Démesure sécuritaire

Publié le par Milton Dassier

12439938-m.jpgLors de leur prochaine rencontre, au bord du lac de Winnipesaukee, entre deux cocktails, Sarkozy et Bush auront beaucoup à se dire. Outre les affaires de la planète de plus en plus ouvertement confondues avec le bizness du monde, une véritable compétition sécuritaire s'est instaurée entre eux. Comme dans un jeu maléfique où chacun surenchérit sur l'idée de l'autre, c'est à celui qui trouvera la loi la plus liberticide, l'initiative la plus opprimante pour les peuples, le projet le plus régressif en matière de droits de l'individu. 


Par exemple:

- On adore le fichage généralisé sur les deux rivages de l'Atlantique, avec prélèvement d'ADN dés la première garde à vue, dés le premier soupçon et ce, quels que soient les faits et les griefs.

- Mais l'administration Bush a fait très fort en faisant adopter comme une lettre à la poste par un sénat encore sous le choc des attentats du 11 septembre, le "Patriot Act" par lequel la police et la justice américaine, sur simple présomption, se réservent le droit de fouiller la vie intime, d'écouter les conversations téléphoniques, de lire les e-mails, de vérifier ce que vous lisez comme livres et journaux

Aujourd'hui, le temps est à la fête et dans la torpeur de l'été, la liberté de chacun est en passe de n'être plus qu'une statue creuse qu'on visitera en se souvenant des temps anciens.

Le président français compte bien faire avancer son projet de caméras de surveillance sur l'ensemble du territoire. Mais les moyens lui manquent pour égaler son camarade de jeu, George Bush. Celui-ci vient d'obtenir la possibilité, récemment votée par le congrès américain, d'espionner aux Etats-Unis, toute conversation téléphonique et tout e-mail issus de l'étranger sans passer par un juge. Dans le cadre de la sécurité nationale, le FISA (Foreign Intelligence Surveillance Act) donne à présent au gouvernement la possibilité d'intercepter, sans mandat judiciaire, les appels téléphoniques et courriels transitant par le territoire américain.

Toutefois, le président français se consolera vite car il a matière à se réjouir. Un adolescent marseillais de 19 ans a été condamné à 4 mois de prison ferme pour injures contre sa noble personne  quand il était encore ministre de la police. Le 1er novembre 2006, dans le quartier du Charrel à Aubagne, l'adolescent avait insulté des agents de police et prononcé cette phrase fatidique à l'endroit du ministre : " Je nique Sarko, le fils de pute!". Gageons que Patrick Devedjan, qui avait injurié une élue du peuple en la traîtant de "salope", sait ce qu'il doit d'avoir l'amitié du président...

 

Mais il y a mieux si l'on peut dire...bush-death-mask.jpg

Au Texas, un homme peut être condamné à mort juste parce qu'il a assisté à un crime. On le qualifie alors "d'acteur secondaire". C'est différent de la complicité. Il lui suffit pour ça, d'avoir été en relation avec le meurtrier au moment où le crime a été commis. Kenneth Foster a été condamné à mort par un tribunal de San Antonio, voici dix ans, pour n'avoir ni prévu ni anticipé un crime et pris la fuite au volant d'une voiture avec l'assassin. Il avait 19 ans au moment des faits.

Kenneth Foster a eu beau se défendre, a eu beau dire qu'il était incapable de prévoir que l'assassin, compagnon d'une virée nocturne tumultueuse avec lequel il se trouvait, allait tuer le fils d'un avocat en pleine rue : Michael Lahood Jr, les jurés ont sanctionné non pas le crime, non pas la complicité mais sa probabilité. L'exécution devrait avoir lieu le 30 août 2007..

Ah oui, j'oubliais.. Devinez quelle est la couleur du condamné!

Publié dans société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
L'Amérique où le pays du droit de la "Justice" de tuer, surtout les Noirs.
Répondre
V
c 'est beau l'amerdique quand même, ça donne envie d'y aller en vacances, mais merde, on a plus un rond, on peut le dire ici?
Répondre