Les missions secrètes d'OSS 118 : Vacances en folie à Miami

Publié le par Milton Dassier

oss118.JPGHubert Vomisseur de la Baffe nous livre les préparatifs qui pourraient mener à la libération prochaine et très attendue d'Ingrid Bétancourt détenue depuis de longues années par la rebellion colombienne: les FARC.  Une exclusivité mondiale!

Miami est une mégapole au bord de la Mer des Caraïbes. Une population très diverse y réside : descendants d'exilés cubains, réfugiés haïtiens, immigrés sud-américains, retraités nord-américains en plus des "miamisiens" de souche.

Ce n'est pas un hasard si notre président bien-aimé, sa femme Lady Cé et sa famille ont choisi cette ville comme lieu de vacances. De sa villa luxueuse de Miami-Beach ou de son yacht, il compte rencontrer des gens qui pourraient jouer un grand rôle et intervenir en faveur d'Ingrid Bétancourt. 

C'est pourquoi, je ne fus pas étonné d'être invité à faire partie des bagages. Le président sait que mes compétences lui seront précieuses comme avec le colonel Kadhafi.

Petit rappel utile

Lors de sa victoire historique aux élections présidentielles, notre lumineux et jeune président avait fait libérer un des chefs des FARC, Rodrigo Granda, des terribles geôles du président de Colombie pour que le chef des FARC serve d'intermédiaire à la libération d'Ingrid Bétancourt. Déjà, j'avais été à l'origine du succès de cette mission. Le président Uribe avait été difficile à convaincre.  Il m'avait fallu séduire sa fille, la demander en mariage à son père et lui offrir quelques caisses de millésimes de Château-Margaux pour emporter la décision. Notre vin, le meilleur du monde, pilier de notre identité nationale restait très prisé à l'étranger... J'avais recommandé à Rodrigo Granda de se mettre au vert à Cuba même si ça ressemblait à une fuîte, avant d'attendre de nouveaux contacts.

 

Il y eut un petit hic tout de même: c'est quand,  après quelques verres de rhum histoire de fêter ça, Rodrigo avait déclaré à la presse qu'il remerciait "el grrran prrrresidente Sarrrkozy" et qu'avec une telle grandeur d'âme (sic), il le voyait comme un soutien sincère des FARC et de la revolucion. J'avais beau lui dire: "Càllate borracho! Càllate!", il poursuivait ses compliments.

Ami-ami à Miami

J'arrivai à Miami un peu avant tout le monde, Cécilia était déjà là depuis quelques jours. Je la retrouvai habillée en treillis militaire Jean-Paul Gauthier avec un ruban pailletée dans les cheveux et du maquillage de camouflage commando de chez l'Oréal. Elle venait de traverser la piscine sur un zodiac à la seule force de ses bras, un couteau entre les dents, sous les balles réelles des gardes du corps qui jouaient le rôle de guerilleros hostiles.

- Hubert, vous êtes là. Alors je suis rassurée, vous allez m'accompagner n'est-ce pas?

- Euh oui bien sûr, si le président le veut.. alors je le veux.

- Vous savez Hubert, ça m'a grisée la dernière fois en Libye : le danger, l'adrénaline, le doute puis les caméras et les sourires de ces femmes.

Puis elle me prit par le bras et ajouta sous le ton du secret: "Vous ne le direz à personne, Hubert, mais je dois l'avouer...euh.. j'étais très excitée et, le soir, pour une fois, Nicolas s'est montré à la hauteur.."

Puis elle souria et baissa les yeux comme une petite fille espiègle.

Je lui répondis avec mon humour incomparable: "au moins à la hauteur de vos genoux, ils sont si délicats".

Elle ria : "en privé, je l'appelle mon nanomobile, mais gardez-le pour vous!"

Mon président atterrit en début d'après-midi et se fit déposer au bord de la piscine en hélicoptère.

Rama Yade l'acompagnait et toute l'équipe prit la pause pour le reporter de Paris-Match spécialement dépêché pour l'occasion.


cecilia-1.jpgPas de baïonnettes sans talonnettes

Après un jogging autour de la piscine bordée de cocotiers et un plongeon rafraîchissant sous le crépitement des flashs, il s'ébroua et attrapa le verre de coca-cola light lime que je lui tendais. "Réunion dans mon bureau à 16h! Et toi, le journaleux, t'es gentil, tu dégages", hurla-t-il. Puis à voix basse, il s'adressa à moi: "ces bonnes femmes s'imaginent qu'on libère des otages comme on fait ses courses Place Vendôme, je vais leur remettre les points sur les "i"."

Confortablement assis dans le bureau, le président entama son briefing: 

- Je compte passer de bonnes vacances à Miami alors, Cécilia, tu t'abstiens de toute initiative. En Libye, il y avait un enjeu commercial et c'est vrai, tu le sais, tu y as beaucoup contribué. Une centrale nucléaire, 100 millions d'Euros d'armement c'est pas si mal comme résultat. Et toi, Rama, il est hors de question de libérer Aung Sang Suu Kyi pour le moment puisque son assignation à résidence a été prolongée d'un an.  On n'a aucune chance, à moins que Kouchner..

Par contre, si elle doit être libérée, fais en part à Cécilia deux ou trois mois avant pour qu'elle ait le temps de se préparer à s'y rendre dans les quelques jours qui précèderont la libération. Tu iras avec quelques photographes triés sur le volet. Mais, il faudra calculer le bon timing, tu t'en chargeras Hubert. Et toi Rama, tu pourras poser en haut de la passerelle de l'avion avec Kouchner. Comme il a travaillé pour Total en Birmanie, ça devrait faciliter les choses. Et si le peuple birman renverse la junte militaire et place Aung Sang Suu Kyi au pouvoir, ce sera tout bénef pour nous.

Rama Yade hocha la tête mais Cécilia, furieuse, l'interrompit:

- Mais mon chéri, on ne doit pas laisser Ingrid Bétancourt dans cette jungle pleine de moustiques et de mygales, c'est une femme délicate comme moi. Déjà que l'épreuve des mygale à Fort Boyard me fait vomir, alors tu peux comprendre. Tu imagines les frusques qu'on l'oblige à porter et en plus, il n'y a pas de coiffeur là-bas. Si tu es mon mari, tu dois agir et, je te l'ai dit la nuit dernière, tu es un homme d'action.

Puis elle ajouta en rougissant: "Un vrai mâle quand tu veux..."

- Je comprend ton impatience mais, c'est bien plus compliqué qu'avec les libyens. Pour arriver à nos fins il faudrait négocier avec Uribe et les FARC en même temps. Je ne peux tout de même pas leur donner de 100 millions d'Euros en armement français à tous les deux.

Je suggérais: "Et si on créait un choc de confiance en jetant votre photo dédicacée à des milliers d'exemplaires au dessus de la jungle, la tract parlerait de ce que vous faites de si bon pour notre beau pays accompagné du slogan de De Gaulle "La mano en la mano", les guerilleros y seront sensibles, j'en suis sûr."

- Cécilia approuva: "Oui c'est une idée géniale et c'est moi qui piloterai l'avion! Je prends un rendez-vous tout de suite avec une école de pilotage à Miami."



A Sing-Sing, Cécilia ne chantera plus

Et c'est ainsi que, dés son premier cours de pilotage, Cécilia fut arrêtée par les autorités américaines pour flagrant délit d'atteinte grave à la sécurité intérieure des Etats-Unis. Elle avait oublié de retirer son treillis, son couteau, ses grenades et son maquillage de camouflage commando.

Rama Yade avait une nouvelle prisonnière à faire libérer..   N'hésitez pas à me faire part de vos conseils, je lui transmettrai.

Publié dans Missions d'OSS118

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Hilarant, super! Continuez!
Répondre
A
Hey Milton !<br /> <br /> Les chroniques croustillantes de OSS 118 méritent publication. C'est toujours un plaisir sans cesse renouvellé de lire ta belle prose.<br /> <br /> @+
Répondre
M
Avec le zozo qu'on a comme président et sa diplomatie spectacle, OSS 118 aura de quoi se confier. Donc reviens-y souvent. A bientot. Milton
C
excellentissime!!!!
Répondre