L'alibi de la maladie d'Azeihmer: Pas de franchise sur les franchises

Publié le par Milton Dassier

sarkodoigt.jpgLe nouveau ministre des affaires sociales, Nicolas Sarkozy, a donné une conférence de presse. Il est revenu sur les franchises médicales qu'il veut instituer le pus rapidement possible. D'après lui, la situation l'exige et il y a une certaine urgence.
 
Je me dis: " Ah! Il va nous faire comme les autres: le coup des gaspillages des français qui accentuent de façon vertigineuse le déficit de la sécurité sociale."

Eh bien non! Les franchises médicales sont destinées à financer les actions de soins, les infrastructures et la recherche concernant la maladie d'Alzeihmer et les cancers.

Ca t'apprendra de souffrir!

Ouf! Cela veut dire que le fameux trou de la sécurité sociale n'est pas si préoccupant que ça. On est rassuré. Sarkozy vient de créer l'impôt de solidarité des malades tout venant avec les malades d'Alzeihmer et les cancéreux. Une première dans le monde! Le don obligatoire de ceux qui souffrent envers ceux qui souffrent plus qu'eux.

Il faut dire que la maladie d'Alzeihmer est une affection terrible qui touche un nombre croissant de français puisque, globalement, la population vieillit. On doit reconnaître que question prise en charge, ce n'est pas génial. Mais la France, qui s'enorgueillit d'avoir le meilleur système de santé au monde dans le monde français, n'a pas été très en pointe pour les affections comme la maladie d'Alzeihmer tout comme elle ne l'est pas non plus pour les enfants autistes obligés de s'exiler en Belgique.

Perdre la mémoire, puis ses capacités cognitives avant de ne même plus pouvoir parler ou communiquer et, peu à peu, glisser dans le vide mental, c'est horrible et cela mérite qu'on déploie des moyens considérables pour combattre cette maladie. Actuellement, les malades ne reçoivent que des traitements visant à freiner l'évolution fatale: médicaments, rééducations de la mémoire et du langage, stimulations cognitives, thérapies occupationnelles.

L'alibi de la solidarité

Les français sont généreux, ils aiment donner. Ils donnent massivement pour le téléthon, "les pièces jaunes" et aux associations et fondations qui financent la recherche, la prise en charge d'un grand nombre de maladies et handicaps. Mais ils n'aiment pas quand on leur force la main surtout si cela montre les carences de cet état censé parer la misère qui peut toucher n'importe qui quel que soit ses revenus: la misère de la maladie.

D'où cette idée d'un Alzeihmerthon obligatoire pour tous les malades 

On dit à nos enfants à l'école que l'impôt sur le revenu sert à financer ce qui permet de faire reculer la misère. Quel démenti! La vignette automobile aussi avait été instituée pour les personnes âgées puis remplacée par le lundi de Pentecôte travaillé et offert à l'état. C'était là déjà, un impôt de solidarité. Si la droite aime tant les impôts de solidarité pourquoi a-t-elle rendu caduc l'impôt de solidarité sur la fortune grâce au bouclier fiscal de 50%.

Un impôt de solidarité progressif indexé... sur la fréquence des maladies

On parle de 0,50 à 2 Euros par consultation dans une limite de 50 Euros par an. Cela veut dire que les français les plus souvent malades donneront jusqu'à 50 Euros par an. Personne n'avait osé et c'est une remise en cause de l'esprit des lois qui ont permis la création de la sécurité sociale en 1945.

L'injustice est flagrante, l'infâmie politique est patente.

Sarkozy avait parlé des franchises médicales pour combler le fameux trou de la sécurité sociale mais il y a eu les législatives qui ne furent qu'une petite victoire pour l'UMP justement à cause des franchises médicales et de la TVA sociale. Il lui fallait donc bien repeindre son projet de franchise médicale à la peinture lacrymale de la solidarité et de l'humanitaire. Ainsi, ceux qui grogneront pourront se voir accuser d'être des égoïstes et des coeurs secs.

Mais alors? Quid du déficit de la sécurité sociale?

Vous n'avez pas compris? la réponse tient en trois lettres et un mot: TVA sociale.

Explication: une partie des recettes de la sécurité sociale sera vraissemblablement financée par une partie de la TVA qu'on augmentera en fonction de ses besoins pour tenir son budget.

Conséquences: allègement des cotisations patronnales et abaissement du coût du travail pour les entreprises puisque les cotisations se font au niveau de la TVA mais fort risque d'augmentation des prix en contre-partie..

Rappel: la TVA est l'impôt le plus injuste puisqu'il n'est pas progressif en fonction du revenu.

Si un RMIste achète pour 100 Euros de produits dont la TVA est 18,5%, cela veut dire qu'il paye un impôt de 18,5 Euros sur ce qu'il a acheté, le PDG du CAC40 paiera la même chose...

On dit merci à qui? Au gentil magicien des mots qui nous entube. 

Publié dans politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Quand je pense que les retraités ont voté pour lui aux deux tiers, vous avez voté,et bien dansez maintenant.Quand je pense qu'ils sont pour le travail le dimanche,c'est vrai qu'ils n'ont pas le temps de faire leurs courses les autres jours! votre blog est extra!bonsoir.
Répondre
M
<br /> Les retraités s'en mordent les doigts d'avoir voté Sarkozy, ils espéraient une relance de l'économie par le travail des plus jeunes et qui aurait abouti à une augmentation de leurs rentes. Ils ont<br /> aussi été séduits par le côté "c'etait mieux avant quand il y avait de l'ordre et du respect à l'égard de l'autorité et des anciens". Là avec le grand flicage généralisé, ils ont de quoi se<br /> rejouir, eux qui ne sortent plus..<br /> <br /> <br />
X
La première erreur est de toujours prononcer « Santé publique » alors que l’on parle de la « Malsanté publique ». <br /> La plupart des praticiens gagnent à multiplier les malades. Ils ne s’en privent pas. Cela sert l’industrie du médicament et que cela va dans le sens de la Dette publique (Pour la France, environ cinq fois le budget net de l’Etat.) <br /> Le virus machin (Un bien-portant est un malade qui s’ignore.) <br /> http://levirusmachin.hautetfort.com/ <br /> <br /> Au passage, je signale que BLOGGER vient de fermer arbitrairement l’ensemble de mes textes emportant du même coup : <br /> La cuisine diabolique des croyances (Un bien-portant est un malade qui s’ignore.) <br /> http://www.echofrance119.blogspot.com/ <br /> <br /> Le grand business (Un bien-portant est un malade qui s’ignore.) <br /> http://www.echofrance121.blogspot.com/ <br /> <br /> Le remplissage des hôpitaux (Un bien-portant est un malade qui s’ignore.) <br /> http://www.mondehypocrite202.blogspot.com/ <br /> <br /> La Malsanté publique a de l’avenir. Le déficit de la Sécu aussi.
Répondre
M
C'est vrai ce que tu dis mais tout ça dessert les finances de l'état au bout du compte, la dette ne peut pas continuer à s'agrandir indéfinimiment alors on régresse en matière de prestations. Leur problème est qu'ils veuilent abaisser le cout du travail. Pour cela, il doivent remettre en cause le système, ils ont donc intérêt à maintenir le déficit de façon  à justifier une réforme qui permettra à l'assurance privée d'entrer franchement dans le système et on lui donnera par la suite à un poids de plus en plus grand.  Désolé pour ton blog!
M
Merci AJM,<br /> Edwy Plenel l'a dit brillamment: avec Sarkozy, les mots n'auront plus le même sens.
Répondre
A
Milton,<br /> <br /> L'apprenti sorcier est en oeuvre. C'est grave docteur ? probablement !<br /> Plus dur sera la chute....de la France. C'est mon avis !
Répondre