Vendredi 27 juillet 5 27 /07 /Juil 21:47
Nous sommes abondamment gavés d'informations sur tout ce qui se passe dans le monde. En direct sur les télés, on nous suggère habilement que ces dépêches lues au micro des présentateurs des JT et illustrées d'images représentent tout ce qui est bon à savoir pour le citoyen de base. Les citoyens que nous sommes sont donc infantilisés car un enfant peut avoir des caprices mais reste toujours fidèle à ce qu'il aime. 


t--l--phage.JPG L'information grignotage

Dans la présentation de ce blog, je me réfère à une information nourriture censée conduire à la sensation de satiété. Comme dans l'alimentation, c'est l'information grignotage qui conduit le plus vite à satiété avant que la faim refasse son apparition quelques heures à peine plus tard. L'obésité neuronale qui rend difficile tout effort de réflexion, le diabète mental qui empoisonne le raisonnement, nous conduisent inévitablement à la sclérose de notre esprit critique. Des enfants à qui je demandais s'ils aimaient lire en dehors des contraintes scolaires m'ont répondu: "Pourquoi faire, y a la télé!"

La culture du divertissement

Tout comme il existe un marketing nutritionnel pour créer des modes, des tendances voire des dépendances, il existe un marketing médiatique y compris en matière politique et idéologique.

Les jeux, la télé-réalité, les talks-shows où se mêlent ceux dont on parle et ceux qui veulent faire parler d'eux en sont les exemples les plus visibles. Dans ces émissions, il n'y a pas un invité, pas une personnalité publique qui n'ait pas un livre, un CD, un DVD ou un spectacle à vendre au moment où il passe à l'antenne. Parfois, c'est explicitement dit: "Mr Acteur Connu est venu faire la promo de son dernier film", parfois c'est signalé à plusieurs reprises au cours de l'émission: "Je rappelle l'excellent ouvrage de Mr Grand Expert où vous pourrez retrouver ce qu'il nous a si admirablement décrit sur le plateau."

Une culture de la violence en plein essor

Ainsi, le téléspectateur, non seulement a l'impression de savoir tout ce qui se passe d'important dans le monde mais, en plus a le sentiment d'être au courant de tout ce qui se fait d'essentiel sur le plan culturel.

Le plus terrible est que, si vous y ajoutez les connaissances personnelles de certains téléspectateurs qui n'ont ni la possibilité ni le temps de vérifier ce qu'on leur assène, la télévision et les grands médias deviennent, parfois à leur corps défendant, les composants d'une machine complexe à fabriquer et entretenir des préjugés, des idées reçues et des croyances qu'on prend pour vérité qui compte. En même temps que les médias se développent vers encore plus de mercantilisme et servent de plus en plus ouvertement de relais d'influence, on assiste à une montée de la violence physique gratuite (parfois filmée et diffusée sur téléphone portable), mais aussi de la violence verbale, des incivilités, des propos et comportements racistes y compris chez des personnes parfaitement respectables en théorie.

L'ingenierie du consentement

La logique est simple, si un média veut des annonceurs, il lui faut des lecteurs ou des spectateurs en nombre et si possible ciblés en terme de goûts et tendances de consommation. On peut essayer de connaître au plus près ces lecteurs et spectateurs et les compartimenter en tribus ou groupes sociaux. Par exemple; les jeunes adultes de milieu aisé qui surfent sur le net plus de 3h par jour, les seniors à la retraite qui voyagent à l'étranger pendant l'hiver.

Mais on peut aussi manipuler...éduquer..dans des directions définies à l'avance, les téléspectateurs de façon à encore mieux les cibler pour les annonceurs mais aussi les éditeurs de journaux, de livres et autres produits culturels. Oui, un média est aussi un produit culturel qui doit plaire, qui doit répondre à un besoin véritable ou créé par nos spécialistes en marketing et ingenierie du consentement. Comme le disait Patrick Le Lay, un média marchand vend à ses annonceurs du temps de cerveau disponible aux téléspectateurs.

S'ils se mettent à réfléchir et critiquer, c'est la fin...

Comme dans la rue et sur les lieux de travail, la télé ne saurait souffrir de fauteurs de troubles potentiels. Donc, elle a peu à peu constitué sa liste noire: il s'agit souvent de personnes qui ont eu l'occasion de s'exprimer et qui ont dénoncé les "vérités" prémâchées par les télés: les intermittents du spectacle, les associations défendant les droits des sans-papiers et des pauvres, les rappeurs à texte, Dieudonné, Thierry Meyssan, Tariq Ramadan,les Indigènes de la République... etc. Parfois, un journaliste se risque à parler d'eux dans une émission mais remarquez-le bien, c'est toujours à une heure tardive et ça n'arrive qu'une fois ou deux par an.

 Un sketch qui dérange, se moque et interroge sur les abus des colons en Israël, des écrits qui remettent en cause l'honnêteté du gouvernement américain, des raps qui dénoncent l'arbitraire de la police, des propos anticolonialistes trop accusateurs. Voilà tout ce que vous ne devez pas faire si vous comptez avoir vos entrées dans les télés marchandes.

Par Milton Dassier - Publié dans : société
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Calendrier

Août 2014
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
             
<< < > >>

Rechercher

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés