Mardi 6 novembre 2 06 /11 /Nov 18:44
Il ne peut pas s'en empêcher : Sarkose toujours!

Nicolas Sarkozy frise le surmenage. Une fin de mois d'octobre et un début de mois de novembre épuisant. Après un divorce éprouvant pour les nerfs, on avait assisté aux premières bourdes et à quelques réactions agressives filmées en direct par CBS. Là, en ce moment, des foyers d'incendie s'allument un peu partout en ce moment. La grogne des marins-pêcheurs, les étudiants en colère et les facs occupées, les journées de grève annoncées pour les régimes spéciaux et la fonction publique, la colère des magistrats et des avocats, le pouvoir d'achat toujours aussi faible, les députés UMP qui boudent, l'affaire de l'arche de Zoé, la mauvaise humeur des tchadiens. En bon chef des pompiers mégalomane, il a décidé qu'il les éteindrait lui-même tout seul. Il envoie ses ministres et secrétaires d'état munis de simples tuyaux d'arrosage et d'extincteurs, ces commis-ministres ne font rien d'autre que contenir tant bien que mal les feux qui couvent en attendant que le patron débarque avec le camion, la lance à eau et la grande échelle.

Avec les marins-pêcheurs, ce matin, il était tendu et parvenait mal à dissimuler son agacement face à des grévistes hurlant "pas de Sarko-show ici"; "on veut du concret". Le président a accordé facilement (trop facilement ?) une exonération de charges patronales temporaires, et des aides au renouvellement de la flotte des bateaux. Sur le papier ce n'est pas mal mais avec les lenteurs de l'administration... Mais on le sent bien, sur le plan social, sa hantise est que des mouvements sociaux qui n'ont rien à voir les uns avec les autres convergent en une gigantesque contestation génératrice d'instabilité.

Sous le crâne du président, la migraine couve et dans ce cas, elle s'accompagne d'irritabilité, d'agressivité. D'où l'arrogance démagogique des propos sur le rapatriement des membres de l'arche de Zoé, quels que soient les actes qu'ils commis au Tchad (sic).

Bien communiquer pour aller dans le sens d'une opinion publique déboussolée par l'affaire de l'Arche de Zoé, des français emprisonnés en Afrique. On leut dit un jour que c'est une maladresse de débutant, on leur le lendemain qu'ils avaient sciemment cherché à tromper, duper, abuser pour mieux commettre ce qu'on appelle un jour un rapt d'enfants, puis le lendemain une évacuation humanitaire.

Sarkozy vient de faire un choix politique cornélien, au jeu d'échecs, ça relèverait d'un gambit : perdre un peu pour mieux gagner ultérieurement. Perdre de la crédibilité auprès des africains et d'une partie de l'opinion publique française mais gagner en discrétion pour mieux étouffer cette affaire trop bruyante. L'idéal, un rapatriement juste après l'instruction tchadienne, une instruction française et une remise en liberté discrète, une longue bataille d'avocats pour déterminer quels faits seront retenus, leur qualification par rapport au droit français et leur déroulement dans un pays étranger. Insuffisance de preuves, donc sans doute un non lieu sur l'accusation d'enlèvement, juste une condamnation à du sursis pour l'escroquerie aux familles françaises qui viendra après plusieurs années.

C'est tellement mieux de laver son linge sale en famille.

Par Milton Dassier - Publié dans : politique
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Calendrier

Juillet 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
<< < > >>

Rechercher

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés