opinions

Lundi 7 mars 1 07 /03 /Mars 15:52

Le monde bouge et frissonne d'émotion. Recroquevillée, la France tremble...

Un bien petit pays que la France qui devrait porter des talonnettes. A trop baisser la tête et regarder le sol en se retournant la parano au ventre, la France se croit petite et vulnérable.

 

Avec des français prêts à se laisser enfumer par tous les porcs pores.

La France tremble de ces hordes d'immigrés qui seraient prêts à nous envahir à la faveur des révolutions arabes.

Jusqu'ici, 185 tunisiens ont été refoulés à nos frontières ces quatre dernières semaines. 185? On l'a échappé belle!

 

Dieu est avec Sarkozy à 59%

 

Heureusement, Nicolas Sarkozy veille sur nous. Il a le Dieu chrétien à ses côtés. Super, je suis rassuré.

Un Nicolas Sarkozy crédité de 21% d'intentions de votes au premier tour derrière Marine Le Pen à 23%! Quoi, c'est papapapa.. pas possible!

Un sondage sur mesure comme une robe de Jonh Galliano. Un sondage qui ne prend pas en compte la candidature de DSK mais celle de Martine Aubry, un sondage qui prend en compte une candidature de Villepin crédité de 7%!

 

Donc des chiffres bidons vus les conditions. Les 23% de Marine Le Pen, ça c'est pas bidon. On dirait que tout a été fait pour laisser croire à Sarkozy qu'il a tout intérêt à être dans le sillage de Marine Le Pen, de miser sur l'élimination d'un candidat de gauche dés le premier tour et d'apparaître comme celui qui rassemblera "les forces républicaines" de droite et de gauche pour vaincre Marine Le Pen.

 

La seule bonne question est donc, sachant que Sarkozy fait une politique aussi autoritaire que celle que ferait Marine Le Pen, la gauche aurait-elle les couilles d'appeler à l'abstention en cas de 2ème tour Sarkozy-Le Pen?

 

Un petit mot à destination des électeurs lepénistes. Croyez-vous vraiment que le FN soit pour l'égalité des citoyens? Si le FN exclut de cette égalité républicaine des gens à cause de leurs origines, rien ne l'empêche d'appliquer cette idée avec d'autres critères. Avec le FN au pouvoir, les pauvres resteront pauvres et les riches seront encore plus riches, sutout les amis...

 

 

Dr Zemmour et Mister Eric

 

Il y a ceux qui cherchent à tirer leur épingle du jeu. Des enfumeurs de première eux aussi. Prenons Zemmour, qui arrive au sommet de sa gloire avec des idées légitimant les discriminations et les ségrégations. Selon lui, il n'y a pas de discrimination en France, seulement des frustrations qui devraient encourager les minorités visibles à faire beaucoup plus pour "s'intégrer" quitte à oublier qui elles sont et d'où elles viennent.

 

Zemmour a oublié d'où il vient, il l'a rejeté même. Il a tout fait pour s'intégrer et y a réussi. La force de Zemmour, c'est qu'il a de la lessive dans le cerveau. Il s'est administré un autolavage de cerveau et tel un robocop ou un Jason Bourne, il a pété un câble! Son ancienne identité lui remonte à la surface par bribes et flash-back. L'affrontement avec son identité française pleine de zèle et de fiel, l'amène à des positions extrêmes.

 

La nuit, se reposant d'une journée très agitée, Zemmour récupère et fait fréquemment ce rêve dont on n'a que des séquences hachées à travers ces paroles prononcées pendant son sommeil:



Je suis français, je suis français, j'aime la France. L'Algérie c'est nul, c'est plein d'arabes, il y a même des noirs! Vive l'Algérie française, à bas la France algérienne!

De toutes façons, je suis juif et berbère par mes parents, rien à voir avec des trafiquants et des terroristes! Je suis français! Nooon, je ne suis pas musulman, je le jure sur la tête de ma mère! S'indigner c'est ringard, résister, c'est nul et désuet! Moi, je suis pour la soumission des autres puisque je me suis soumis à celui que je voulais être.





 

 

BHL en Libye: Les cigares de Khadafi

 

Et puis, il y a BHL qui vient de rentrer de Libye où il a côtoyé les révolutionnaires. Il est comme ça BHL, il va voir par lui-même. Arrivé au Caire en première classe, il se rend sur le terrain en jeep climatisée, puis, il rejoint l'équipe de reporters de TF1. Comme il fait un peu froid, il a une veste sur sa chemise blanche au col relevé et le voilà aux 20 heures de TF1 pour témoigner et donner sa bénédiction aux rebelles. Mais comment fait-il? C'est très simple.

Il a cherché le slogan propalestinien, il a scruté les banderoles et les tags pour voir s'ils étaient anti-israéliens ou vulgairement antisémites, il a tendu l'oreille pour repérer une parole anti-américaine voire anti-occidentale. Il n'en a pas entendu le quart du commencement d'une.

Alors, ça y est, la révolution peut recevoir le certificat de révolution de la liberté des mains de BHL.

 

Attention avec le soutien de BHL, la communauté internationale va encore plus soutenir les insurgés libyens, c'est sûr!

 

 

Ira..ira pas?

 

Il y a l'enfumage militaire autour du soutien à apporter ou non aux insurgés libyens. La grande question dans les chancelleries est: Comment intervenir militairement en Libye sans donner l'impression de conquérir le pays? L'exemple afghan est dans toutes les mémoires!

Les américains aimeraient bien que les européens menés par les français et les anglais se chargent de la corvée. Sauf que c'est délicat, les européens ont signé tant de beaux contrats avec Khadafi qu'intervenir contre lui, ça ferait retournement de veste et dans ce cas, le héros est vite pris pour un opportuniste. Ou alors, il faudrait que ce soit dans une opération éclair.

Alors que si on ne bouge pas, qu'on se contente d'attendre, on sera au même niveau d'opportunisme que tous les autres pays du monde..

 

 

 

Par Milton Dassier - Publié dans : opinions - Communauté : l'actualité en général
Ecrire un commentaire - Voir les 7 commentaires
Mercredi 2 mars 3 02 /03 /Mars 15:56

Mon Dieu, délivrez-nous ! 

Et surtout ne délivrez pas un blanc-seing de cinq ans supplémentaires à cette droite qui fait régresser la France au niveau d’une confédération hébéphrénique.

Coincée entre sa grandeur passée et son présent mondialisé, la France est à la peine, à la traîne, pour tous les défis du 21ème siècle. Souveraine dans sa république si âprement défendue contre les puissances étrangères qui lui reprochaient d’avoir érigé des statues à la liberté, l’égalité et la fraternité, la France était sauve et reine grâce à la volonté de son peuple composite.

 

Rappelez-vous, la diversité était sa force. Avec ses immigrés de l’intérieur et tous ceux qui la peuplèrent au fil des siècles, la France constituait un terreau fertile d’où pouvaient émerger l’excellence et l’universel.

 

Tout cela est terminé, un caporal de la banlieue chic l’a décidé à notre place.

 

Le monde avance et la France recule. Sa population vieillit, sa lucidité aussi !

La France est arabe en plus d’être bretonne, lorraine, antillaise, italienne et polonaise.

Mais, elle ne veut pas le voir, du moins certains tentent-ils de la convaincre de garder les yeux fermés.

La France a oublié qu’elle fut terre de mélange et de création réussissant à lier subtilement  saveurs du terroir et parfums exotiques dans des domaines considérés aujourd’hui comme des arts à part entière.

 

La mondialisation aux règles opaques défendues par les occidentaux a entraîné leur déclin. De nouvelles puissances émergent et frappent à la porte d’une prospérité si convoitée. Les arabes du monde se battent pour la liberté et la justice. Un peu partout, les peuples sortent de leur léthargie. Les cartes sont bel et bien en train d’être redistribuées. Avec de nouvelles règles, on l’espère.

 

Mais, en France, au lieu d’envisager l’avenir autrement que sur des critères de domination économique, on fait des promesses : un peu de croissance, une baisse significative du chômage mais à condition de se serrer la ceinture ; une ceinture déjà trop lâche sur les ventres amaigris des uns à cause de la course aux profits des autres.

 

C’est pour ne pas voir ce déclin et ces lendemains qui déchantent, que la droite française a décidé d’entonner le couplet maintes fois remâché de l’identité nationale. Le chant devint vite le sketch de Fernand Raynaud de 1972, où il se fout de la gueule des racistes vous savez : « Moi, j’aime pas les étrangers, ils viennent manger le pain des français ! », sauf que l’étranger de Fernand Raynaud était boulanger… Alors aujourd’hui, on chante un nouveau refrain qui prétend détester la bouffe halal même dans les fast-foods !

 

 

 

Les révoltes dans les pays arabes sont une merveilleuse occasion pour la France de jouer de ce formidable atout qu’est sa diversité démographique.

On rêve d’émissaires et de diplomates français arabophones envoyés dans les pays arabes, on rêve de négociateurs de contrats d’origine africaine dans les pays d’Afrique, des spécialistes parfaitement au fait de la culture et des usages de chaque pays, capable d’emporter la décision, qui sait, sans avoir à trop verser de commissions.

 

Au lieu de réfléchir à cet avenir, on se retourne et on ne propose qu’un débat sur la place de l’islam en France. Tout ça parce que, dans certaines villes, des associations communautaires ont osé, ici, réclamer des horaires de piscine, là de la viande halal dans les cantines. Etrangement, on n'accuse que l’islam alors que d’autres communautés cultuelles font de même : protestants adventistes qui suivent le shabbat, juifs orthodoxes qui veulent de la nourriture casher. On parle des hôpitaux où il serait très difficile pour un médecin homme de traiter des femmes musulmanes. Pourtant, il me semble que les médecins des hôpitaux eux-mêmes, n’en ont pas fait un problème préoccupant.

 

Voyez ce reportage dans un hôpital de la Seine-Saint-Denis

 

 

retrouver ce média sur www.ina.fr

 

En fait, ce débat sur l’islam déguisé en débat sur la laïcité, c’est une manière de rassurer les petits retraités si apeurés par la baisse de leurs pensions et l’insécurité que n’a pas su combattre le gouvernement malgré sept lois sur la sécurité. On choisit de conforter les petits vieux en espérant qu’ils convaincront leurs enfants et petits-enfants que tout ça c’est la faute aux immigrés maghrébins et africains. Le débat va mobiliser toute l’énergie qui évitera de parler des problèmes économiques et sociaux de la France. Une partie de l’opinion manifestera son rejet, on criera « au loup fasciste » , jusqu’à ce qu’un évènement grave vienne retourner une opinion qui avait sur résister à ces sirènes décaties.

 

Il suffira d’une gare attaquée par des jeunes comme la gare du nord à Paris en 2007, d’un médecin agressé sauvagement dans une cité, d’une rixe entre bandes qui vire à l’émeute, tout ça bien médiatisé avec images sur You Tube reprises par tous les médias, sondages dés le lendemain commentés par des intellectuels autorisés genre Finkielkraut qui évoqueront le déclin identitaire de la France et la perte des valeurs républicaines.

 

Personne n’osera les contredire sans se voir taxé de mauvais français ou accusé de complicité passive avec les délinquants et les fraudeurs.

 

Finalement, plus besoin du FN pour stigmatiser les étrangers, les basanés et les musulmans, l'UMP a atteint la maturité pour le faire, et avec quels moyens!

 

 

 

Pourtant rappelez-vous, en 2005 lors des trois semaines d’émeutes qui embrasèrent toutes les banlieues françaises, on parla beaucoup des jeunes africains et des maghrébins, accusés d’avoir la délinquance dans le sang. Il n’y eut personne pour expliquer la présence majoritaire de jeunes blancs très violents dans les banlieues des villes de Bretagne, de Normandie ou du Limousin.

 

Les manipulations qui marchent sont souvent les plus grossières, elles sont surtout les mieux préparées. 

Par Milton Dassier - Publié dans : opinions - Communauté : Tel est le monde !
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 21 février 1 21 /02 /Fév 17:50

J’ai regardé DSK à la télé hier soir.

Je n’en retiens qu’une seule chose : un quart des salariés en France gagne moins de 750€ par mois. Il y a seize millions de salariés en France, cela veut dire que quatre millions gagnent moins de 750€ par mois. Si vous ajoutez ce nombre faramineux aux 4,3 millions de chômeurs, cela donne huit millions de français qui sont dans de très sérieuses difficultés.

  

Et, apparemment, cela ne dérange pas l’UMP qui voit dans l’islam l’ennemi le problème public numéro un à régler de toute urgence. L’UMP a choisi avec Sarkozy de faire une politique inégalitaire. Tout le prouve : cadeaux aux plus riches, aux grands privilégiés et à ceux qui ont un patrimoine, tour de vis sur les petits privilèges des salariés, désignation de français « inférieurs » qui auraient à démontrer leur attachement à la France. Le bilan est effarant !

 

La vérité est celle-ci. Tout pouvoir qui base son action sur les inégalités, cherche à faire l’unité autour de lui en désignant des ennemis de l’intérieur ou des communautés inférieures. Cela est vrai aux Etats-Unis qui ont constitué leur unité dans la diversité en mettant à l’index les afro-américains et les indiens, cela est vrai en Israël, seule démocratie ethnique du monde dont l'unité est dûe à la désignation des arabes, ennemis à l'extérieur, inférieurs à l'intérieur..

 

L’islam véhicule à merveille cette notion de religion incompatible avec la démocratie et les valeurs républicaines puisqu’il s’agit d’une religion établie en France principalement avec les immigrés d’il y a quelques décennies.  Un islam bien commode pour justifier des lois antiterroristes très contraignantes. Un islam bien pratique pour provoquer un rejet de la part d’une partie de la population française. Mais au fait, le problème n’est-il pas cette partie de la population française qui se met hors-jeu de l’unité de la république en rejetant une partie de ses citoyens ?

 

On fait croire qu’on veut un débat en invoquant le problème de l’islam. Or, il n’y a qu’à peine 12% de musulmans pratiquants, juste un peu plus que les catholiques (7%). Et la tendance chez les jeunes est à la mixité qui éloigne d’une pratique rigoriste de sa religion. Les musulmans font comme les catholiques, ils sont attachés à leur religion mais ne la laissent pas guider leur vie sociale.

 

Et l’on voit ce monde arabe qu’on disait si soumis à sa religion et à ses dictateurs, se révolter et donner une leçon de comportement politique aux peuples européens et étatsuniens.

 

Donc on se moque de nous non ?

 

Mais il y a encore mieux !

 

Nous savons tous que nous payons les pots cassés de la crise financière, la gabegie de ceux qui nous gouvernent et de ceux qui tiennent les cordons des bourses.

 

Qu’avons-nous appris grâce aux révolutions dans le monde arabe ?

 

Ben Ali dans un pays qui vit essentiellement de tourisme avait une fortune estimée à plus de 10 milliards de dollars ! Et encore, on ne parle pas de ce qui concerne sa famille.

 

 

 

Moubarak frisait les 70 milliards de dollars…

On risque de trouver des sommes encore plus grandes chez Khadafi. (La Libye regorge de pétrole !).

Les dictateurs africains ont sans doute des fortunes comparables à celle de Ben Ali voire de Moubarak. Ali Bongo, Duarte, Denis Sassou n’Guesso et tous les autres ont bien quelques dizaines de milliards chacun sans compter leurs clans.

On peut supposer que les fortunes des pétromonarques du Golfe sont encore plus grandes.

 

A mon avis, l’argent dans les coffres des dictateurs doit atteindre facilement 1000 milliards de dollars ! De quoi relancer l’économie mondiale vers une croissance partagée. De quoi éradiquer la famine dans le monde ou proposer des actions de lutte contre les grandes pandémies.

Les hedges funds et autres fonds spéculatifs vivent de cet argent dormant, détourné de sa vraie finalité qui est d’être investi au service de la production de richesses.

 

Et dire qu’il faudrait à peine 50 milliards de dollars pour éradiquer la famine dans le monde… Mais cela ne préoccupe pas plus DSK, président du FMI, que Sarkozy, président du G8 et du G20. On veut réguler mais en douceur, il ne faut surtout pas affoler nos amis des grandes fortunes mondiales parmi lesquels pas mal de chefs d’état qui ont du sang sur les mains…

 

Sarkozy et ses sbires, y compris au PS, ont agi à contre temps. On sait désormais, qu’ils jouent le peuple et les peuples du monde contre les puissances d’argent y compris les plus douteuses, avec lesquelles ils se sont compromis.

 

Finalement, je retiens que la droite française et une partie du PS ont fait beaucoup pour le pouvoir d’achat des dictateurs.. Par contre celui du peuple français, ils l’ont passé à la trappe. Quelques milliards dans les mains de quelques-uns, c’est assurément plus facile que d’aider des millions de pauvres gens ; ça demande plus de boulot aussi !

 

Nous sommes les dindons de la farce politique et économique du monde.

 

Et si on faisait comme les tunisiens..

Par Milton Dassier - Publié dans : opinions - Communauté : l'actualité en général
Ecrire un commentaire - Voir les 8 commentaires
Samedi 12 février 6 12 /02 /Fév 00:03

En Egypte comme en Tunisie, ce sont bien des murs qui tombent. Au-delà de la fuite des despotes, les peuples sortent de leur torpeur dans laquelle l’illusion du chef infaillible les avait plongés.

 

Il y a quelques années, Edouard Glissant et Patrick Chamoiseau avaient écrit un texte à quatre mains, intitulé : « Quand les murs tombent ».

Un texte sur les murs qui séparent les peuples, que ce soit des murs en béton ou des murs de lois et de police.

La surprise du monde occidental, quant aux désirs d’émancipation des peuples qui se révèlent dans le monde arabe, tient en la croyance que le système qui consiste à sous-traiter son hégémonie à un roitelet indigène en costume cravate, était assuré de durer indéfiniment.

 

Finalement, l’occident oxyde les peuples au nom de la stabilité de son pouvoir tout en prétendant être l’oxygène du monde.

 

Un Ben Ali ou un Moubarak au pouvoir, c’était l’assurance qu’en bons amis de l’occident, ces hommes  empêcheraient, au sud de la Méditerranée, une religion fantasmée comme dangereuse et invasive de remettre en cause le nouvel ordre mondial établi par l’occident depuis la chute du mur de Berlin.

 

Un Ben Ali ou un Moubarak en fuite, c’est un garde-chiourme en moins, un mur qui s’ébrèche d’où s’épanche une certaine idée de cette « mondialité » chère à Edouard Glissant.

 

Une mondialité qui fait que la révolte des tunisiens et des égyptiens reste avant tout un cri du monde destiné au monde pour un monde meilleur. Pour un monde qui  préfère regarder ses branches effleurer le ciel plutôt que ses racines enchevêtrées.

 

 

Les murs qui se construisent aujourd’hui (au prétexte de terrorisme, d’immigration sauvage ou de dieu préférable) ne se dressent pas entre des civilisations, des cultures ou des identités, mais entre des pauvretés et des surabondances, des ivresses opulentes mais inquiètes et des asphyxies sèches. Donc : entre des réalités qu’une politique mondiale, dotée des institutions adéquates saurait atténuer, voire résoudre. Ce qui menace les identités nationales, ce n’est pas les immigrations, c’est par exemple l’hégémonie étasunienne sans partage, c’est la standardisation insidieuse prise dans la consommation, c’est la marchandise divinisée, précipitée sur toutes les innocences, c’est l’idée d’une « essence occidentale », exempte des autres, ou d‘une civilisation exempte de tout apport des autres, et qui serait par là même devenue non-humaine. C’est l’idée de la pureté, de l’élection divine, de la prééminence, du droit d’ingérence, en bref c’est le mur identitaire au cœur de l’unité-diversité humaine.

 

La rengaine du choc des civilisations est lamentable. Les civilisations se connaissent, se frottent, se changent et s’échangent de manières conscientes ou inconscientes depuis des milliers d’années. Les archéologies culturelles, voire même identitaires, ne révèlent que des strates qui s’emmêlent sans fin, se nourrissent, se regardent, se fécondent, « s’émulsionnent ». L’ « Occident » est en nous, et nous sommes en lui. Il est en nous par les voies de la suggestion, de la sujétion, de la domination directe ou silencieuse. Mais il est aussi en nous par ces valeurs qu’il a portées au plus haut et peut-être jusqu’à exaspération (Raison, individuation, droits de l’humain, égalité hommes-femmes, laïcité…) et qui étaient déjà présentes dans toutes les cultures à des degrés variables et avec des nuances infinies.

 

L’orient en liesse en Tunisie et en Egypte est un beau cadeau pour l’humanité : de quoi orienter la marche de notre monde vers l’avènement de la liberté pour tous les peuples.

 

S'orienter, n’est-ce pas chercher l’orient ?

 

Pour ceux et celles qui veulent se familiariser avec la philosophie poétique de Glissant, cette vidéo le leur permettra.

 

 

Par Milton Dassier - Publié dans : opinions - Communauté : Tel est le monde !
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Calendrier

Août 2014
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
             
<< < > >>

Rechercher

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés