Quand Darcos de moque des parents d’élèves de la Martinique

Publié le par Milton Dassier

Martinique.jpgJe tiens à vous parler d’un dossier totalement passé sous silence alors qu’il concerne plus de 900 emplois.
Il faut dire que ça se déroule à la Martinique, loin des caméras et micros des grands médias nationaux d’où le manque de zèle du gouvernement à résoudre cette histoire qui empoisonne la vie de presque tous les collèges et lycées de la Martinique depuis le début de l'année.
 
Ces contrats ont été proposés sous le gouvernement Villepin en 2005 à des personnes sans emploi. Ce sont en quelque sorte, les emplois jeunes sauce Villepin.
550 de ces emplois étaient utilisés par l’Education Nationale : surveillance des collèges, des lycées, surveillance des cantines, aides-éducateurs, vie scolaire, soutien. De nombreuses tâches incombaient aux titulaires de ces contrats. Tout le monde louait l’apport de ces personnes qui contribuaient à la baisse de la délinquance scolaire et à la discipline dans les établissements.
 
Et puis, le 31 décembre 2007 : Fin des contrats. Et puis? Rien !
Rien pour que ces contractuels puissent trouver autre chose en remplacement, rien pour leur faire passer des concours administratifs, rien pour les orienter vers une formation ! Dans le même temps :  Fini la surveillance des cantines, des collèges et des lycées, Fini le soutien scolaire.
 
Le résultat ne s’est pas fait attendre : pendant deux semaines, il n’y a pas eu de cantines organisées dans les collèges et lycées de la Martinique à cause de l’insuffisance de surveillance soumise à des normes précises. Donc, deux semaines où les enfants devaient prendre leur déjeuner dans les snacks à l’extérieur des établissements ou alors se voir livrer un panier repas par leurs parents qu’ils devaient manger à l’extérieur de l’établissement, insuffisance de surveillance oblige !
 
 Et il y en a au ministère qui parle de « service minimum » pour que les parents et les enfants ne soient pas pénalisés par juste un ou deux jours de grève! Mais Xavier Darcos préfère animer des commissions sur l’enseignement de la shoah, c’est tellement plus « rentable » médiatiquement !
 
Revenons à la Martinique. Devant l’absence de réponse du gouvernement, ce fut la grève des enseignants, grève soutenue par les parents d’élèves. Et ça dure encore, des négociations ont été ouvertes depuis quatre semaines pendant lesquelles, le gouvernement joue au marchand de tapis en prolongeant les contrats d’une partie des personnels mais pas de tous, puis d’un peu plus mais pas de tous..etc. Les cours ont repris mais on estime que la plupart des enfants ont perdu près de 3 semaines de cours si on comptabilise les jours de grève et de perturbation ainsi que les jours passés à la maison, certains parents ne pouvant pas trouver de solution au problème du repas de midi.
 
Forcément, des hauts-fonctionnaires de la préfecture et du ministère de l’Education Nationale ont agi fort légèrement. On a laissé filer le problème sans penser une seconde que la fin de ces contrats aidés allait mettre un désordre pas possible sur toute une île.  On pense que le gouvernement voulait mettre le Conseil Régional de Martinique d’extrême gauche devant le fait accompli pour l’obliger à prendre le relais sans compensation financière. Quelle bonne gouvernance !
 
Au même moment, Christian Estrosi, secrétaire d’état à l’outer-mer s’offrait un voyage de 24 heures en jet privé à 138.000 € aux frais de l’état. C'est-à-dire de quoi payer 18 mois de salaire net à temps plein d’un de ces contrats aidés.

Publié dans société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article