% des français se déclarent plus ou moins racistes. C'est-à-dire que une personne sur deux parmi celle que l’on croise dans la rue est susceptible de commettre, un jour ou l’autre,  non pas une agression, un acte violent mais un acte de racisme du quotidien.

 

Tout ça avec les encouragements passifs de l’état qui le pratique chaque jour avec ses contrôles au faciès, sa chasse aux immigrés et sa façon d’attribuer les actes de délinquance aux basanés des cités.

 Et les bourdes dénoncées sont fréquentes. Elles sont révoltantes de stupidité comme ces avocats d’origine africaine et maghrébine qui se sont vus contrôlés, vérifiés, fouillés à l’entrée de leur propre tribunal par des flics tatillons fraîchement arrivés qui ne s’en sont pris qu’à eux…

 Résultat, votre clarté de peau devient un critère pour évaluer si vous êtes un immigré clandestin ou un délinquant ou, plus généralement, si vous peut vous faire confiance dans les actes de la vie de tous les jours. Parfois cela va jusqu’à vous classer comme étranger. Ah l’identité nationale !

 Dans les stades, si personne ne se plaint haut et fort, alors les autorités du sport se moquent bien des injures racistes proférées à chaque journée de championnat. Elles regrettent « de tels agissements de la part de ces faux supporters » mais brillent par leur absence de zèle. Par contre, si ça fait la une des journaux, c’est le branle-bas de combat pour réclamer des mesures.

Soyons réaliste, l’enseignement de tout ça, c’est que le racisme n’est préoccupant que s’il trouble l’ordre public.

Publié dans racisme et xénophobie

Commenter cet article

Pinouac 30/03/2008 21:03

Bonsoir,
Si depuis quelques dizaines d'années, les tendances à la discrimination diminuent, on est encore loin du compte. Et je dois dire, que c'est assez alarmant de constater qu'à l'heure actuelle de tels actes puissent encore exister et notamment en France. Espérons que les générations d'aujourd'hui et de demain cesseront de véhiculer "la peur de ce qui est dit différent". Je grossis les traits volontairement.