Mercredi 19 décembre 3 19 /12 /Déc 16:28
undefined Annapolis n’aura peut-être pas été si inutile. Et les 7 milliards de dollars récoltés pour l’autorité palestinienne sont un signe que, peut-être, on aimerait en finir un jour avec ce conflit. A moins que cette aumône généreuse ne serve qu’à prolonger la situation avec une grosse prise de risque. Bush se retrouve dans une position très inconfortable, les membres du fameux « quartet » aussi. Ils avaient établi une feuille de route assez contraignante et force est de constater que si on s’en tient à l’autorité palestinienne, sa part de contrat a été respectée. Alors qu’Israël s’en est lavé les mains avec une certaine arrogance..
En jouant le jeu de la non violence et de la modération, en s’opposant au Hamas, en réclamant des gestes légitimes de la part d’Israël, Mamoud Abbas met Tel-Aviv et l’occident dans l’embarras.
 
Car en réalité, Israël se satisfait de la situation actuelle qui dure depuis quelques années déjà, depuis la seconde intifada. Tout en ayant une croissance économique de 5%, Israël a pu continuer sa politique de colonisation en toute impunité, poursuivre la construction de son mur, annexer encore plus de territoires palestiniens, renforcer sa politique d’apartheid vis-à-vis des palestiniens, bénéficier du soutien politique et de l’armement américain à prix réduit, faire accuser ses détracteurs de fascislamistes ou d’antisémites.
 
Sarkozy, d’ailleurs, a bien conscience des limites de son engagement pour Israël malgré ses déclarations qui frisent parfois la connivence. Il sait que l’opinion publique française a de la sympathie pour l’état hébreu sans être dupe de son intransigeance belliciste et de sa rigidité idéologique
La guerre contre le Liban est passée par là, la dénonciation par des israéliens sincères et tolérants d’une politique injuste et « segréga-sioniste » a joué aussi son rôle.
 
Sarkozy sait aussi que sa diplomatie des contrats implique d’avoir une vision très peu partisane vis-à-vis du conflit israélo-palestinien. La réussite de son séjour en Algérie en est la preuve et les bonnes relations de la France avec les monarchies du Golfe Persique en dépendent.
Sarkozy ménage donc la chèvre et le chou. Dans son discours, à Constantine, il a mis sur un même pied d’égalité l’islamophobie et l’antisémitisme, il a été encore plus loin dans la dénonciation non seulement des crimes de la colonisation mais de la colonisation elle-même.
Ce genre de déclaration fait hurler la droite israélienne puisque le discours a eu lieu après les commentaires « anti lobby juif » et « anti-Sarkozy » d’un ministre algérien. Rappelons aussi que les juifs rapatriés d’Algérie ont été aux premières loges de sa colonisation.
 
A chaque dîner du CRIF en région, Sarkozy dépêche un de ses ministres pour réaffirmer à l’organisation, la haute estime que lui porte le gouvernement. Les voilà alors qui disent ce que le CRIF a envie d’entendre : l’attachement du gouvernement pour la sécurité d’Israël et que la lutte contre l’antisémitisme est une priorité. Rachida Dati, Laurent Wauquiez, Fadela Amara, Rama Yade, Christian Estrosi se sont déjà déplacés. Les actes d’antisémitisme ont diminué fortement (79 depuis le début de l’année ), et on ne relève aucune discrimination vis-à-vis de juifs de France comme l’a affirmé la HALDE.
 
Aux USA, l’intérêt des juifs américain pour Israël est en légère diminution (-10%) mais une grande majorité (82%) d’entre eux pense que le but des arabes n’est pas le retour dans les territoires mais plutôt la destruction d’Israël. On peut supposer que cette tendance est la même chez l’ensemble des juifs d’Israël et de la diaspora mondiale. Dans un sondage aux USA, on comprend que l’existence d’Israël est un élément important de l’identité juive de nombreuses personnes (69%).
 
Le Hamas est isolé, les forces et les états radicalement anti-israéliens aussi. L’occident et l’état d’Israël ont donc choisi leurs interlocuteurs du Fatah. Et, là, dans ces conditions, on commence donc à voir que les résistances vers une solution négociée viendront plus de la classe politique israélienne et des membres de la diaspora que des négociateurs palestiniens.
 
Sarkozy s’engage et propose une force de protection internationale dans les territoires palestiniens. De protection contre qui ? Contre les incursions militaires israéliennes ? Contre les milices de colons ? Ou seulement les arabes radicaux ?
 
 
Un jour, si les choses n’avancent toujours pas, le problème se résumera ainsi pour les gouvernements occidentaux vis-à-vis d’Israël : comment dire à son ami, qu’on l’adore mais qu’il emmerde tout le monde ? 
 
Oseront-ils ?
Par Milton Dassier - Publié dans : géopolitique
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Calendrier

Juillet 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
<< < > >>

Rechercher

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés