international

Mardi 4 janvier 2 04 /01 /Jan 20:19

La crise de la Côte d’Ivoire cristallise sur ce pays des luttes d’influence géopolitique qui la dépassent.

La plupart des ivoiriens veulent le changement dans la stabilité. Voilà pourquoi l’équipe Gbagbo arrive à se maintenir au pouvoir sans que la population ne se montre hostile à son égard. Même les commerçants français d’Abidjan le plébiscitent. C’est dire ! On aurait pu supposer que les partisans de Ouatarra se  seraient montrés plus combatifs pour obtenir le départ de Laurent Gbagbo, mais il n’en a rien été car dans la région d’Abidjan, ses militants partisans sont minoritaires.

 

Qui sont les protagonistes politiques en présence ?

 

Ouatarra est un ancien sous-directeur du FMI, en plus d’avoir une formation de gestionnaire rigoureux, il a un carnet d’adresses à l’international forcément très fourni. Normal qu’il soit devenu l’élu de ceux qui y figurent. Avec lui, la Côte d’Ivoire redistribuera les cartes de ceux avec qui elle veut faire du business et surtout sera résolument dans le camp occidental. D’autant qu’avec les groupes rebelles et terroristes qui font parler d’eux au Sahel, la Côte d’Ivoire doit rester une solide tête de pont pour l’occident. C’est le choix qu’ont fait de concert, Nicolas Sarkozy et Barak Obama.

 

Laurent Gbagbo se fout du monde et de ce petit monde en particulier. Il est au pouvoir depuis dix ans et c’est vrai que les élections ont probablement été truquées en sa faveur. La scène de la proclamation des résultats en est une preuve intangible. Le président de la commission électorale s’apprête à proclamer les chiffres et un des partisans de Gbagbo lui arrache un par un les feuillets des résultats région par région, qu’il compte lire devant les caméras. Edifiant !

 

 

 

Gbagbo s’appuie sur le centre décisionnaire et économique puissant que représentent Abidjan et sa région. Il s’appuie aussi sur les forces économiques qui ont prospéré grâce à lui qu’elles soient ivoiriennes ou étrangères.

 

Ce duel, car c’en est un, passionne modérément. Chacun a compris que rien d’essentiel ne se joue là-bas, rien d’idéologique, rien d’autre qu’une rivalité dont chaque partie a ses soutiens et ses détracteurs.

 

Le peuple ivoirien reste discret alors qu’il est au centre de la bataille puisqu’il a voté.

 

Gbagbo et Ouatarra ont volé cette élection à leur peuple. Leurs arguments apparaissent légitimes tout en s’opposant. La légitimité d’Ouatarra ne fait aucun doute, il a sans doute gagné en voix. Gbagbo a le soutien du conseil constitutionnel, il est dans une position légaliste.

Le peuple reste sourd aux tentatives de manipulation. Il refuse d’être l’arbitre qui tranchera une bonne fois pour toute. Après tout, il a voté et il sait que l’état doit s’incarner à travers un chef.

 

Le peuple sait aussi qu’un chef fort est celui qui prend le pouvoir, pas celui qui le reçoit des mains des étrangers…

Par Milton Dassier - Publié dans : international - Communauté : Tel est le monde !
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires
Dimanche 26 décembre 7 26 /12 /Déc 15:09

Savez-vous que l'état palestinien existe pour une bonne partie du monde. C'est important et cela explique que les occidentaux restent silencieux sur la question.

 

La majorité des état d'Amérique Latine a reconnu l'état palestinien dans ses frontières de 1967.

Cuba, le Nicaragua et le Vénézuela ont été les pionniers de cette reconnaissance.

Au mois de décembre, l'Equateur, l'Argentine, le Brésil, la Bolivie et l'Uruguay ont fait de même.

 

En occident, sans doute y voit-on un caprice de pays plus désireux de montrer leur hostilité aux Etats-Unis que sincèrement préoccupés par le sort des palestiniens.

 

On se trompe.

 

Pour les pays latinoaméricains, il s'agit de montrer à quel point les américians et les européens ont été incapables de peser sur les belligérants de par les liens profonds qui les unissent à Israël.

 

Ils démontrent aussi la couardise de beaucoup de pays arabes qui restent prudents tant ils sont apeurés de la réaction israélienne ou américaine.

 

Les pays d'Amérique Latine ont subi la domination américaine avec l'impossibilité de dire "non". Pareils à la Françafrique, les Etats-Unis avaient mis en place un système de vassalisation des états où l'on intervenait dans la vie politique et publique latinoaméricaine, où au nom de la lutte contre le communisme, on réprimait dans le sang les désirs de démocratie et où l'on placait à la tête des états des hommes favorables aux Etats-Unis et au libéralisme le plus dur. Elections truquées, coups d'état, contrats juteux, répression policière et militaire...

 

Les peuples ont réussi à s'en émanciper sans l'aide de personne, surtout pas des européens.

 

En Amérique Latine, on sait donc ce que c'est la souffrance d'une population et la domination d'un état sur un autre et son peuple.

 

Il ne manque plus que de grands états reconnaissent à leur tour la Palestine. Le Brésil, qui souhaite avoir un siège permanent au conseil de sécurité de l'ONU, pourrait peut-être plaider cette cause auprès de ses amis indiens, turcs voire russes et chinois.

 

Un mince espoir renaît.

Par Milton Dassier - Publié dans : international - Communauté : VOTRE ACTUALITE A LA UNE !
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires
Mercredi 22 décembre 3 22 /12 /Déc 23:32

 Les crises politiques risquent de se multiplier à l’avenir en Afrique, à l’exemple de ce qui se passe en Côte d’Ivoire. Un peu comme si une seconde décolonisation, mentale celle-là, se préparait. Les relations franco africaines ont été pourries par ce qu’on appelle la Françafrique, ce système opaque d’influence politique, financière et économique clandestine devenue une véritable pompe à fric permettant le financement d’opérations extérieures, le financement de la vie politique française et l’enrichissement des acteurs de ce film à très très gros budget.

 

Laurent Gbagbo est sans doute vécu par la Françafrique comme quelqu’un de difficile à contrôler sur le plan politique ou pas assez malléable. Un homme qui refuse la dimension militaro-industriel de la Françafrique pour ne garder que le business. Il traite Sarkozy en VRP des grands groupes français, pas en empereur de la Françafrique comme c’était le cas avec les présidents français précédents. Ce qui est sûr, c’est que Laurent Gbagbo a été lâché.

 

Comment Sarkozy s’est glissé dans la Françafrique

 

Sarkozy est le fils spirituel de protagonistes éminents de la Françafrique néogaulliste qu’ils ont contribué à développer après avoir fondé le SAC. Il leur est reconnaissant de l’avoir soutenu dans son ascension jusqu’à la présidence de la république.

Rappelons la grâce présidentielle incroyable de Jean-Charles Marchiani après sa condamnation dans l’Angolagate, une des plus grosses affaires de corruption ayant touché la France.

Rappelons ses liens avec Achille Peretti, l’ancien maire de Neuilly, et Charles Pasqua qui le prit sous son aile au ministère de l’intérieur et l’aida à s’imposer dans le département des Hauts-de-Seine. Ces deux personnages ont été fortement soupçonnés d’être impliqués dans la French Connection. Nicolas Sarkozy épousa la nièce d’Achille Peretti, l’ancien maire de Neuilly.

 

Quand on a conscience de ce qui est en jeu, on comprend très vite pourquoi le poste de Président de la République est aussi convoité. On accède aux milliards d’euros de la Françafrique qui circulent dans les paradis fiscaux en toute opacité.

 

Jean-Charles Marchiani, Charles Pasqua et Etienne Léandri, tous deux impliqués dans le  trafic d’alcool puis de drogue de la French Connection, tous fortement impliqués dans la Françafrique et son système mafieux.

 

D’après François-Xavier de Verschave, ces trois hommes faisaient partie d’un système qui a pour vocation de  favoriser une approche néocolonialiste mafieuse en Afrique à travers une « diplomatie parallèle ».

On y retrouve des proches du général de Gaulle, des anciens du SAC, des agents des services secrets, des militaires et des représentants de grosses entreprises multinationales françaises, des mercenaires, des trafiquants d’armes, des anciens dirigeants du DPS (le service d’ordre du FN), des membres de la franc- maçonnerie notamment la Grande Loge Maçonnique Française.

 

Comment ça marche la Françafrique

 

L’une des spécialités de ces hommes : mettre et maintenir au pouvoir des pétrodictateurs pour pouvoir prendre leur part sur l’argent qui circule dans ces pays : l’achat et la revente des ressources, les investissements, l’argent de la coopération.

Et tout est bon pour y parvenir : du trucage d’élections aux assassinats en passant par le soutien à des rebellions, le bouc-émissaire ethnique et la corruption.

 

 

 

A quoi ça sert ?

 

L’objectif est simple : Au-delà de l’influence diplomatique,  implanter des entreprises françaises en Afrique pour en piller les ressources à très bas prix. Pétrole et uranium sont les premières priorités. Normalement, un état qui accepte qu’une entreprise exporte ses ressources prend un pourcentage de la valeur de la ressource pour son propre fonctionnement.

La Françafrique veut faire en sorte que ce pourcentage soit le plus bas possible.

Par exemple, le Congo de Denis Sassou Nguesso prend 17% de la valeur du pétrole. Les 83% restant sont pour l’entreprise amie.

Sauf qu’en plus Denis Sassou Nguesso ne reverse pas ces 17% dans les caisses de son pays, il en garde une bonne partie pour lui-même et son clan grâce à des sociétés écrans intermédiaires. Ces montages juridiques sont montés par des avocats d’affaires du réseau…

 

F-X de Verschave écrit :

 

« Comment donner une idée de cet enrichissement mutuel entre les commanditaires français et les potentats africains ? Pour cela, il suffit de chiffrer ce qu’a rapporté la rente pétrolière du Gabon en l’espace de quarante ans : peut-être 200 milliards de francs. Or le Gabon est aussi le pays qui a le plus mauvais système de santé en Afrique. On pense bien que ces 200 milliards ne sont pas allés aux Gabonais. Ils ont été partagés entre Omar Bongo, ses proches, et les commanditaires. Même chose pour les fortunes d’Houphouët-Boigny (60 milliards de francs), d’Eyadema, de Moussa Traore, de Mobutu … souvent égales à l’endettement de leurs pays respectifs.

Ce mécanisme d’économie de rente consiste à capter la différence entre les matières premières payées à très bas prix et leur prix de vente. A cela s’ajoute le détournement d’une bonne partie de l’aide publique au développement (au moins la moitié, l’autre servant à des objectifs géopolitiques, ou de "lubrifiant" à l’extraction de la rente : il faut bien faire tourner un minimum les Etats pillés par leurs régimes …). A tout cela, ajoutons encore le fardeau insupportable de la dette : la baisse du cours des matières premières a obligé les potentats à s’endetter à bas taux. »

 

 

Trucage d’élections

 

François-Xavier de Verschave avance le chiffre faramineux de cinquante élections truquées en Afrique avec l’aide de la France entre 1991 et 2003. En même temps que l’état français envoie des urnes transparentes et du matériel de vote pour assurer la bonne marche de la démocratie, les services parallèles envoient du matériel informatique et des techniciens pour centraliser et modifier positivement les résultats en faveur du candidat de la Françafrique. Cela explique d’ailleurs très bien les accusations de fraude à chaque élection.

Le système a échoué par exemple au Sénégal où des citoyens avaient mis en place un système de proclamation des résultats bureau de vote par bureau de vote, grâce à des journalistes munis de téléphone portable en contact direct avec les stations de radio locales. Cela empêcha les trucages au niveau de la centralisation des résultats.

Il souligne la complaisance de la presse française qui fustige Robert Mugabe tout en restant prudente sur ce qui se passe au Congo de Denis Sassou Nguesso (élections truquées et une guerre civile qui fit 10.000 morts !)

 

 

 

Soutien militaire clandestin à des rébellions et des gouvernements

D’après l’ancien président de Elf, Loïck Le Frich-Prigent, la Françafrique, par l’intermédiaire de sa société, a financé en même temps en Angola, les forces gouvernementales et la rébellion lors de la guerre civile.

Pendant la guerre civile à l’est du Congo, on a vu aux côtés de l’armée congolaise, des troupes angolaises, des commandos français déguisés en mercenaires et d’anciens militaires hutus du Rwanda.

Même les guerres civiles ont leur utilité. Elles peuvent servir à virer un gouvernement en place pas assez coopératif ou bien entretenir une instabilité qui facilite des négociations puisque le dirigeant africain en place n’est pas en position de force.

 

 

Bouc-émissaire ethnique

C’est la façon dont les dictateurs de la Françafrique se dédouanent de leur incurie en accusant une ethnie du pays de ne pas être patriote et d’être à l’origine des maux du pays. On a vu les résultats au Rwanda, en Côte d’Ivoire, mais aussi en Afrique non francophone, au Liberia, en Sierra Leone…

 

 

Assassinats

 

La liste est longue et l’opacité de rigueur. Chaque fois qu’un opposant à la Françafrique a accédé au pouvoir, il a été éliminé parfois physiquement. Thomas Sankara fut de ceux-là. Mais, il y a aussi des français qui sont disparus dans des conditions mystérieuses. On parle ainsi du juge Borel à Djibouti ou de la disparition étrange de Michel Baroin, père de François Baroin, mort dans un accident d’avion avec neuf de ses collaborateurs après avoir rendu visite à Denis Sassou Nguesso au Congo.

 

Sarkozy et la Françafrique d’aujourd’hui

 

Avec la surveillance d’associations comme Survie, l’association de feu François-Xavier de Verschave, avec le partage des informations, les scandales qui ont secoué ce petit monde l’oblige à encore plus d’opacité et à un renouvellement de son personnel. C’est ce qu’a compris Nicolas Sarkozy qui laisse l’administration de la Françafrique à des hommes de confiance, adoubés par les piliers africains du système.

 

Sans doute, Nicolas Sarkozy faisait-il allusion avec le cynisme dont il est coutumier, à cette Afrique corrompue qui joue contre elle-même, quand il a dit en 2007, à Dakar, qu’elle n’était pas encore entrée dans l’histoire.

 

A ce moment-là, il vient d’être élu et n'est pas sûr les réseaux en lice sous Chirac se rangeront sous sa bannière.

A ce moment-là, il se méfie de l’Afrique et fait savoir qu’en dehors de la Françafrique, elle ne l’intéresse pas.

 

Le lendemain, après cette déclaration qui choquera pas mal de monde, Sarkozy se rendra au Gabon pour rencontrer Omar Bongo… Quand celui-ci mourut, des élections truquées placèrent son fils, Ali, au pouvoir et la France ne tergiversa pas pour reconnaître le fils du dictateur.

 

Tout récemment, devant des élus UMP,  Nicolas Sarkozy a parlé de dolce vita après sa présidence…

 

Cet article s'appuie sur des documents publiés sur le net ou dans l'édtion papier, notamment les ouvrages de François-Xavier de Verschave dont celui-ci téléchargeable ici.

 

 

Par Milton Dassier - Publié dans : international - Communauté : Tel est le monde !
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 18 décembre 6 18 /12 /Déc 15:50

Hier, au moment où je rédigeais mon article précédent, Nicolas Sarkozy a eu des paroles très violentes contre Laurent Gbagbo. Il l'a exhorté à quitter le pouvoir sans délai, il a même parlé de sa femme... 

 

"Laurent Gbagbo et son épouse ont leur destin en main."

 

Conclusion: Au délà de ce qui apparait comme un ingérence, Sarkozy a certainement des informations qui mettent en cause la femme de Gbagbo et a suggéré qu'il pourrait s'arranger pour  les rendre publiques.

 

 

Laurent Gbagbo est au pouvoir depuis dix ans et il souhaite poursuivre son oeuvre "salvatrice". Le bilan est peu reluisant pourtant. Une guerre civile qui a failli conduire à la scission du pays et le marasme économique sauf pour le clan Gbagbo.

 

Faisons le point sur l'essor démocratique en Afrique. La démocratie y est en marche, c'est indéniable. Certains pays sont d'authentiques démocraties: Mali, Bénin, Afrique du sud, Kenya et d'autres encore sont en bonne voie de le devenir.

Le seul hic, la concentration des ressources minières et énergétiques dans certains pays en a fait des pays clés qui ont aiguisé les vélléités de domination des puissances mondiales.

 

La démocratie au Gabon, en Angola, au Niger ou au Tchad n'est pour demain...

 

La Côte d'Ivoire a des ressources mais pas autant que l'Angola ou le Gabon. Elle a simplement une tradition de relations privilégiées claniques avec la France. Le clan Houphouët-Boigny et le clan gaulliste. Elle est une puissance moyenne qui compte en Afrique grâce à sa population qualifiée et sa situation à proximité du Nigéria.

 

 Néanmoins, les entreprises françaises y sont bien implantées sauf que cette influence passe bien peu par les dirigeants politiques français et beaucoup par les sièges sociaux parisiens des multinationales.

 

C'est un peu comme si Laurent Gbagbo avait décidé de mettre sur la touche le réseau de racketteurs et de rapaces français qui prélevaient sa dîme sur les contrats pour négocier lui-même la sienne avec les multinationales.

 

 D'une certaine façon, et si cela est confirmé, Laurent Gbagbo a une plus haute idée de la souveraineté nationale de la Côte d'Ivoire que ses prédessesseurs et ses confrères du Gabon, d'Angola ou du Congo.

 

Question démocratie, les ivoiriens n'ont donc le choix qu'entre deux modes de corruption: une corruption façon Françafrique ou une corruption par le clan pour le clan! 

 

Mais tout cela n'est pas sans espoir.

 

Tout doucement, l''Afrique est en train parcourir le même chemin que celui de l'Amérique Latine des années 70.

Quelques ilots de démocratie et, ailleurs, une succession d'autocrates nationalistes ou atlantistes, plus ou moins corrompus, plus ou moins autoritaires.

 

Un jour, une classe moyenne suffisamment influente de part sa masse et son niveau de qualification conduira au pouvoir la démocratie à travers des hommes considérés comme purs. C'est ce qui s'est passé au Brésil avec Lulla mais aussi en Argentine, au Chili, au Mexique ou au Venezuela.

 

Aujourd'hui, la démocratie est installée pour longtemps en Amérique Latine et elle le sera de la même façon en Afrique dans quelques temps. La France devrait méditer la façon dont les Etats-Unis ont été aimablement rejetés de l'Amérique Latine pour n'être plus qu'un simple partenaire. L'Amérique Latine se souvient que les coups d'état antidémocratiques qu'elle a subis étaient presque tous téléguidés voire décidés par les Etats-Unis.

 

Il semblerait que, malgré sa situation chaotique et le manque de légitimité du clan Gbagbo, la Côte d'Ivoire de Laurent Gbagbo ait ce message à faire passer à la France. Laurent Gbagbo est-il légitime pour le porter? Pas pour l'instant mais ... C'est bien là toute la question et il lui faudra une très grande habileté politique et diplomatique pour y parvenir.

 

La France a de quoi s'inquiéter car si Laurent Gbagbo parvient à conserver le pouvoir sans tomber dans la guerre civile et la banqueroute, il s'assurera la légitimité qui lui fait défaut aujourd'hui. La légitimité d'avoir tenu tête à l'ancienne puissance coloniale...

 

Ce serait un précédent . D'autres pourraient  se produire dans un avenir pas si lointain! 

 

Que va faire Nicolas Sarkozy? Se mêler d'une guerre civile et se voir accuser d'y avoir participé en cas de fiasco ou d'avoir jeté de l'huile sur le feu? ou bien, laisser faire et négocier avec Gbagbo tout en atténuant sou soutien à Ouatarra?

 

 En prenant position comme il l'a fait, Sarkozy  a beaucoup à perdre si Gbagbo parvient à conserver le pouvoir.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par Milton Dassier - Publié dans : international - Communauté : PARLONS FRANCHEMENT
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires

Calendrier

Juillet 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
<< < > >>

Rechercher

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés