Question style : Sarkozy va-t-il se « chiraquiser » ?

Publié le par Milton Dassier

sarkozy-je-nest-pas-change.jpgPas si sûr ! Mais on en prend peut-être le chemin avec le changement faisant suite à la rupture de style qui avait étonné l’opinion publique juste après l’élection présidentielle de mai 2007.

 

« J’ai encore changé » aurait pu dire Sarkozy. Donc fini les « lunettes fumées d’aviateur » et « les volumineuses montres de marque très tape-à-l’oeil » comme le disent avec une pudeur amusée les commentateurs anglais.

 

On commence à entrevoir le futur style du président.

 

Kennedy c’est fini ! Comme Capri !  Après tout, Cécilia est partie et Carla ne fait pas une Jackie encore très crédible..

 

Question style politique, puisque la Grande-Bretagne est à l'honneur, ce sera du Margaret Thatcher à la vapeur dans son feuilleté de Tony Blair avec une pointe de John Major. Du lourd, du très lourd même mais dans la douceur, histoire de ne pas provoquer d’aigreur d’estomac chez le peuple…

 

Que d’éloges sur la Grande-Bretagne, que de courbettes, que de déférence. Pas une critique sur le système social qui oblige les anglais à attendre un an un rendez-vous chez le dentiste et surtout, pas un reproche sur l’engagement en Irak et la complicité de la Grande-Bretagne pour faire de la France un pays renégat. Souvenez-vous l’affaire des armes nucléaires de Saddam Hussein, ça avait été lancé par Tony Blair qui avait accusé le Niger, donc la société française Areva, de fournir secrètement de l’uranium à l’Irak. A l’époque, Nicolas Sarkozy était membre du gouvernement français… Chirac avait saisi l’attaque et pris ses distances vis-à-vis de Tony Blair dont le dernier fils est pourtant le filleul de l’ancien président français. Avec un président aussi "razmoquette" au parlement, les anglaisont mangé du gâteau et en plus, Sarkozy a fourni la crème Chantilly.

 

Et puis, ce côté parvenu, nouveau riche, convive d’un dîner de gala donné par la reine en son honneur, invité qui termine son discours sur le thème de l'amitié et du prestige d’être invité au château de Windsor par un « je pourrai dire « j’y étais ! » ». Un comble ! Lui qui réside dans une dépendance du Château de Versailles et peut profiter de plusieurs châteaux mis à sa disposition en France. Finalement, on peut se demander: était-ce le président de la république française ou le président du Conseil Général des Hauts-de-Seine, l’invité de la reine d’Angleterre hier soir ?

 

Une « chiraquisation » sans les couilles de Chirac en tous cas mais avec les premières casseroles si on en croit « Le Monde » d’aujourd’hui . En effet, le journal annonce que les noms de Rachida Dati et de Nicolas Sarkozy sont cités dans une affaire de détournement de fonds qui concerne le département des Hauts de Seine.

De 2001 à 2003 et peut-être jusqu’en 2005, le président du conseil général de l’époque et sa directrice adjointe des services généraux auraient peut-être couvert des flux financiers opaques autour d’une donation d’œuvres d’art et d’un projet immobilier.

 

Déjà André Santini et Charles Pasqua sont mis en examen dans cette affaire.

 

Question style de comportement présidentiel, le chef de l’état va chercher à prendre le la hauteur. Chaussures au talons renforcés pour les inaugurations et bains de foules, parapluie gaulliste en cas de pluies trop critiques de son atlantisme servile.. Voilà les éléments d’une nouvelle panoplie qui va remplacer celles devenues trop usées de Zorro et de Tony Montana.

 

Non finalement, Chirac c’est encore trop grand pour Nicolas Sarkozy, c’est dire où on en est !

Publié dans sarkozy

Commenter cet article

antisarkozyste 15/04/2008 18:51

j'ai trouvé cette pétition pour la déstitution de sarko, je la trouve intéréssante, j'ai signé et je vous invite a signé www.antisarkozysme.com

A2N 27/03/2008 22:45

Bonjour,Milton !

Bien joué ! Comment le minable président va calmer l'affaire ? La France est bien mal barrée, encore plus depuis qu'elle s'en remet à la grâce d'une péripapéticienne.

A+