social

Mardi 28 décembre 2 28 /12 /Déc 17:45

Une nouvelle est passé inaperçue et n’a pas été répercutée par les médias.

C’est dommage car elle en dit long sur les choix politiques, économiques et sociaux de Nicolas Sarkozy.

 

Pour la cinquième année consécutive, le SMIC n’a bénéficié d’aucun coup de pouce. Il n’a augmenté que de la valeur de l’inflation,  maintenant tout juste le pouvoir d’achat des smicards. Pour l’année 2011, les smicards ont donc droit à une augmentation de 18€ net par mois !

 

Jusqu’à Nicolas Sarkozy, tous les présidents de la république de droite comme de gauche avaient augmenté le SMIC au-delà de l’inflation.

Avec Nicolas Sarkozy, changement radical et ce n’est pas lié à la crise puisqu’il a agi ainsi dés la première année de son quinquennat, c'est-à-dire avant le crack financier.

 

Le SMIC est en quelque sorte le bouclier social des salariés. Il a été conçu pour être le chiffre de référence de l’échelle des salaires, des petits salaires notamment.

 

Or, que constate-t-on ? Que le nombre de personnes salariées en dessous du SMIC n’a cessé d’augmenter. Lisez bien le chiffre ci-dessous : 21,5% des salariés en France gagnent moins que le SMIC ! Ils sont près de cinq millions.

 

La précarisation de l’emploi est une volonté politique de Sarkozy et du MEDEF. Le SMIC, c’est pour les contrats à durée indéterminée et ce genre de contrat est devenu rare…

Par ce nivellement par le bas, le smicard d’aujourd’hui est à peine plus bas que le revenu médian des français (1580€ net/mois). La moitié des salariés a un salaire inférieur à 1580€ par mois.

 

La justification avancée par ces messieurs du gouvernement et leurs experts, est d’affirmer que les bas salaires s’accompagnent de mesures d’aide de l’état : prime pour l’emploi, RSA. Le maintien du pouvoir d’achat des petits salariés n’est donc pas le fait des entreprises mais de l’état sur des fonds publics.

 

Car, c’est bien de cela dont il s’agit. Faire en sorte que les entreprises ne perdent pas une once de compétitivité dans la guerre commerciale mondiale.

On cherche sans le dire à s’aligner sur les pays à bas salaire tout en cherchant à garantir un certain niveau de consommation « subventionné » par l’état. Mais, dans le même temps, on protège les plus riches.

 

Il y a huit millions de personnes en dessous du seuil de pauvreté en France, c'est-à-dire  qui ont moins de 900€/mois pour vivre. Parmi elles, des Rmistes et des chômeurs mais aussi de plus en plus de travailleurs !

 

Il y aurait donc trois types de salariés : les salariés qui peuvent négocier leur salaire au-dessus du salaire médian parce qu’ils sont très qualifiés, les salariés sous le salaire médian mais en CDI dans des secteurs protégés, les salariés précaires en CDD ou en intérim.

 

L’avenir est donc loin d’être radieux pour tous ceux qui sont promis à devenir des employés mal payés et corvéables à merci. Pas étonnant donc que certains préfèrent au moins provisoirement la « débrouille » qui paye bien mieux.

 

Quel beau bilan que le sarkozisme !

 

4,3 millions de demandeurs d’emploi, 8 millions de pauvres, la moitié des français avec un revenu inférieur à 1580€ par mois.

 

On a placé la moitié de la France dans une situation telle qu’elle n’a plus l’énergie et la volonté de voir la réalité de sa pauvreté en face. Ainsi toute revendication, toute velléité apparaît comme un luxe. Le désespoir et la honte d’être pauvre, la crainte de le devenir étouffent la colère légitime. Pour combien de temps ? L’histoire se prépare-t-elle à bégayer ? La Grèce et l’Italie commencent à verser dans les attentats anarchistes façon début du 20ème siècle, époque où les ouvriers, les petits crevaient la dalle !

 

C’est sûr, la neige qui tombe en hiver, un train qui arrive avec 12 heures de retard, ça empêche de parler de ce bilan catastrophique.

 

Il y a paraît-il, pas mal d’anciens travailleurs au black, d’anciens voleurs ou dealers qui, une fois rangés, ont monté des entreprises légales florissantes. C’est toujours mieux que d’empiler toute la journée des cartons de boîtes de conserves en contrat d’intérim dans un entrepôt poussiéreux à 900€ /mois net ou de courir dans les caisses d’allocations familiales pour obtenir le RMI!

Par Milton Dassier - Publié dans : social - Communauté : l'actualité en général
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mardi 23 novembre 2 23 /11 /Nov 23:25

Et on nous disait que la réforme des retraites aurait une incidence positive sur l’emploi des seniors !

 

Renault, entreprise dont l’état est actionnaire va faire partir en préretraite début 2011, 3000 de ses salariés tous âgés d’au moins 58 ans et ayant au moins quinze ans d’ancienneté ou 10% d’incapacité. C’est Renault qui financera.

 

Pourtant, les patrons et l’UMP avaient juré la main sur le cœur, que le recours aux préretraites ne serait plus d’actualité après la réforme Woerth.

 

La vérité est que la logique des entreprises est fort éloignée de la logique des états. Renault avait besoin de diminuer ses effectifs. Les préretraites, c’est bien commode pour licencier s’en en avoir l’air…

 

Car, Renault ne compte pas remplacer ceux qui partent.

 

Renault va donc verser à ces gens, 65% de leur dernier salaire jusqu’à ce qu’ils partent à la retraite à 62 ans, c'est-à-dire pendant 4 ans. Ils vont passer en gros de 1500€ à 975€. Renault économise ainsi 35% de la masse salariale de ces trois milles ouvriers qui auraient dû rester jusqu'à 62 ans au lieu de 60 ans à cause de la réforme Woerth! C’est génial non ?

 

Encore une fois, souci social du gouvernement ou non, ce sont les ouvriers et les petits employés qui payent pour la santé des entreprises…

Par Milton Dassier - Publié dans : social - Communauté : Communauté de l'opposition
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 24 octobre 7 24 /10 /Oct 17:42

Peu à peu, le gouvernement, par l'entremise des préfets, s'attaque au droit de grève en réquisitionnant au nom d'intérêts supérieurs, les outils de travail et les grévistes.

Défense nationale, sécurité sanitaire, approvisionnement des hôpitaux et autres services de secours, tels sont les prétextes invoqués pour, en réalité, faire fonctionner à plein régime les lieux de travail bloqués.

  

A Grand Puits, le dépôt de carburants sert à alimenter toutes les stations services sans distinction et non seulement celles qui pourraient approvisionner les services prioritaires.

  

Cela oblige les grévistes à revoir leur ligne et l'une d'elle s'esquisse de plus en plus. Avec quelques réajustements, ce sera une répétition de ce qui a eu lieu ces derniers jours.  

 

Pas de grève générale, car trop aléatoire et ne pouvant durer au delà de quelques jours.

 

Pas de grève reconductible à l'infini dans un secteur donné isolé des autres donc sans effet.

 

Ce qui se profile, c'est la guerilla sociale par procuration, une dissidence d'une partie du peuple qui sait qu'il ne doit désormais, pouvoir compter que sur lui-même face à un parlement de godillots, de privilégiés et de prétentieux, face à un gouvernement sourd, suffisant et autocrate.

 

Tout dépend en fait du soutien de l'opinion publique. S'il est fort, alors cette guerilla peut obtenir de très bons résultats. Les sondages montrent une forte proportion de français soutenant le mouvement, ils envoient des dons aux grévistes, ils viennent les épauler temporairement sur les piquets de grève, c'est donc bien un mouvement par procuration.

 

Regardez ces photos publiées sur le "Boston Globe" pour comprendre la popularité et la dignité de ce mouvement.

 

Le but de cette guérilla sociale: obliger les entreprises à peser sur le gouvernement pour qu'il retrouve l'audition.

Leurs difficultés doivent les conduire à envisager la possibilité du chômage technique, à paniquer à l'idée de voir leur trésorerie engloutie dans des coûts imprévus.

Pour cela, elles ne doivent plus pouvoir travailler par défaut et retard d'approvisionnement de leur fournitures, de leurs moyens de transport.

La guerilla doit donc porter sur le transport d'une façon générale. D'où la probable reconduction du blocage des raffineries et des trains.

Le gouvernement importe des carburants depuis l'étranger mais à quel prix? Sitôt ces carburants acheminés par la route, sitôt distribués, sitôt consommés par des français inquiets de ne plus pouvoir en obtenir incessamment.

 

Cela donne une politique à courte vue et, en plus, très onéreuse.

 

Si vous y ajoutez des grèves tournantes dans différents secteurs, une mobilisation accrue des jeunes, notamment des étudiants malgré les vacances et la reprise des cours dans les facs, des opérations escargot sur les grands axes, un encadrement des manifestations empêchant les débordements tant souhaités par le gouvernement pour lancer sa police dans des interventions violentes et que tout cela se prolonge sur plusieurs semaines, alors oui, la patronat commencera à trouver l'addition très salée, les investisseurs étrangers se poseront des questions, le mouvement suscitera une certaine sympathie parce que non violent tout en étant déterminé.

  

Le gouvernement aura beau provoquer, brutaliser, réquisitionner, interpeller, condamner et faire jouer sa propagande, il sera totalement discrédité voire disqualifié avec ou sans remaniement ministériel.

Malgré les dissimulations voulues par une communication très étudiée, le vrai visage de Sarkozy et de l'UMP apparaît au grand jour.

 

La crise provoque une redistribution des cartes au niveau mondial qui, dans sa logique libérale, va appauvrir les travailleurs des pays occidentaux.

 

Les chiffres parlent d'eux-mêmes.

 

40% des jeunes de 25 ans au chômage, une femme de 25 ans sur cinq en dessous du seuil de pauvreté.

 

Pour eux et pour d'autres, la retraite, ce sera plutôt à 67 ans qu'à 62 ans et peut-être plus, si la crise continue et que d'autres réformes passent reculant encore l'âge de la retraite. Ce qui arrive au système de retraite va sûrement se produire pour l'assurance-maladie qui se désengage de plus en plus au profit des complémentaires privées, tout indique que cela se poursuivra.

Attali propose de faire payer une franchise à certains malades ou en fonction de l'âge pour avoir une prise en charge à 100% par l'assurance-maladie.

 

La logique comptable prend donc le pas sur la politique. L'intérêt général est un paravent qui ne cache plus la préservation des privilèges. L'élite au pouvoir reste arqueboutée sur ses avantages multipliant les conflits d'intérêt, les financements occultes, préservant ses liens avec les puissances d'argent. Rappelez-vous Jean-François Coppé craignant qu'on en arrive à une "nuit du 4 août" comme si cela avait été un drame pour la France!

Rappelez-vous les propos surprenants d'Eric Woerth au moment de remettre la légion d'honneur à Patrick de Maistre:

"Ma France, c’est le pays qui a fait la synthèse entre l’ancien Régime et la Révolution. Par vos origines et par votre parcours, vous incarnez, cher Patrice de Maistre, cette synthèse si souhaitable pour notre pays." (Canard Enchaîne du 14/07/2010)

 

Dans ces conditions, pas étonnant donc que la politique soit conçue pour des échéances électorales à court et moyen terme en faisant du marketing sur un électorat influent. La cible, vous l'avez compris, est l'électorat nanti qui trouve qu'il paye trop d'impôts et les retraités qui possèdent un patrimoine et aspirent à la tranquillité.

 

On dira au peuple brave mais si "con", (comme l'a dit encore Hervé Morin dans un lapsus) ce qu'il a envie d'entendre et on le lui répètera encore et encore, histoire de le rendre sourd à sa propre souffrance.

Cela n'aura marché qu'un temps... On le voit aujourd'hui!

Quoi de plus salutaire que la France qui travaille, rappelle au gouvernement qu'elle existe et qu'elle a son mot à dire !!

 

 

Par Milton Dassier - Publié dans : social - Communauté : le vinaigre pour désinfecter
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 22 octobre 5 22 /10 /Oct 22:40

 Hier soir, sur TF1, Christine Lagarde portait des fringues et des bijoux pour 10.000€ d'après certains journalistes. Echarpe en cachemire rose, tailleur de luxe, boucles d’oreille… Mieux que Rachida Dati à son époque Dior!

 

Elle a estimé que les grévistes qui s’amusent à bloquer et à casser ne servent pas la France….blabla.

 

 

Amusant l’emploi du verbe « s’amuser ». Amusant cette façon désinvolte d’opposer plusieurs France : la sienne, celle de ceux qui s’inquiètent, celle de ceux qui agissent.

 

Elle devrait se soucier de son prochain retour aux Etats-Unis car, les choses s’annoncent très mal pour la clique au pouvoir.

 

La raffinerie de Grand-Puit réquisitionnée et débloquée par la force ? Un juge vient de déclarer en fin d'après-midi que cette réquisition était illégale et donne donc raison aux grévistes. Pourtant c’était un ordre du chef de l’état !

 

Les derniers sondages qui montrent le soutien d’une majorité de français aux syndicats même si elle est petite pour les seuls blocages.

 

Et, pour ne rien arranger, la mise en examen de deux flics dans l’affaire des enfants Zied et Bouna, morts électrocutés dans le transformateur EDF où ils se cachaient par peur d’une police trop brutale avec les jeunes. Des flics  couverts par le ministre de l’intérieur de l’époque, un certain Nicolas Sarkozy.

 

Des émeutes s’en étaient suivies. Le 28 octobre, ce sera le cinquième anniversaire de leur mort.

 

De quoi tenter certains de mettre le feu et pas à des bougies….

 

 

 

 

 

Par Milton Dassier - Publié dans : social - Communauté : PARLONS FRANCHEMENT
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>

Rechercher

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés